Charles Méla | L’Amour et son ombre. De la Recherche du temps perdu au Lancelot en prose | Honoré Champion | 2024

Charles MÉLA, L’Amour et son ombre. De la Recherche du temps perdu au Lancelot en prose, Paris, Honoré Champion, juin 2024. 

Que l’amour recèle une angoisse qui le hante comme son ombre, que le secret d’un nom, PercevalLancelot ou Swann, structure de manière invisible tout un édifice romanesque, que la nuit intérieure de l’âme ou « la grande forêt obscure » de l’errance prélude à l’illumination qui la régénère, que l’écriture ne se déploie que sous forme d’une réécriture ou d’une traduction, autant de traits qui apparentent les deux sommes romanesques qui ont ouvert, pour l’une, et accompli, pour l’autre, la littérature narrative d’imagination en prose française : Le Livre de Lancelot, au XIIIe siècle, À la recherche du temps perdu, au XXe.

Continuer la lecture de Charles Méla | L’Amour et son ombre. De la Recherche du temps perdu au Lancelot en prose | Honoré Champion | 2024

Jennifer Rushworth | Proust’s Songbook | University of Pennsylvania Press | 2024

Jennifer RUSHWORTH, Proust’s Songbook, Songs and Their Uses, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 10 juin 2024.

In Proust’s Songbook, Jennifer Rushworth analyzes and theorizes the presence and role of songs in Marcel Proust’s novel À la recherche du temps perdu (In Search of Lost Time). Instead of focusing on instrumental music and large-scale forms such as symphonies and opera, as is common in Proust musical studies, Rushworth argues for the centrality of songs and lyrics in Proust’s opus. Her work analyzes the ways in which the author inserted songs at key turning points in his novel and how he drew inspiration from contemporary composers and theorists of song. Rushworth presents detailed readings of five moments of song in À la recherche du temps perdu, highlighting the songs’ significance by paying close attention to their lyrics, music, composers, and histories. Continuer la lecture de Jennifer Rushworth | Proust’s Songbook | University of Pennsylvania Press | 2024

La réception de Proust à l’étranger | Marcel Proust aujourd’hui | vol 18 | 2024

La réception de Proust à l’étranger, Marcel Proust Aujourd’hui, vol. 18, Leyde, Brill, 1er mai 2024.

Volume Editors: 

L’œuvre de Marcel Proust a été traduite dans de nombreuses langues et ces traducteurs offrent toute une panoplie de variantes selon leurs perspectives. La critique internationale s’est également penchée sur la Recherche dès les années 1920 pour se déplier ensuite en une multitude d’approches. D’autre part tout un ensemble d’auteurs littéraires a trouvé dans l’écriture proustienne une source d’inspiration. Et les lecteurs partout dans le monde ont suivi le conseil de Proust de créer leur propre version du texte. De toutes ces expériences en trouvera ici un reflet et des échos provenant de tous les coins de la planète, de la Chine au Brésil, de l’Italie à la Turquie, des Pays-Bas à la Suisse, de la Suède à la Catalogne, de la Hongrie à l’Allemagne, du Québec à la Grèce.

 

Continuer la lecture de La réception de Proust à l’étranger | Marcel Proust aujourd’hui | vol 18 | 2024

Cynthia Gamble | Marie Nordlinger, la muse anglaise de Marcel Proust | Classiques Garnier | 2024

Cynthia GAMBLE, Marie Nordlinger, la muse anglaise de Marcel Proust, Paris, Classiques Garnier, 29 mai 2024. 

Proustmania ! Modèles esthétiques, éthiques et épistémologiques féminins dans A la Recherche du temps perdu | Université de Strasbourg | 13 juin 2024

Journée d’étude

Organisée par Matilde Manara

 

Collège Doctoral Européen

46 boulevard de la Victoire 67000 Strasbourg

Entrée libre sans inscription

13 juin 2024

 

Accéder au programme

« Dès son arrivée, je saluais Mme Swann, elle m’arrêtait et me disait : Good morning en souriant. Nous faisions quelques pas. Et je comprenais que ces canons selon lesquels elle s’habillait, c’était pour elle-même qu’elle y obéissait, comme à une sagesse supérieure dont elle eût été la grande prêtresse : car s’il lui arrivait qu’ayant trop chaud, elle entrouvrît, ou même ôtât tout à fait et me donnât à porter sa jaquette qu’elle avait cru garder fermée, je découvrais dans la chemisette mille détails d’exécution qui avaient eu grande chance de rester inaperçus, comme ces parties d’orchestre auxquelles le compositeur a donné tous ses soins, bien qu’elles ne doivent jamais arriver aux oreilles du public. »

Continuer la lecture de Proustmania ! Modèles esthétiques, éthiques et épistémologiques féminins dans A la Recherche du temps perdu | Université de Strasbourg | 13 juin 2024

Anne Simon | Zoopoétique de Proust | Séminaire d’Ilaria Vidotto | Erasmus + | | La Sapienza | Rome | 8 mai 2024


Erasmus Teaching 2024 Staff Mobility – Anne Simon, La Sapienza, Rome, 2-3-8 mai 2024


Lezioni nell’ambito del corso di Lingua e Letteratura francese (Proff. M. van Geertruijden e Ilaria Vidotto)

Ex Vetrerie Sciarra – Via dei Volsci, 122

8 mai 2024,  14:30-16:00, Aula Vetererie T : “Zoopoétique de Proust”, Séminaire de Master d’Ilaria Vidotto


Contact : Ilaria Vidotto

Ana Mendoza Aldana | La Fugitive | Les Presses du Réel | 2024

Ana MENDOZA ALDANA, La Fugitive, Dijon, Les Presses du Réel, 11 avril 2024. 

Une relecture lesbienne et queer d’Albertine, personnage central d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust : une exposition collective conçue comme un portrait de l’identité lesbienne.

Ce catalogue documente l’exposition « La Fugitive », rassemblant une quinzaine d’artistes autour d’Albertine, le personnage fictionnel féminin souvent mégenré de La Recherche de Marcel Proust. Les pratiques artistiques présentées questionnent une culture visuelle héritière du male gaze, participent à la mise en lumière de l’histoire des personnes queer et proposent ainsi une lecture polysémique des choses et du monde.

Continuer la lecture de Ana Mendoza Aldana | La Fugitive | Les Presses du Réel | 2024

Marie Gil | La Mémoire-cinéma, Lire Proust par les films | Éditions MF | 2024

Marie GIL, La Mémoire-cinéma, Lire Proust par les films, Paris, Éditions MF, 21 mars 2024.

Au centre de la signification d’À la recherche du temps perdu, dans le Temps retrouvé, apparaît le cinéma. Plus exactement, la nature du filmique s’y cache, bien malgré Proust qui le rejetait, au détour d’une image : la métaphore de la queue de paon. Celle-ci s’avère être un écran blanc sur lequel est projeté, en couleurs, un événement passé. Comme si l’on ne pouvait désormais, au XXe siècle, faire l’économie de la pellicule pour dire la mémoire. Cette découverte est relue à la lumière de six films intimement liés à la question mémorielle – de Sunset Boulevard de Billy Wilder à La Grotte des rêves perdus de Herzog, passant par une mémoire-détective (Spellbound de Hitchcock et Memento de Nolan) et deux grands Resnais (Hiroshima mon amour, On connaît la chanson). S’ils révèlent que tout film sur la mémoire est aussi un film sur le cinéma, ce n’est pas le moindre des paradoxes d’y découvrir aussi une réflexion sur le texte. Ils nous apprennent quelque chose de la littérature – et pas la moindre ici, puisqu’ils nous enseignent à lire Proust.

Sjef Houppermans | Marcel Proust déconstructiviste | CLASSIQUES GARNIER | 2024

Sjef HOUPPERMANS, Marcel Proust déconstructiviste, Paris, Classiques Garnier, 6 mars 2024. 

 

 

Bérengère Moricheau-Airaud | Représentation du discours autre et ironie dans À la recherche du temps perdu | CLASSIQUES GARNIER | 2024

Bérengère MORICHEAU-AIRAUD, Représentation du discours autre et ironie dans À la recherche du temps perdu, Paris, Classiques Garnier,14 férvier 2024. 

La représentation du discours autre dans À la recherche du temps perdu montre combien le narrateur est aux prises avec l’hétérogénéité du discours qui habite son expression, et surtout comment les configurations de cette représentation prêtent le jeu de cette altérité énonciative à l’expression d’une polyphonie ironique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search