Archives par mot-clé : réception de Proust

La réception de Proust à l’étranger | Marcel Proust aujourd’hui | vol 18 | 2024

La réception de Proust à l’étranger, Marcel Proust Aujourd’hui, vol. 18, Leyde, Brill, 1er mai 2024.

Volume Editors: 

L’œuvre de Marcel Proust a été traduite dans de nombreuses langues et ces traducteurs offrent toute une panoplie de variantes selon leurs perspectives. La critique internationale s’est également penchée sur la Recherche dès les années 1920 pour se déplier ensuite en une multitude d’approches. D’autre part tout un ensemble d’auteurs littéraires a trouvé dans l’écriture proustienne une source d’inspiration. Et les lecteurs partout dans le monde ont suivi le conseil de Proust de créer leur propre version du texte. De toutes ces expériences en trouvera ici un reflet et des échos provenant de tous les coins de la planète, de la Chine au Brésil, de l’Italie à la Turquie, des Pays-Bas à la Suisse, de la Suède à la Catalogne, de la Hongrie à l’Allemagne, du Québec à la Grèce.

 

Continuer la lecture de La réception de Proust à l’étranger | Marcel Proust aujourd’hui | vol 18 | 2024

Roberta Capotorti | Entre mélancolie et connaissance. Réception créatrice de Proust en Italie | Peter Lang | 2023

Roberta CAPOTORTI, Entre mélancolie et connaissance. Réception créatrice de Proust en Italie, Oxford, Peter Lang, 1er novembre 2023. 

Proust voyait dans la multiplicité des interprétations engendrée par la réception des œuvres littéraires, leur seule possibilité de survie dans le temps. Loin d’être un monument figé dans le temps, la Recherche ne cesse de résonner dans la parole de nouvelles générations, tout en se laissant explorer et renouveler par elles.
Ce livre offre une enquête inédite sur la postérité de Proust en Italie, en retraçant les parcours créatifs que son roman inspire chez de grands écrivains italiens – de Giorgio Bassani à Giuseppe Tomasi di Lampedusa, de Carlo Emilio Gadda à Alberto Moravia et Goffredo Parise – autant que les différentes lectures qu’ils en proposent. Dans ce parcours de comparatisme à la fois fécond et novateur dans sa méthodologie, c’est la Recherche elle-même qui suscite des interprétations inédites, tandis que ses nouveaux visages, encore inexplorés, surgissent à travers d’autres poétiques qu’il s’agira de mettre au jour.

 

Collectif | Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust | Gallimard | 2022

Collectif, Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust, Paris, Gallimard, “folio classique”, 08 septembre 2022.

Il est temps de faire le bilan : cent ans après la mort de son auteur, pourquoi la Recherche est-elle toujours autant lue, toujours aussi obsédante ? Lire ou ne pas lire Proust ? Comment, après lui, parler des effets du temps sur nous, des phénomènes de mémoire involontaire, de la solitude de celui qui aime, de la jalousie et du désir ? Tout écrivain se confronte un jour à Proust. Chaque lecteur transpose la Recherche dans sa réalité, de même que Proust n’a cessé de transposer (transfigurer !) son expérience vécue dans son oeuvre. Les chagrins d’enfance du narrateur inspirent l’Autrichien Rilke, tandis que, dans l’univers francophone, l’Algérien Kateb Yacine explore ce traumatisme au miroir de l’épreuve coloniale. Mais, au-delà du grand homme de lettres, Proust est devenu une figure familière, à laquelle tente de s’accrocher Varlam Chalamov perdu dans le désert blanc du goulag. Une familiarité qui explique que la Recherche irrigue de ses paysages (réels et mentaux) l’ensemble du monde culturel occidental : un scénario (non réalisé) de Visconti, se concluant sur la fameuse scène d’ouverture de la Recherche, en témoigne. Cette familiarité se redouble pourtant d’un sentiment de radicale étrangeté : au congrès des écrivains soviétiques de 1934, Proust est rejeté par une bonne partie de l’intelligentsia communiste internationale comme un écrivain décadent, créateur d’un univers morbide. Mais le dégoût que suscite le maniérisme proustien (qui s’étend bien au-delà des écrivains engagés) révèle pourtant une véritable fascination pour une œuvre monstrueuse, comme le détaille Gombrowicz dans son journal. L’ambivalence d’une écriture qui se fait monde donne à la Recherche une résonance philosophique, qu’explore Adorno en analysant la figure du snob chez Proust.

Jing Zhang | Stratégie de traduction : problème de style, analyse de la réception d’À la recherche du temps perdu en Chine | You Feng Éd. | 2021

Jing ZHANG, Stratégie de traduction : problème de style, analyse de la réception d’À la recherche du temps perdu en Chine, Paris, You Feng Éd., 2021

 

Ce travail s’attache au questionnement, au comment des stratégies de la traduction littéraire moderne face au style de l’œuvre de Proust ainsi qu’à l’analyse des raisons des choix des traducteurs et des différents effets qu’elles produisent.

L’examen du développement de la traduction et de la réception de Proust en Chine permet de distinguer les interactions actives entre la traduction de Proust et les contextes multidimensionnels en mouvance de la Chine, mais aussi les impacts réciproques des activités de traduction sur les études proustiennes et les créations littéraires chinoises. Continuer la lecture de Jing Zhang | Stratégie de traduction : problème de style, analyse de la réception d’À la recherche du temps perdu en Chine | You Feng Éd. | 2021

Nicolas Ragonneau | Proustonomics | Le temps qu’il fait | 2021

Nicolas Ragonneau
Proustonomics

Cent ans avec
Marcel Proust
Essai2021.
Proustonomics, Cent ans avec Marcel Proust explore les angles morts d’À la recherche du temps perdu avec la fantaisie débridée du conteur et l’œil impitoyable de l’entomologiste. L’auteur s’intéresse tout particulièrement à l’économie du roman-fleuve et à sa postérité, proposant notamment une étude inédite des ventes de la Recherche sur un siècle, au moyen de graphiques.
Pourquoi ce livre si long entraîne-t-il une telle addiction chez ses lecteurs depuis cent ans ?
De Skopje à Reykjavik, c’est une véritable enquête sur le pouvoir des livres et de la littérature, sur la piste de l’aventure éditoriale proustienne dans plusieurs langues et même en braille, où l’on croise aussi bien le peintre Francis Bacon que Dave, Sergio Leone, Jean Zay ou Philippe Lançon. Un essai d’un genre nouveau, divertissant, unique et inclassable. 

 

Continuer la lecture de Nicolas Ragonneau | Proustonomics | Le temps qu’il fait | 2021

Séminaire 2017-2018 de l’équipe Proust | ITEM-CNRS | Le champ proustien (3) : Nos Proust

Séminaire coordonné par Audrey Cerfon et Géraldine Dolléans

L’œuvre de Proust continue à séduire, retenir, voire captiver les jeunes lecteurs. Pour son vingtième anniversaire, le séminaire de l’équipe Proust entend refléter le dynamisme de la recherche contemporaine à travers des séances confiées à des doctorants, post-doctorants et jeunes enseignants-chercheurs, auxquels il a été donné carte blanche pour le choix de l’approche, du thème et de l’invité. La première séance, collective, sera consacrée à la réflexion méthodologique. De manière à chaque fois singulière et unique, Proust est nôtre.

Continuer la lecture de Séminaire 2017-2018 de l’équipe Proust | ITEM-CNRS | Le champ proustien (3) : Nos Proust