Archives par mot-clé : Quaderni Proustiani

AÀC | Poétique du figurant | Quaderni Proustiani | mai 2023

Appel à contribution 

Quaderni proustiani 

Poétique du figurant – Il popolo delle comparse

Date limite : septembre 2023

 

Argumentaire

De grands personnages habitent au coeur de la Recherche, qui nous sont chers et familiers : Françoise et Léonie, la mère, la grand-mère, Swann et Odette, Oriane, Gilberte et Albertine, Charlus et les Verdurins… Des articles et des livres leur ont été consacrés (De Lattre 1984, Dubois 1999, Schneider 2000, Pierron 2005, Teyssandier 2013).

Mais on a prêté nettement moins d’attention (de Tadié 1971 à Brézet 2022) au très grand nombre de personnages secondaires et aux figurants qui en constituent, eux, le choeur innombrable, puisque le personnel du roman, au grand complet de son casting, monte à plus de 500 personnages (d’aucuns disent 800, d’autres encore 2500): domestiques et valets de pied, commerçants et vendeurs ambulants, laitières et crémières, courrières et chambrières, serveurs de restaurant et servantes de curé, filles de cuisine et garçons de ferme.

Déplaçant l’oeil de la caméra du premier plan vers le fond de scène et ses coulisses, nous voudrions cette fois saisir et clicher ces figures qui vaguent et vaguent dans l’ombre, et ne font parfois qu’un pas furtif jusqu’aux lumières de la rampe. Ces météores tangentiels d’autres mondes parallèles (ouvriers, gens de maison, petits commerçants) qu’on a souvent reproché à Proust d’avoir laissés pour compte dans son tableau social, recevront ici une attention exclusive, qui visera à cerner comment le figurant s’appelle ou est désigné, apparaît, parle, pense, agit, éprouve, s’intègre dans un ensemble ou un sous-ensemble.

L’ambition critique de ce volume est prioritairement po(ï)étique : comment se fabrique (Hamon 1983, Adam 1989, Lavocat et al. 2007) le personnage proustien (en l’occurrence, le figurant) et pour quelle économie narratologique dans le « personnel » romanesque (Greimas, Bremond, Hamon). Aussi penchera-t-on de préférence pour des fondements de type génétique, stylistique, rhétorique, linguistique textuelle, narratologique, sans pour autant exclure des apports philologiques (Schuerewegen 2006 ; Wise 2007) ni se priver d’aboutir à des interprétations sociologiques (Dubois 1997, 2018 ; Marcel Proust aujourd’hui n° 5).

Les approches pourront donc concerner les points d’attention suivants :

Continuer la lecture de AÀC | Poétique du figurant | Quaderni Proustiani | mai 2023