Archives par mot-clé : essai

A. Compagnon et alii | Proust essayiste | Collège de France | 8 janvier-2 avril 2019

Antoine Compagnon, chaire « Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie » : cours « Proust essayiste », Collège de France, Paris, 2019

À la recherche du temps perdu est un roman, cela semble entendu, mais Proust se demandait en 1908, alors qu’il tenait son idée maîtresse : « Faut-il en faire un roman, une étude philosophique, suis-je un romancier ? » Et il doutait. La Recherche aurai-elle pu prendre la forme d’un essai ? Y a t-il des essais dans la Recherche ? Proust a-t-il écrit des essais à côté de la Recherche, avant, après elle ? Et d’ailleurs, que voulait dire romancier, essayiste quand Proust se lança dans son oeuvre ?

Programme ici

Intervenants des séminaires :

Quelques paradoxes dans les essais ruskiniens de Marcel Proust : Jérôme Bastianelli, Société des Amis de Marcel Proust

« Des tentatives du même genre » : Nathalie Mauriac Dyer, ITEM, CNRS-ENS

Le roman de Proust se termine-t-il par un essai théorique ? Luc Fraisse, Université de Strasbourg et Institut universitaire de France

S’essayer à la vie, s’éprouver dans l’Histoire : archive et roman selon Proust : Anne Simon, Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS

La composition de Pastiches et mélanges : Christophe Pradeau, Sorbonne Université

Fiction, non-fiction : l’histoire dans l’essai : Donatien Grau, Musée d’Orsay

Les questionnaires comme genèse de l’essai : Évelyne Bloch-Dano

Éditer « Contre Sainte-Beuve » : Matthieu Vernet, Sorbonne Université

Proust en dialogue avec Bergson : Clément Girardi, Lycée Gutenberg de Créteil

Les cours et séminaires sont gratuits. L’entrée  est libre dans la limite des places disponibles. Il est à noter qu’une affluence importante est attendue.

Les cours et séminaires  seront filmés et enregistrés puis disponibles sur ses pages.

A. Simon | Trafics de Proust | Hermann | 2016

Anne Simon, Trafics de Proust. Merleau-Ponty, Sartre, Deleuze, Barthes, Paris, Hermann, coll. « Philosophie », 2016.

Trafics de Proust

Un commerce intime, tantôt exalté, tantôt inavouable, entre l’œuvre de Proust et celles de Merleau-Ponty, Sartre, Deleuze ou Barthes se joue au cœur des années 1950-1970, au moment où sont renouvelées les façons d’envisager l’écriture théorique. Si le romancier les a particulièrement captivés, c’est que son œuvre venait amplifier ou heurter non seulement leur pratique réflexive, mais le sens même de leur existence et de leur engagement dans l’écriture. Du roman au traité naît une étrange érotique des pensées, où se créent des partages sereins, des négociations passionnées, des appariements effrayants. Continuer la lecture de A. Simon | Trafics de Proust | Hermann | 2016