Anne Simon | “Proust politique” | Entretien avec Fabien Trécourt | Journal du CNRS | nov. 2021

Photos : © Marion Dupuis-CRAL-EHESS/CNRS

L’activité politique de Proust est indissociable de son activité d’écriture“, entretien d’Anne Simon avec Fabien Trécourt, Journal du CNRS, nov. 2021

A l’occasion de l’anniversaire de la mort de Proust en 2022, retour sur les engagements de Proust,  à la suite du colloque international Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019 organisé par  Davide Vago, Marisa Verna, Ilaria Vidotto et Anne Simon, labellisé #80ansCNRS, Milan, 9-10 mai 2019.

Keynote speaker: Nathalie Azoulai, Proust apeuré

Actes parus dans Quaderni Proustiani

 

 

 

Nicolas Ragonneau | Proust forteresse | Houlgate | 13 août 2022

 Nicolas Ragonneau, création de « Proust Forteresse » aux rencontres d’été théâtre & lectures en Normandie

« Proust Forteresse » (chapitre de mon livre Proustonomics, cent ans avec Marcel Proust) devient un spectacle dont la première aura lieu aux rencontres d’été théâtre et lecture à Houlgate, le 13 août (Espace Culturel, 21 h). Continuer la lecture de Nicolas Ragonneau | Proust forteresse | Houlgate | 13 août 2022

Marcel Proust, cousu main | production Christine Lecerf – réalisation Anne Perez Franchini | France Culture | 22-26 août 2022

@ Camille Waldschmidt, Radio France

Marcel Proust, cousu main, du 22 au 26 août de 9h à 10h sur France Culture

Des lecteurs fervents, des artistes habités et des chercheurs sans entrave osent retourner le manteau des apparences proustiennes pour vous guider à travers les plis d’une œuvre colossale, regards sur le monde, qui défie le temps.

Ambitieusement”, ce livre serait “comme une cathédrale”, écrit Proust dans La Recherche. Effrayante vue de l’esprit qui fait immédiatement se dresser l’image d’une œuvre monumentale, symétrie parfaite, allées de phrases, travées de significations, saintes interprétations. Mais un trébuchement sur un pavé disjoint vient provoquer une irrésistible chute de la phrase. Plus humblement, conclut Proust, ce livre serait “tout simplement comme une robe”. Désirable, sensuelle, concrète, l’œuvre devient tissu moiré, trame de fils savamment entrecroisés, morceaux cousus et recousus à la main pour le corps qui va le porter. Un Proust trivial, sublime.

Une Grande Traversée signée Christine Lecerf, réalisée par Anne Perez Franchini.

Continuer la lecture de Marcel Proust, cousu main | production Christine Lecerf – réalisation Anne Perez Franchini | France Culture | 22-26 août 2022

Proust en Marcel, à Beg Meil – L’ancrage du temps | Beg Meil | 17 et 18 sept. 2022

Proust en Marcel, à Beg Meil – L’ancrage du temps

Texte et Mise en scène François Béchu

Avec Sophie Parel, Claudine Orvain, Gwenola de Luze, Vincent Abalain,  Hervé Le Goff,  Gaetan Broudic, Melvin Coppalle, Patrice Costa, François Béchu, 3 comédiens amateurs et le groupe Ar Pintideg Foen…

Continuer la lecture de Proust en Marcel, à Beg Meil – L’ancrage du temps | Beg Meil | 17 et 18 sept. 2022

Audrey Cerfon | L’exigence de l’erreur dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust | Hermann | 2022

Audrey CERFON, L’exigence de l’erreur dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Paris, Hermann, 15 juillet 2022.

 

L’exigence de l’erreur est la condition de possibilité de la recherche dans le roman de Proust. Les erreurs du narrateur rythment son récit. Il revient sur celles du héros, mais lui-même n’est pas toujours sûr de ce qu’il avance. On a souvent dit que les phrases de Proust étaient longues. Il arrive pourtant qu’une très courte phrase s’intercale. Formée du seul verbe « se tromper » conjugué, elle relance le récit qui explore différentes idées ou hypothèses.

À la lecture, ces multiples présentations peuvent conduire à opter pour telle réflexion particulière du narrateur. Mais pourquoi celle-là ? Et peut-on reprendre comme analyse de l’œuvre, une analyse donnée à l’intérieur de cette œuvre ? Cet ouvrage propose une méthode d’analyse comparée permettant une lecture qui ne soit pas la reprise d’une interprétation du narrateur. Continuer la lecture de Audrey Cerfon | L’exigence de l’erreur dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust | Hermann | 2022

Collectif | Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust | Gallimard | 2022

Collectif, Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust, Paris, Gallimard, “folio classique”, 08 septembre 2022.

Il est temps de faire le bilan : cent ans après la mort de son auteur, pourquoi la Recherche est-elle toujours autant lue, toujours aussi obsédante ? Lire ou ne pas lire Proust ? Comment, après lui, parler des effets du temps sur nous, des phénomènes de mémoire involontaire, de la solitude de celui qui aime, de la jalousie et du désir ? Tout écrivain se confronte un jour à Proust. Chaque lecteur transpose la Recherche dans sa réalité, de même que Proust n’a cessé de transposer (transfigurer !) son expérience vécue dans son oeuvre. Les chagrins d’enfance du narrateur inspirent l’Autrichien Rilke, tandis que, dans l’univers francophone, l’Algérien Kateb Yacine explore ce traumatisme au miroir de l’épreuve coloniale. Mais, au-delà du grand homme de lettres, Proust est devenu une figure familière, à laquelle tente de s’accrocher Varlam Chalamov perdu dans le désert blanc du goulag. Une familiarité qui explique que la Recherche irrigue de ses paysages (réels et mentaux) l’ensemble du monde culturel occidental : un scénario (non réalisé) de Visconti, se concluant sur la fameuse scène d’ouverture de la Recherche, en témoigne. Cette familiarité se redouble pourtant d’un sentiment de radicale étrangeté : au congrès des écrivains soviétiques de 1934, Proust est rejeté par une bonne partie de l’intelligentsia communiste internationale comme un écrivain décadent, créateur d’un univers morbide. Mais le dégoût que suscite le maniérisme proustien (qui s’étend bien au-delà des écrivains engagés) révèle pourtant une véritable fascination pour une œuvre monstrueuse, comme le détaille Gombrowicz dans son journal. L’ambivalence d’une écriture qui se fait monde donne à la Recherche une résonance philosophique, qu’explore Adorno en analysant la figure du snob chez Proust.

I. Cahn et A. Compagnon dir. | Marcel Proust, Du côté de la mère | Éditions de la Rmn-GP et mahJ | 2022

Marcel Proust. Du côté de la mère,  Catalogue d’exposition, Isabelle Cahn et Antoine Compagnon (dir.), Paris, coédition Rmn-Grand Palais / Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 2022. 

 

Catalogue de l’exposition « Marcel Proust, du côté de la mère », au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

 

Ce catalogue présente l’écrivain à travers le prisme de la judaïté. Cette exploration permet de mettre en avant un axe important de la construction de la personnalité et de l’œuvre de Proust. Ce sujet inédit est abordé à travers plusieurs thèmes touchant aux liens familiaux et aux sociabilités de l’écrivain ainsi qu’à ses engagements.

Continuer la lecture de I. Cahn et A. Compagnon dir. | Marcel Proust, Du côté de la mère | Éditions de la Rmn-GP et mahJ | 2022

Louis-José Lestocart | Proust et l’esthétique de la complexité | Classiques-Garnier | 2022

Louis-José Lestocart, Proust et l’esthétique de la complexité , Classiques-Garnier, 2022

Cette étude sonde les thèmes du roman proustien comme la mémoire involontaire, les sensations et faits esthétiques qui guident la recherche du narrateur, et formule de nouvelles interprétations en s’appuyant sur les sciences de la Complexité, l’entropie, la topologie, la théorie des systèmes dynamiques et certains concepts neuroscientifiques avec des aperçus sur la systémique de Paul Valéry. Par certains côtés, l’ouvrage de Marcel Proust offre une apparence baroque – emboîtements, pastiches, ironie, mise en abyme et autoreprésentation de l’auteur – trouvant aussi son explication dans l’idée d’un roman réflexif élaboré selon un principe homothétique, où l’œuvre (à faire) est souvent présente, manifeste ou cachée, dans les plus infimes parties du texte.

Continuer la lecture de Louis-José Lestocart | Proust et l’esthétique de la complexité | Classiques-Garnier | 2022

Reading group on Marcel Proust | Institut français | London | 7 July 2022

 

Reading Group on In the Shadow of Young Girls in Flower by Marcel Proust, 7 July 2022, at the Institut français, London

Dive deep in Marcel Proust’s oeuvre In the Shadow of Young Girls in Flower with a reading group at the Institut français in London. Whether you’ve read it or not, explore in English or French how Proust introduced some of his greatest comic inventions, and two figures who for better or worse are to dominate the narrator’s life: the Baron de Charlus and the mysterious Albertine. 

Thu 7 July 6.30pm
1h30 | in English and French | £5 non-members, £3 members

You can find information on the book in English on the British publisher’s website.

EMILIO CAMPAGNOLI | La Normandie : les lieux de rencontre entre Proust et Monet | SOUTENANCE DE THÈSE | 28 JUIN 2022

Emilio CAMPAGNOLI soutiendra sa thèse de doctorat en littérature française
 
« La Normandie : les lieux de rencontre entre Proust et Monet »
 
Thèse dirigée par Margherita Amatulli, Piero Toffano et Thanh-Vân Ton-That
 
Codirecteur : Davide Vago
 
La thèse a été préparée dans le cadre d’un doctorat en cotutelle  Università degli Studi “Carlo Bo” Urbino et Université Paris-Est SUP.
 
La soutenance aura lieu le 28 juin à 14h30 à l’adresse suivante :
 
      Biblioteca della Scuola di lingue di Urbino, Palazzo Petrangolini,
      Piazza Rinascimento 7, Università degli Studi “Carlo Bo” Urbino 
 
                       et à distance sur la plateforme Zoom.

 

 

La soutenance sera publique.

 
Jury :
 
Mme Thanh-Vân Ton-That, Professeure, Université Paris-Est Créteil
Mme Margherita Amatulli, Professeure, Università “Carlo Bo” Urbino
M. Davide Vago, Professeur, Università Cattolica del Sacro Cuore Brescia
Mme Kirsten Von Hagen, Professeure, Universität Gießen
Mme Sylvie Camet, Professeure, Université de Lorraine
M. Giulio Iacoli, Professeur, Università di Parma

Continuer la lecture de EMILIO CAMPAGNOLI | La Normandie : les lieux de rencontre entre Proust et Monet | SOUTENANCE DE THÈSE | 28 JUIN 2022

Proust et le (mauvais) genre | Anne Simon et Yangjie Zhao dir. | ENS | 2 février 2023

Proust, Belleville, 2012 © Marion Dupuis

PROUST ET LE (MAUVAIS) GENRE

Journée d’étude organisée par Anne Simon et Yangjie Zhao

Pôle Proust / Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – PhilOfr

UAR République des savoirs


ENS-PSL, 2 février 2023

 

Programme en cours de constitution

Verso d’une photographie envoyée par Lucien Daudet à Proust

Un mauvais genre… pas si mauvais

« Mauvais genre »…. Cette formule intrigante, cryptée en « m.g. » dans la correspondance de Proust, est explicitement associée à Albertine dans À la recherche du temps perdu. De la grammaire à l’ethos collectif, en passant par l’histoire naturelle, la biologie, le désir sexuel ou la nomenclature littéraire, le genre renvoie à la catégorisation – et, partant, à sa subversion. Qu’on s’en étonne ou non, il n’y a pas de « bon » genre chez Proust (notre « bcbg » n’appartient pas à son époque) : il y a le genre, et le mauvais genre. Ce dernier renvoie notamment au jugement social qui condamne l’homosexualité masculine ou féminine, mais chez Proust, on finit par se demander si « en être » (du mauvais genre) ne caractérise pas la majorité des individus, et s’il est, dans le monde romanesque proustien, socialement si réprouvé qu’un lecteur de son temps aurait pu s’y attendre. Continuer la lecture de Proust et le (mauvais) genre | Anne Simon et Yangjie Zhao dir. | ENS | 2 février 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search