Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019 | Milan | 9-10 mai 2019

 

 

Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019

Colloque international organisé par Anne Simon, Davide Vago et Marisa Verna, avec la collaboration de Ilaria Vidotto

Pôle Proust, Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS & Università Cattolica Milan, Milan 9-10 mai 2019

Keynote speaker: Nathalie Azoulai, auteure notamment de Titus n’aimait pas Bérénice, P.O.L., prix Médicis 2015; Les Manifestations, éd. du Seuil, 2005; Mad Men, un art de vivre (essai), éd. La Martinière, 2011; Les Spectateurs, P.O.L., 2018

Intervenants
André Benhaïm (Princeton University), Barbara Carnevali (EHESS), Stéphane Chaudier (Université Lille III), Anna Maria Contini (Unimore ),  Luc Fraisse (Université de Strasbourg),  Françoise Gaillard (Université Paris-Diderot), Edward J. Hughues (Queen Mary, University of London), Brigitte Mahuzier (Bryn Mawr College), Elisheva Rosen (Université de Tel Aviv), Marion Schmidt (University of Edinburgh), Eleonora Sparvoli (Universitàdegli Studi di Milano), Anna Isabella Squarzina (LUMSA),  Adam Watt (University of Exeter). Continuer la lecture de Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019 | Milan | 9-10 mai 2019

Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019

PROUST ET LE RIRE
Colloque international
Université d’Anvers le 24-5-2019

« Mais d’habitude il se contentait de chercher à nous amuser en racontant chaque fois une histoire nouvelle qui venait de lui arriver avec des gens choisis parmi ceux que nous connaissions, avec le pharmacien de Combray, avec notre cuisinière, avec notre cocher. Certes ces récits faisaient rire ma grand’tante, mais sans qu’elle distinguât bien si c’était à cause du rôle ridicule que s’y donnait toujours Swann ou de l’esprit qu’il mettait à les conter: “On peut dire que vous êtes un vrai type, monsieur Swann!” » Continuer la lecture de Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019

A. Compagnon et alii | Proust essayiste | Collège de France | 8 janvier-2 avril 2019

Antoine Compagnon, chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » : cours « Proust essayiste », Collège de France, Paris, 2019

À la recherche du temps perdu est un roman, cela semble entendu, mais Proust se demandait en 1908, alors qu’il tenait son idée maîtresse : « Faut-il en faire un roman, une étude philosophique, suis-je un romancier ? » Et il doutait. La Recherche aurai-elle pu prendre la forme d’un essai ? Y a t-il des essais dans la Recherche ? Proust a-t-il écrit des essais à côté de la Recherche, avant, après elle ? Et d’ailleurs, que voulait dire romancier, essayiste quand Proust se lança dans son oeuvre ?

Programme ici

Intervenants des séminaires :

Quelques paradoxes dans les essais ruskiniens de Marcel Proust : Jérôme Bastianelli, Société des Amis de Marcel Proust

« Des tentatives du même genre » : Nathalie Mauriac Dyer, ITEM, CNRS-ENS

Le roman de Proust se termine-t-il par un essai théorique ? Luc Fraisse, Université de Strasbourg et Institut universitaire de France

S’essayer à la vie, s’éprouver dans l’Histoire : archive et roman selon Proust : Anne Simon, Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS

La composition de Pastiches et mélanges : Christophe Pradeau, Sorbonne Université

Fiction, non-fiction : l’histoire dans l’essai : Donatien Grau, Musée d’Orsay

Les questionnaires comme genèse de l’essai : Évelyne Bloch-Dano

Éditer « Contre Sainte-Beuve » : Matthieu Vernet, Sorbonne Université

Proust en dialogue avec Bergson : Clément Girardi, Lycée Gutenberg de Créteil

Les cours et séminaires sont gratuits. L’entrée  est libre dans la limite des places disponibles. Il est à noter qu’une affluence importante est attendue.

Les cours et séminaires  seront filmés et enregistrés puis disponibles sur ses pages.

Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018

Que reste-t-il d’À La Recherche du Temps Perdu un siècle après sa parution ? Un siècle après l’érosion des pluies acides de la critique ? Un précipité noir. Noir comme un roman noir. Dans La Recherche, le crime est symbolique. Les meurtres se font en série. Chronique de la mort annoncée d’un auteur, de la noblesse, d’une France féodale, monarchique, catholique et rurale, le roman de Proust propose une enquête et Marcel est son détective. Cet essai interroge La Recherche à travers une couleur : le noir.

Continuer la lecture de Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018

Quaderni proustiani | vol. XII |décembre 2018


Sezione Italiana

Gennaro Oliviero, Eleonora Sparvoli, Geneviève Henrot Sostero, Presentazionepages 5-6.

Alberto Beretta Anguissola, Marcel in Tolomea, ovvero: la « Recherche » secondo Samuel Beckettpages 9-24.
Ilaria Vidotto, Dante, i Verdurin e l’inferno proustiano della mondanità. Note su un’allusione alla Commedia in Un amour de Swann pages 25-46.
Davide Vago, « L’enfer, c’est l’autre ». Su un intertesto proustiano in Sartre, Les Mots pages 47-57.
Adelaide Pagano, L’inferno della seduzione: l’inganno di Odette de Crécy pages 59-74.


Sezione Francese

Geneviève Henrot Sostero, Enfers du Nom dans À la recherche du temps perdupages 77-100.
Ludovico Monaci, Les étapes de la socialisation d’Albert Bloch : « (Non) absit iniuria verbis »pages 101-112.
Pyra Wise, Jean Bénac dans l’Enfer de la Grande Guerre : une source de Robert de Saint-Loup au frontpages 113-140.


Recensioni

Roberta Capotorti, Alberto Beretta Anguissola, Proust: guida alla Recherche, Carocci, Roma, 2018, 143p.pages 143-145.
Ludovico Monaci, Thomas Carrier-Lafleur, Jean-Pierre Sirois- Trahan (éd.), Proust au temps du cinématographe : un écrivain face aux médias, Paris, Classiques Garnier, « Revue d’études proustiennes », 2016-2, n° 4, 364p.pages 147-148.
Ludovico Monaci, Biagio D’Angelo, Espace-temps : Proust & les créations contemporaines – Écrits parisiens 2017- 2018, 3, Paris, L’Harmattan, « Eidos », série Retina, 2018, 138p.pages 149-150.

Tous les articles sont téléchargeables à ce lien: http://quaderniproustiani.padovauniversitypress.it/issue/12/

L’AàC « Proust et les écrans » pour le numéro XIII, 2019 est disponible ici:
http://quaderniproustiani.padovauniversitypress.it/quaderni-proustiani-13-2019

Séminaire du CRP PROUST | Sorbonne Nouvelle | 2018-2019

Stéphane Heuet, À la recherche du temps perdu, © É.Delcourt, 2004, coffret « À l’ombre des jeunes filles en fleurs »

–        Mercredi 16 janvier 2019, 17h
Eugène NICOLE, écrivain et Professeur de littérature française à l’université de New-York. 
« « La matinée au théâtre et le dîner Norpois », première juxtaposition « romanesque » de À la recherche du temps perdu dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs. »
 
–        Mercredi, 20 février, 17h
Luc FRAISSE, Professeur des universités, Strasbourg.
« Être romancier en 1919 : les avancées en techniques romanesques dans A l’ombre des jeunes filles en fleurs »
 
–        Mercredi 13 mars, 17h 
Davide VAGO, maître de conférences, Université catholique de Milan. 
« ‘Nos intonations contiennent notre philosophie de la vie’: le discours de la voix dans les Jeunes Filles en fleurs »
 
–        Mercredi 10 avril, 17h
Mireille NATUREL, maître de conférences-HDR, Université de la Sorbonne nouvelle-Paris3
« La présence de Flaubert dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs »

Bulletin d’informations proustiennes | n° 48 | nov. 2018

 

Sommaire 

Avant-propos
par Nathalie MAURIAC DYER


Correspondance inédite
Trois lettres à Albert Flament, par Françoise LERICHE
Une lettre à Léon Bailby, par François PROULX
Trois lettres à Marcel Proust, de Robert Proust, Georges de Lauris et Jacques Copeau, par Caroline SZYLOWICZ Continuer la lecture de Bulletin d’informations proustiennes | n° 48 | nov. 2018

Jean Bellorini | Un Instant | TGP | 14 nov-9 déc. 2018


Le directeur du théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, Jean Bellorini, propose cet automne une création à partir de la Recherche de Proust. La pièce, Un instant, se centre sur le rapport de Proust à des figures féminines essentielles dans la vie de l’écrivain (sa mère, sa grand-mère et, plus tard, sa gouvernante) pour interroger les mécanismes du souvenir et du deuil.Pendant environ 1h30, les deux comédiens au plateau, Hélène Patarot et Camille de la Guillonnière, accompagnés par le musicien Jérémy Peret, tentent de faire résonner la langue de Proust tout en l’entrelaçant à leur propre histoire.

https://www.theatregerardphilipe.com/cdn/