Archives par mot-clé : proust

A. Simon | Trafics de Proust | Hermann | 2016

Anne Simon, Trafics de Proust. Merleau-Ponty, Sartre, Deleuze, Barthes, Paris, Hermann, coll. « Philosophie », 2016.

Trafics de Proust

Un commerce intime, tantôt exalté, tantôt inavouable, entre l’œuvre de Proust et celles de Merleau-Ponty, Sartre, Deleuze ou Barthes se joue au cœur des années 1950-1970, au moment où sont renouvelées les façons d’envisager l’écriture théorique. Si le romancier les a particulièrement captivés, c’est que son œuvre venait amplifier ou heurter non seulement leur pratique réflexive, mais le sens même de leur existence et de leur engagement dans l’écriture. Du roman au traité naît une étrange érotique des pensées, où se créent des partages sereins, des négociations passionnées, des appariements effrayants. Continuer la lecture de A. Simon | Trafics de Proust | Hermann | 2016

Journée d’étude | Proust et les sciences sociales : allers-retours | 27 mars 2015

 

 

 

 

Journée d’étude : Proust et les sciences sociales : allers-retours

Journée organisée par Anne Simon et Marielle Macé
Pôle Proust, CRAL, EHESS-CNRS

27 mars 2015

Avec Barbara Carnevali (EHESS), Robert Kahn (Université de Rouen), Martin Rueff (Université de Genève), Jacques Dubois (Université de Liège), Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS), Perrine Simon-Nahum (CNRS/EHESS), Sara Guindani (Université Paris 8/FMSH) et Philippe Chardin (Université François Rabelais de Tours)
En quoi l’œuvre de Proust peut-elle inciter les chercheurs en sciences humaines et sociales à modifier leurs façons d’appréhender la réalité ? En retour, que peuvent nous apprendre ces sciences sur le texte proustien ? Un colloque, intitulé « Proust et les sciences sociales : allers-retours », s’inscrivant dans la série Arts, littérature et sciences sociales, se tiendra le 27 mars 2015 pour envisager ces questions croisées et explorer, à travers elles, la complexité, la difficulté parfois, des rapports entre littérature, philosophie et sciences sociales.

 

Présentation par
Anne Simon (CNRS/EHESS) et  Marielle Macé (CNRS/EHESS)
« Proust : une microesthétique du social » par Barbara Carnevali (EHESS)
( 53 min 23 sec )

 

Continuer la lecture de Journée d’étude | Proust et les sciences sociales : allers-retours | 27 mars 2015

Pôle Proust

[English below]

Le Pôle Proust, animé par Anne Simon, s’insère dans le programme Littérature, pensée et formes de l’existence de l’axe Littératures et Textes du CRAL. Il diffuse les activités d’un réseau international de chercheurs faisant essaimer l’œuvre de Proust dans le champ des sciences du vivant, de l’homme et de la société, fédère des événements sur les rapports que son œuvre institue entre pensée, vie et création littéraire, et contribue à la mise en place scientifique de séjours de spécialistes au sein du CRAL.

Nous souhaitons prendre acte d’une transversalité de questionnements entre littéraires et philosophes, linguistes, sociologues, historiens, anthropologues ou traducteurs. Proust a été très tôt associé par les philosophes à une interrogation sur les pouvoirs cognitifs de la littérature, devenant un référent, un repoussoir ou un moteur du développement de leur pensée propre. La réflexion sur cette émulation entre modes de cognition théorique et romanesque s’est internationalement diffusée, mais aussi récemment transformée, en Amérique et en Asie autant qu’en Europe, les rapports entre éthique, connaissance et poétique constituant des enjeux majeurs des débats actuels. L’histoire des sciences, les sciences du vivant et les études littéraires trouvent elles aussi dans l’écriture et la fiction proustiennes des points de contact inédits, qu’il s’agisse de mettre en valeur les interactions entre la théorie de la relativité, les aléas de la temporalisation et les « chassés-croisés de la perspective », d’envisager les liens entre histoires romanesques et histoire naturelle, ou de réfléchir au déploiement d’une langue qui s’origine dans le monde sensible. L’histoire et la théorie des arts – qu’il s’agisse de la musique ou des arts visuels – se penchent abondamment sur Proust, sa formation, sa culture, mais aussi sur le type d’expérience esthétique qu’il a su figurer. Enfin, pour la sociologie, l’histoire sociale, l’histoire des idées et les sciences des religions, la Recherche est reconnue comme un véritable « terrain », le lieu d’une mise en travail des complexités d’une époque caractérisée par une violence politique, religieuse et symbolique qui fracture le vingtième siècle dès sa naissance, touchant les êtres au plus intime.

Proust met en jeu des problématiques que notre contemporanéité n’a pas fini de prendre en charge, voire qu’elle découvre et reformule à partir de son œuvre : le Pôle Proust a pour objet de prendre cette dernière comme un cas exemplaire de trafic vital entre création poétique, invention intellectuelle et production de savoirs.

——

Coordinated by Anne Simon, Pôle Proust is part of the “Littérature, pensée et formes de l’existence” (“Literature, Thought, and Forms of Being”) program within CRAL’s “Littératures et Textes” platform. It provides visibility to a network of international scholars who combine the study of Proust with Human and Social Sciences. Pôle Proust conducts scientific events on the relationships between thought, life, and fiction, and helps scholars to apply for funding and coordinate their residency within the CRAL.

Our goal is to emphasize issues shared by scholars in Literature, Linguistics, Sociology, History and Translation. Very early on, philosophers thought of Proust in conjunction with research on literature’s cognitive potential. Proust thus became either a reference, a discriminating counterpoint, or a driving force for the development of their own thinking. Not only is scholarship on these competing cognitive modes of thinking (literary and theoretical) now global, but it has recently transformed the various relationships between ethics, knowledge, and poetics, which form the focus of current debates in America, Asia, as well as in Europe. One can see History of science, biology, and literary studies unexpectedly intersect in Proust’s production, whether by emphasizing interactions between the theory of relativity, randomness within the fabric of time, and “the châssés-croisés of the perspective”; by considering the overlap between fictional stories and natural history; or by reflecting on language as originating in the “sensible world,” in the phenomenological sense of the term. Proust, his education, his cultural background, as well as the kind of aesthetic experience he was able to transcribe, remain rich topics for History and art theory, including studies of music and visual arts. Finally, within the context of sociology, social history, history of ideas, and religious sciences,  In Search of Lost Time is seen as a rich locus or terrain for research: Proust’s depiction of his time is complex, mirroring political, religious, and symbolic violence which, from the beginning of the 20th century, disrupted society as a whole and shook people to their very core.

Today’s researchers are still concerned with questions and problems which Proust’s works put into play and which may even be reformulated through his texts. As such, Pôle Proust aims to use Proust’s works as the paradigm for interactions between poetic creation, intellectual innovation, and knowledge production, thus unearthing a living flow or trafic of thoughts and affects.