Archives de catégorie : Parution

Daria Galateria | Il bestiario di Proust | Sellerio | 2022

Daria GALATERIA, Il bestiario di Proust, Palerme, Sellerio, 2022.

La Recherche è un’Arca di Noè, carica di animali, che Proust ha messo in salvo. Alcuni gli venivano dalla vita, altri dalle letture: sono i suoi animali perduti, osservati con tenerezza spietata. Così, si preoccupa delle bestie che non possono baciarsi: i cervi con la loro possente impalcatura, che sono in grado solo di sfiorarsi con un ramo delle corna, i ricci, prigionieri della loro corazza, tutti gli esseri a cui mancano organi essenziali per l’amore. La famosa frase «i veri paradisi sono i paradisi che abbiamo perduto» nasce in una visita allo zoo di Parigi, vedendo leoni e orsi in gabbia, «re in esilio», che hanno perso le loro giungle – il loro passato. Bestie dissimili ma fraterne illustrano tutti i temi proustiani: l’aristocrazia, lo snobismo, gli ebrei, la sterilità, la malattia, l’ipocondria, il parricidio, e anche la morte. E proprio all’origine della Recherche, c’è un piccolo pipistrello cieco che sbatte negli angoli di una fattoria in Bretagna.
Proust stesso, se si descrive, è spesso un animale: è un gufo che vive al buio, e che vede un po’ chiaro solo nelle tenebre; e anche se sa che la moda è per i romanzi brevi, le sue frasi, bisogna pure che le fili come il baco da seta.
Ora, a cent’anni dalla scomparsa, qui per la prima volta si considera come gli animali siano stati attori delle principali pagine della vita e delle opere di Proust. A partire dai motivi più profondi e forti dell’universo proustiano, un saggio tematico rileva con quale frequenza siano state le bestie a ispirarli e incarnarli. A seguire, un Catalogo degli animali di Proust ne registra cronologicamente le apparizioni e le ricorrenze: come entrano in scena tra lettere, poesie, novelle, fogli persi, quaderni preparatori, romanzi – e poi cosa diventano, e in che ruoli recitano: naturalmente, come tutti i suoi personaggi, anche gli animali di Proust evolvono, nel Tempo.

Jean Pruvost | Marcel Proust « psychologue original » dans les dictionnaires (1920-1960) | Honoré Champion | 2022

Jean PRUVOST, Marcel Proust « psychologue original » dans les dictionnaires (1920-1960), Paris, Honoré Champion, 26 sept. 2022.

Marcel Proust « psychologue original » … Voilà qui surprend ! Il s’agit pourtant du commentaire unique attribué de 1925 à 1951 à l’« auteur d’À la recherche du temps perdu » dans un dictionnaire de grand renom. En vérité, les lexicographes des dictionnaires, petits ou grands, furent d’abord dans l’embarras pour définir le génie de l’écrivain avant d’offrir une image toujours plus riche et originale de l’homme et de son œuvre. Suivre méthodiquement l’évolution de ces articles, découvrir sous l’anonymat qu’ils sont parfois rédigés par un académicien, repérer chronologiquement les indices de la notoriété sans cesse croissante de Marcel Proust – photographies, tableaux, commentaires inattendus à propos de la madeleine, de Combray, de l’adjectif proustien, etc. –, tel est l’objectif de cet essai, à la fois source documentaire et voyage inédit au cœur de l’univers proustien. Qu’il soit préfacé par un éminent proustien, Thierry Laget, apportant également son éclairage à propos de Proust et des dictionnaires, constitue un privilège supplémentaire particulièrement appréciable. Continuer la lecture de Jean Pruvost | Marcel Proust « psychologue original » dans les dictionnaires (1920-1960) | Honoré Champion | 2022

Charles DANTZIG | Proust Océan | Grasset | 2022

Charles DANTZIG, Proust Océan, Paris, Grasset, 21 sept. 2022. 

Rien n’était fait pour que Proust triomphe. Un mondain, un  Juif, un homosexuel, qui a osé remporter le prix Goncourt contre un roman de guerre, ce qui lui a valu des persiflages infinis, jusqu’à une revue de cabaret présentant un numéro «  Proust ma chère  ». D’ailleurs, sa postérité a été lente à s’établir. Elle n’a réellement commencé que dans les années 1950, jusqu’à ce que Proust devienne l’un des écrivains français les plus célèbres du monde. Continuer la lecture de Charles DANTZIG | Proust Océan | Grasset | 2022

Louis-José Lestocart | Proust et la connaissance esthétique | Classiques Garnier | 2022

Louis-José LESTOCART, Proust et la connaissance esthétique, Paris, Classiques Garnier, 14 sept. 2022.

Explorant les notions proustiennes à l’aune de Paul Valéry, cet essai propose de nouveaux outils pour l’interprétation de la Recherche. Les modèles valéryens – variation, topologie non linéaire, système Corps/Esprit/Monde – revisitent mémoire involontaire, intermittences, “paysages” métaphoriques proustiens.

Collectif | Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust | Gallimard | 2022

Collectif, Proust-Monde. Quand les écrivains étrangers lisent Proust, Paris, Gallimard, “folio classique”, 08 septembre 2022.

Il est temps de faire le bilan : cent ans après la mort de son auteur, pourquoi la Recherche est-elle toujours autant lue, toujours aussi obsédante ? Lire ou ne pas lire Proust ? Comment, après lui, parler des effets du temps sur nous, des phénomènes de mémoire involontaire, de la solitude de celui qui aime, de la jalousie et du désir ? Tout écrivain se confronte un jour à Proust. Chaque lecteur transpose la Recherche dans sa réalité, de même que Proust n’a cessé de transposer (transfigurer !) son expérience vécue dans son oeuvre. Les chagrins d’enfance du narrateur inspirent l’Autrichien Rilke, tandis que, dans l’univers francophone, l’Algérien Kateb Yacine explore ce traumatisme au miroir de l’épreuve coloniale. Mais, au-delà du grand homme de lettres, Proust est devenu une figure familière, à laquelle tente de s’accrocher Varlam Chalamov perdu dans le désert blanc du goulag. Une familiarité qui explique que la Recherche irrigue de ses paysages (réels et mentaux) l’ensemble du monde culturel occidental : un scénario (non réalisé) de Visconti, se concluant sur la fameuse scène d’ouverture de la Recherche, en témoigne. Cette familiarité se redouble pourtant d’un sentiment de radicale étrangeté : au congrès des écrivains soviétiques de 1934, Proust est rejeté par une bonne partie de l’intelligentsia communiste internationale comme un écrivain décadent, créateur d’un univers morbide. Mais le dégoût que suscite le maniérisme proustien (qui s’étend bien au-delà des écrivains engagés) révèle pourtant une véritable fascination pour une œuvre monstrueuse, comme le détaille Gombrowicz dans son journal. L’ambivalence d’une écriture qui se fait monde donne à la Recherche une résonance philosophique, qu’explore Adorno en analysant la figure du snob chez Proust.

Alessandro PIPERNO | Proust senza tempo | Mondadori | 2022

Alessandro PIPERNO, Proust senza tempo, Milan, Mondadori, 6 sept. 2022. 

Tutto ha inizio con un inatteso dono di Natale. Un librone rilegato in similpelle blu navy con intarsi dorati, più simile a una Bibbia da motel che a un romanzo. Il volume in questione è Dalla parte di Swann, il primo tomo di Alla ricerca del tempo perduto nell’edizione dei “Meridiani” Mondadori. Marcel Proust, dunque. Un nome che risulta sconosciuto al beneficiario non meno che all’autore del regalo, entrambi all’ultimo anno di liceo. Sebbene abbia già avuto modo di mettere in carniere letture di un certo calibro, il giovane appassionato di storie non può immaginare che stavolta sarà tutto diverso. Man mano che si avventura nel folto intricato di quelle pagine, scandite da periodi che indugiano su se stessi incuranti della pazienza del lettore, concatenati in una sintassi apparentemente involuta che sembra non dover condurre da nessuna parte, l’immediatezza di lettura, l’entusiasmo spontaneo lasciano spazio a una perplessità incredula. Ci vorrà del tempo perché quella perplessità riveli la sua natura: fascinazione. Di quelle destinate a cambiare il corso dell’esistenza. Da qui prende le mosse l’incantesimo Proust. Come se la sua prosa non potesse entrare nella tua vita che di soppiatto. A distanza di tanti anni, ora che il tempo ha cristallizzato quelle prime impressioni, Alessandro Piperno si volge, per la prima volta in modo così intimo, alle ragioni di quell’incontro felice. Proust non è soltanto l’autore a cui ha consacrato buona parte della sua vita intellettuale. Che lo ha ispirato, come nessun altro scrittore ha saputo fare. Da un certo momento in poi è diventato fatalmente la misura per leggere gli autori amati, Montaigne, Woolf, Nabokov, Roth. Persino Céline, il più accanito nemico della Recherche. Attraverso “brevi divagazioni di marca plutarchiana, questo libro offre un approccio arbitrario e vecchio stampo che forse, se preso nel giusto verso, potrà giovare sia alla comprensione di Proust che a quella dei maestri che ho voluto affiancargli.

 

Pierre BIRNBAUM | Marcel Proust. L’adieu au monde juif | Seuil | 2022

Pierre BIRNBAUM, Marcel Proust. L’adieu au monde juif, Paris, Seuil, 2 sept. 2022. 

Cent ans après la mort de Marcel Proust, le 18 novembre 1922, on n’en finit pas de dénombrer ses contradictions, ses ambiguïtés et ses équivoques. Proust est catholique – « j’aime le catholicisme et je veux l’aimer » – tout en défendant les Juifs ; il se moque de l’antisémitisme, mais fait parfois sien le vocabulaire de Drumont ; se présente comme un « ardent dreyfusard », mais se métamorphose au cours de l’affaire et après son dénouement en un dreyfusard « désenchanté ». S’il condamne le nationalisme de ses amis antisémites comme Léon Daudet ou Maurice Barrés qui taisent sa judéité, il admire sans réserve ou presque leurs œuvres littéraires. Conservateur dans l’âme, fasciné par l’aristocratie, hostile au socialisme et à toute forme de bouleversement social, il demeure aussi sensible, par « atavisme » familial, à l’univers yiddish ou à certains rituels de la vie juive tout en faisant siens les codes culturels, les croyances et les manières de vivre des salons de la haute société chrétienne. C’est alors l’image d’un Juif non-juif qui se dessine. Continuer la lecture de Pierre BIRNBAUM | Marcel Proust. L’adieu au monde juif | Seuil | 2022

Bertrand LECLAIR | Le train de Proust | Fayard | 2022

Bertrand LECLAIR, Le train de Proust, Paris, Fayard, 31 août 2022.

Qu’en est-il du rapport à l’espace dans une oeuvre mondialement célèbre pour son exploration du temps ? A l’aide du motif du train, qui traverse l’ensemble de la Recherche, ce livre s’interroge sur la manière dont ces deux dimensions s’articulent. Est-ce un hasard si l’immense travail littéraire entrepris par Proust est contemporain des découvertes d’Einstein sur la relativité ?

Continuer la lecture de Bertrand LECLAIR | Le train de Proust | Fayard | 2022

Jan BAETENS | Illustrer Proust | Les Impressions Nouvelles | 2022

Jan BAETENS, Illustrer Proust, Histoire d’un défi, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 1 sept. 2022.

« Illustrer Proust m’a toujours paru inconcevable. Comment éviter la représentation prédominante de ce qui n’est qu’un décor, aux dépens de ce qui constitue véritablement la matière d’À la recherche du temps perdu ? », écrivait Yan Nascimbene, illustrateur de Du côté de chez Swann. Mais il s’empressait d’ajouter : « Bien entendu il aurait été absurde de prétendre “enrichir” le texte de mes dessins ! J’espère cependant qu’ils pourront prolonger la rêverie du lecteur… » Continuer la lecture de Jan BAETENS | Illustrer Proust | Les Impressions Nouvelles | 2022

Jocelyne Sauvard | PROUST À L’OMBRE DES FEMMES | Écriture | 2022

Jocelyne SAUVARD, Proust à l’ombre des femmes, Paris, Écriture, 15 sept. 2022.

 

Qu’elles soient duchesses, artistes, grandes bourgeoises, courtisanes, cuisinières, femmes de chambre ou secrétaires, À la recherche du temps perdu a mis en lumière les femmes de toutes extractions. Mais qui furent les inspirations d’Albertine, Mme Verdurin ou encore Gilberte ? Quel lien entretenait Marcel Proust avec les femmes ?

Continuer la lecture de Jocelyne Sauvard | PROUST À L’OMBRE DES FEMMES | Écriture | 2022