Archives de catégorie : Manifestation scientifique

Anne Simon | Zoopoétique de Proust | Séminaire d’Ilaria Vidotto | Erasmus + | | La Sapienza | Rome | 8 mai 2024


Erasmus Teaching 2024 Staff Mobility – Anne Simon, La Sapienza, Rome, 2-3-8 mai 2024


Lezioni nell’ambito del corso di Lingua e Letteratura francese (Proff. M. van Geertruijden e Ilaria Vidotto)

Ex Vetrerie Sciarra – Via dei Volsci, 122

8 mai 2024,  14:30-16:00, Aula Vetererie T : “Zoopoétique de Proust”, Séminaire de Master d’Ilaria Vidotto


Contact : Ilaria Vidotto

Pans de Proust | Département Littératures et Langage | Ecole normale supérieure | Paris | 2023-2024

Séminaire d’élèves, Département Littératures et Langage,  2023-2024

Pans de Proust – Pour une lecture rapprochée d’À la recherche du temps perdu

École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris 5e

Ce séminaire d’élèves s’inscrit dans une volonté de valorisation des expériences personnelles de lecture d’À la recherche du temps perdu. Ouvert à toutes et tous, il se donne pour but d’ouvrir un dialogue horizontal, foisonnant et convivial, en invitant des proustien.nes (professionnel.les ou amateur.ices, chercheur.euses ou artistes) à parler d’un “pan” du roman – une scène, une image, un personnage secondaire – qui les a interpellés, émus, bouleversés. À partir de ces “pans” vécus, à l’image du “petit pan de mur jaune” qui marque la scène de la mort de Bergotte dans La Prisonnière, il s’agira aussi d’explorer de manière théorique l’expérience même du pan et la possibilité, selon l’expression de Daniel Arasse, d’une “lecture rapprochée” du roman. On mettra ainsi de côté la trop raisonnable distance qu’impose la monumentalité du roman-cathédrale, au profit des trouvailles permises par une lecture plus intime de l’œuvre.

Séances du premier semestre 2023-2024, dernier mercredi de chaque mois, 18h30-20h30

27 septembre 2023, Salle Beckett, 18h30-20h30 – Laure Murat (UCLA) et Christophe Pradeau (Sorbonne)

25 octobre 2023, salle des Actes, 19h00-20h30 :
 Nathalie Azoulai (écrivaine) et Marcel Cohen (écrivain)

29 novembre 2023, Salle Cavaillès, 18h30-20h30 : 
Gabrielle Génin (ENS) et Nathalie Mauriac Dyer (CNRS-ENS)

20 décembre, salle à confirmer, 19h-21h :
 Arthur Dreyfus (écrivain et cinéaste), projection-débat. REPORTÉ

Séances du second semestre 2023-2024

Mercredi 31 janvier 2023, 18h30-20h (Salle des Actes) : Jeanne Jacob (Sorbonne) et Anne Simon (ENS)

Mercredi 28 février 2024, 19h-20h30 (Salle des Actes) : Matthieu Vernet (Sorbonne) et Yangjie Zhao (ENS)

Mercredi 3 avril 2024, 18h30-20h (Salle Beckett) : Guy Jacoby (ENS) et Tiphaine Samoyault (EHESS)

Mercredi 24 avril 2024, 20h-22h (Salle à préciser) :  Arthur Dreyfus (écrivain et cinéaste)

Projection-débat des Madeleines

Programme détaillé sur

www.litteratures.ens.psl.eu/spip.php?article250

Contact : seminaire.proust@gmail.com

Organisation et contact :
Gabrielle Genin
Guy Jacoby
Louise Lavaud

LUDOVICO MONACI | PRAGMATIQUE DE L’INJURE DANS À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU DE MARCEL PROUST | UNIVERSITÉ DE PADOUE | 30 AOÛT 2023

Ludovico Monaci, Pragmatique de l’injure dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Soutenance de thèse, 30 août 2023
 
Ludovico MONACI soutiendra sa thèse de doctorat en littérature française  « Pragmatique de l’injure dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust »

Thèse dirigée par Geneviève Henrot Sostero (Università degli Studi di Padova) et co-dirigée par Françoise Leriche (Université Grenoble Alpes).
 
La thèse a été préparée dans le cadre d’un doctorat en cotutelle Università degli Studi di Padova et Université Grenoble Alpes.

La soutenance aura lieu le 30 août à 14h30 à l’adresse suivante 
:

Continuer la lecture de LUDOVICO MONACI | PRAGMATIQUE DE L’INJURE DANS À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU DE MARCEL PROUST | UNIVERSITÉ DE PADOUE | 30 AOÛT 2023

Traduire Proust dans les langues de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine | Mònica Güell et Christelle Reggianni dir. | Sorbonne Université | 15 juin 2023

Journée d’étude

Organisée par Mònica Güell et Christelle Reggianni

Traduire Proust dans les langues de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine

SORBONNE UNIVERSITÉ

Faculté des Lettres, Centre d’études catalanes

9, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris

15 juin 2023

Accès au programme

Si l’année 2022, qui a marqué le centenaire de la mort de Marcel Proust, a connu de nombreuses manifestations et publications portant sur des aspects très variés de la vie et de l’œuvre de l’écrivain, les traductions ont toutefois sensiblement moins retenu l’attention critique, alors même que Proust, traducteur de Ruskin[1], avait dans une formule célèbre du Temps retrouvé assimilé l’écriture telle qu’il la concevait à une forme de traduction : « Le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux d’un traducteur[2]. »

S’agissant des langues de la péninsule ibérique, la journée d’étude organisée par le Centre d’études catalanes et l’UFR de langue française de la faculté des lettres de Sorbonne Université fait le pari que cette conception proustienne de la traduction est susceptible d’éclairer les enjeux traductologiques, stylistiques et poétiques des traductions disponibles d’À la recherche du temps perdu en catalan, en espagnol et en portugais. Elle accueillera aussi bien des approches monographiques, consacrées à telle ou telle traduction, que des réflexions comparatistes.

[1] Sur cette question, voir Jérôme Bastianelli, « Proust traducteur de l’anglais », Revue d’études proustiennes, n° 15, 2022, p. 97-108.

[2] Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, t. IV, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 469.

Zouhaier Ilahi | Proust et la profondeur. L’écriture des paysages | Sorbonne nouvelle | Paris | 26 juin 2023

UNIVERSITÉ SORBONNE PARIS-CITÉ SORBONNE NOUVELLE

ED 120 LITTÉRATURE FRANÇAISE ET COMPARÉE CRP 19 – Centre de Recherche sur les Poétiques du XIX e siècle – EA 3423

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Présentée et soutenue par Zouhaier ILAHI

PROUST ET LA PROFONDEUR. L’ÉCRITURE DES PAYSAGES

Thèse dirigée par Cécile LEBLANC

Soutenance 26 juin 2023 à 14h00

Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle « Athéna » (Rez-de chaussée) – 4, rue des Irlandais – 75005 Paris
La soutenance sera publique.

Jury :

M. Stéphane CHAUDIER, Professeur, Université Lille 3.

Mme Cécile LEBLANC, Maîtresse de conférences – HDR Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Mme Emmanuelle KAËS, Maîtresse de conférences – HDR Université de Tours.

Mme Anne SIMON, Directrice de recherche, CNRS, UAR République des savoirs, Paris.

Continuer la lecture de Zouhaier Ilahi | Proust et la profondeur. L’écriture des paysages | Sorbonne nouvelle | Paris | 26 juin 2023

Geneviève Henrot | Pour une approche « systémique » de la mémoire involontaire dans la Recherche de Marcel Proust | Université Grenoble Alpes | 31 mai 2023

 

Pour une approche « systémique » de la mémoire involontaire dans la Recherche de Marcel Proust

Conférence de Genevière Henrot 

Le 31 mai 2023, 14h00-15h30

Lieu physique: Maison de l’Innovation et de la Création (MaCI), 1e étage, salle 137, Université Grenoble Alpes

Lieu virtuel: Zoom, https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/93842800865pwd=cTZhZVFtQlBpbjhyZXNlQXBiQTRnQT09

 

Aborder le thème de la mémoire involontaire dans À la recherche du temps perdu peut se faire selon plusieurs approches épistémologiques et méthodologiques. La plus courante consiste encore généralement à prélever un échantillon étiqueté par l’auteur comme programmatique (madeleine, pavés, cuiller, serviette…) et à faire reposer sur leur contour commentatif des considérations de type esthétique. À l’inverse, une exigence méthodologique d’exhaustivité dans le relevé des motifs qui donnent chair au thème peut amener à rassembler un corpus de travail bien différent, beaucoup plus riche et varié, à soumettre à toutes sortes de questions selon diverses disciplines du texte : poétique, stylistique, linguistique textuelle et linguistique tout court, favorables à la mise au jour d’une logique systémique, permettent de voir le thème sous toutes ses facettes et dans tous ses fonctionnements, et d’avancer à son propos des interprétations bien différentes de celles qu’a transmises une doxa critique depuis longtemps frappée d’inertie.

 

 

 

 

Anne Simon | Proust, entre surface et profondeur : Deleuze vs Merleau-Ponty | 7th Dauphine Phenomenology Workshop | Paris Dauphine-PSL | April 21, 2023

7th DauphinePhenomenology Workshop (DPW)

ANTI-PHENOMENOLOGIES & ORGANIZATION STUDIES

Misunderstandings, Paradoxes and Benefits of a Critique for MOS

Anne Simon : Proust, entre surface et profondeur : Deleuze vs Merleau-Ponty (conférence en français)

Paris, April, 21st 2023, 4 pm

Stockholm School of Economics (SSE) & Université Paris Dauphine-PSL

Cliquer pour se connecter à la conférence

  • Projects: https://dauphine.psl.eu/en/dauphine/news-events/article/7th-dauphine-phenomenology-worshop-dpw-2023
  • The Dauphine Phenomenology Workshop (DPW) is an annual event focused on continental philosophies and their relationships with social sciences in general, and Management and Organization Studies in particular. Although primarily interested in phenomenologies and post-phenomenologies, our agora also covers all major philosophical ventures linked to continental philosophy and post-continental philosophy and their relationships with MOS.

    This year, we would like to come back to the critique of phenomenologies in the course of the 20th centuries. Many contemporary philosophers (e.g. Bergson, Deleuze, Braidotti…) have built their thought in reaction and/or against phenomenology[1], in particular traditional orthodox phenomenology and its core concepts such as consciousness, eidetic reduction, perception and intentionality. Whereas this critique has also existed from the inside of phenomenology[2] with Heidegger, Merleau-Ponty or Arendt among others, post-modern thinkers, process philosophers and some post-Marxist have radicalized this deconstruction, which has opened the way more explicitly to an ontological reversal[3] (subjectivity is secondary to the event),  a disappearance of traditional subjectivity and subjectivation (‘indiscernible’, ‘evasive’, highly or too ‘epiphenomenal’) but also more questionable critiques in view of the directions of non-orthodox phenomenologies, post-phenomenologies or more qualified interpretations of Husserl’s work.

    In the context of this 6th Dauphine Phenomenology, we would like to explore the possibility of these critiques, paradoxes and sometimes, misreadings about phenomenologies and post-phenomenologies. We would like to build a conversation between phenomenologists, post-phenomenologists (discontinuing phenomenological core but claiming to stay in a form of phenomenological venture) and anti-phenomenologists (building an alternative in reaction and against phenomenology). In views of recent research such as those of Michel Foucault, Judith Revel, Peter Sloderdijk, Petr Praesek, Giambo Agamben or Judith Butler, continuities, interweaving and synergies may be much more important than enacted by some historiographies of the 60s, 70s and 80s have defended.

    We want to explore here these issues and draw implications for Management and Organizations Studies. Discussions about the following topics will be particularly (but not exclusively) appreciated:

     

    • Ethics and morality of organizing;
    • Subjectivation, ethos and agentivity from the inside of organizing;
    • Identity, multiple selves and organizing;
    • Multiplicity and organizing;
    • Materiality, digitality and organizing;
    • Materiality, becoming and organizing;
    • Art and art-based research;
    • Aesthetics and organizing;
    • Spacing and emplacement at stake in organizing;
    • Atmosphere and affects in organizing;
    • Strategy and strategizing as experiences;
    • Opening and oppresses of organizing;
    • Project management and project dynamics;
    • Entrepreneurial processes and entrepreneurial events.

     

    CFP6thDPW_Antiphenomenologiesv9 – Extended abstracts (max 1000 words) should be submitted at dauphinephenomenology@gmail.com before February, 10th 2023 midnight CET.

     

    Scientific committee:

    Léo Bancou (Université Paris Dauphine-PSL), Lucie Chartouny (Université Paris Dauphine-PSL), Marion Beauvalet (Université Paris Dauphine-PSL), Sylvain Colombero (Grenoble Ecole de Management), Xavier Deroy (Neoma Business School), Albane Grandazzi (Grenoble Ecole de Management), Ditte Vilstrup Holm (Copenhagen Business School), Pierre Guillet de Monthoux (CBS & SSE), François-Xavier de Vaujany (Université Paris Dauphine-PSL), Jenny Helin (Uppsala University), Wendelin Küpers (Karlshochschule), Géraldine Paring (ESSCA), Paul Richard (Université Paris Dauphine-PSL), Matt Statler (NYU).

Leggere Proust, scrivere la vita / Lire Proust, écrire la vie | Università Cattolica del S. Cuore | Brescia | 28 mars 2023

Seminario

Leggere Proust, scrivere la vita

Lire Proust, écrire la vie

Da un’idea di / D’après une idée de Davide Vago

Via Trieste 17, Brescia,

le 28 mars 2023, 15h30-17h30

Sala della Gloria

Après la fin de l’année du centenaire de Marcel Proust (1922-2022), des experts, des spécialistes ou de simples passionnés de la Recherche sont sollicités à choisir et re-lire une page, un épisode, un extrait de l’opus proustien qui a exercé une influence particulière sur leur vie, professionnelle ou privée : une page proustienne qui a contribué, somme toute, à écrire leur existence. Si Proust a pu écrire « la vie arrive en retard sur mes livres », tout vrai proustien sait jusqu’à quel point la lecture de Proust a changé sa façon de regarder le monde aussi bien que sa façon de vivre.

Les pages choisies – en français ou en traduction italienne – seront lues au public par une comédienne bilingue ; toutes les pages dont il sera question au cours de la rencontre seront réunies dans une petite anthologie proustienne, qui sera distribuée à l’issue de la rencontre : les participants auront donc la possibilité de continuer à lire ou, pourquoi pas, à découvrir le grand écrivain en rentrant chez eux. Continuer la lecture de Leggere Proust, scrivere la vita / Lire Proust, écrire la vie | Università Cattolica del S. Cuore | Brescia | 28 mars 2023

Proust interdit | Pauline Moret-Jankus dir. | ITEM | 17 mars 2023

Journée d’étude

organisée par Pauline Moret-Jankus

dans le cadre des travaux de l’équipe Proust de l’ITEM-CNRS

Proust interdit

Vendredi 17 mars 2023

École normale supérieure, Amphithéâtre Jaurès

29 rue d’Ulm, 75005 Paris

Entrée libre

 

Modification du 16 mars : la Journée bascule sur Zoom. Voici le lien : https://cnrs.zoom.us/j/97644276585?pwd=ZGxwczRBbm9LK2FodTVENmNqYlV6QT09

ID de réunion : 976 4427 6585
Code secret : 7t9eVL

On n’a jamais autant parlé de Proust. La journée d’étude « Proust interdit » se propose de prendre le contrepied de cette affirmation, en examinant différents types de censure et d’interdictions autour de l’oeuvre proustienne. On reviendra d’abord sur le concept d’autocensure et ce qu’il signifie chez Proust, pour ensuite aborder quelques-uns des thèmes proustiens menant à des formes d’autocensure. Enfin, on discutera de l’absence de l’oeuvre elle-même, en tant qu’objet : présence/absence à l’école, censure politique enfin.

Pauline Moret-Jankus

Continuer la lecture de Proust interdit | Pauline Moret-Jankus dir. | ITEM | 17 mars 2023

AÀC | Poétique du figurant | Quaderni Proustiani | mai 2023

Appel à contribution 

Quaderni proustiani 

Poétique du figurant – Il popolo delle comparse

Date limite : septembre 2023

 

Argumentaire

De grands personnages habitent au coeur de la Recherche, qui nous sont chers et familiers : Françoise et Léonie, la mère, la grand-mère, Swann et Odette, Oriane, Gilberte et Albertine, Charlus et les Verdurins… Des articles et des livres leur ont été consacrés (De Lattre 1984, Dubois 1999, Schneider 2000, Pierron 2005, Teyssandier 2013).

Mais on a prêté nettement moins d’attention (de Tadié 1971 à Brézet 2022) au très grand nombre de personnages secondaires et aux figurants qui en constituent, eux, le choeur innombrable, puisque le personnel du roman, au grand complet de son casting, monte à plus de 500 personnages (d’aucuns disent 800, d’autres encore 2500): domestiques et valets de pied, commerçants et vendeurs ambulants, laitières et crémières, courrières et chambrières, serveurs de restaurant et servantes de curé, filles de cuisine et garçons de ferme.

Déplaçant l’oeil de la caméra du premier plan vers le fond de scène et ses coulisses, nous voudrions cette fois saisir et clicher ces figures qui vaguent et vaguent dans l’ombre, et ne font parfois qu’un pas furtif jusqu’aux lumières de la rampe. Ces météores tangentiels d’autres mondes parallèles (ouvriers, gens de maison, petits commerçants) qu’on a souvent reproché à Proust d’avoir laissés pour compte dans son tableau social, recevront ici une attention exclusive, qui visera à cerner comment le figurant s’appelle ou est désigné, apparaît, parle, pense, agit, éprouve, s’intègre dans un ensemble ou un sous-ensemble.

L’ambition critique de ce volume est prioritairement po(ï)étique : comment se fabrique (Hamon 1983, Adam 1989, Lavocat et al. 2007) le personnage proustien (en l’occurrence, le figurant) et pour quelle économie narratologique dans le « personnel » romanesque (Greimas, Bremond, Hamon). Aussi penchera-t-on de préférence pour des fondements de type génétique, stylistique, rhétorique, linguistique textuelle, narratologique, sans pour autant exclure des apports philologiques (Schuerewegen 2006 ; Wise 2007) ni se priver d’aboutir à des interprétations sociologiques (Dubois 1997, 2018 ; Marcel Proust aujourd’hui n° 5).

Les approches pourront donc concerner les points d’attention suivants :

Continuer la lecture de AÀC | Poétique du figurant | Quaderni Proustiani | mai 2023