Archives par mot-clé : histoire naturelle

Anne Simon – Galia Yanoshevsky | Proust et le cri du lapin | Univ. Bar-Ilan | 14 déc. 2020

 

Anne Simon, Directrice de recherche au CNRS, « Décalages zoopoétiques : Proust et le cri du lapin »

« J’ai jamais vu une bête comme ça ; elle est morte sans dire seulement une parole, vous auriez dit qu’elle était muette. » Peu au courant du langage des bêtes, j’alléguai que le lapin ne criait peut-être pas, comme le poulet.

« Attendez un peu voir, me dit Françoise indignée de mon ignorance, si les lapins ne crient pas autant comme les poulets. Ils ont même la voix bien plus forte. » Continuer la lecture de Anne Simon – Galia Yanoshevsky | Proust et le cri du lapin | Univ. Bar-Ilan | 14 déc. 2020

Anne Simon | La rumeur des distances traversées | Classiques Garnier | 2018

Anne Simon, La Rumeur des distances traversées. Proust, une esthétique de la surimpression, Paris, Classiques Garnier, 2018

La chambre éclairée par la lanterne magique, où s’ouvre « la trappe  invisible par où les fantômes apparaissent », est chez Proust le lieu des songes signifiants, des possessions malgré soi, des assouvissements extrêmes. Dans cette nuit inquiète s’anime un sujet en proie à une énigmatique « transvertébration » qui entrecroise de primordiales formes de soi – bisexuation, inceste, hybridation homme-bête, revenance, judaïsme… Une esthétique de la surimpression caractérise ces deux expériences de frayage et de passage que sont l’écriture et la vie. Proust comme être traversé et traversant, tel est le sujet de ce parcours qui, initié il y a une trentaine d’années, rend compte de la puissance philosophique d’un roman hanté par « la rumeur des distances traversées ». Continuer la lecture de Anne Simon | La rumeur des distances traversées | Classiques Garnier | 2018

P. Moret-Jankus | Race et imaginaire biologique chez Proust | Classiques Garnier | 2016

Pauline Moret-Jankus, Race et imaginaire biologique chez Proust, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque proustienne », 2016pmkms01b

L’œuvre de Proust tisse un écheveau de thèmes issus d’un imaginaire biologique. Il permet à Proust de mettre en scène la tension entre identités de groupe et aspiration à une loi universelle. Cet imaginaire biologique nourrit la représentation littéraire de la multiplicité de l’identité personnelle.

Continuer la lecture de P. Moret-Jankus | Race et imaginaire biologique chez Proust | Classiques Garnier | 2016