Tous les articles par Marion Dupuis

Anne Simon | “Proust politique” | Entretien avec Fabien Trécourt | Journal du CNRS | nov. 2021

Photos : © Marion Dupuis-CRAL-EHESS/CNRS

L’activité politique de Proust est indissociable de son activité d’écriture“, entretien d’Anne Simon avec Fabien Trécourt, Journal du CNRS, nov. 2021

A l’occasion de l’anniversaire de la mort de Proust en 2022, retour sur les engagements de Proust,  à la suite du colloque international Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019 organisé par  Davide Vago, Marisa Verna, Ilaria Vidotto et Anne Simon, labellisé #80ansCNRS, Milan, 9-10 mai 2019.

Keynote speaker: Nathalie Azoulai, Proust apeuré

Actes parus dans Quaderni Proustiani

 

 

 

Marcel Proust, un roman parisien | musée Carnavalet | 16 DÉCEMBRE 2021 – 10 AVRIL 2022

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris Carnavalet commémore le 150e anniversaire de la naissance de Marcel Proust (1871-1922), dont l’œuvre majeure A la recherche du temps perdu accède peu après sa parution au statut de mythe littéraire dans le monde entier. Continuer la lecture de Marcel Proust, un roman parisien | musée Carnavalet | 16 DÉCEMBRE 2021 – 10 AVRIL 2022

Retour en images sur le colloque “Proust politique”

Proust politique. De l’Europe du Goncourt 1919 à l’Europe de 2019

Pôle Proust, Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS & Università Cattolica Milan. Un événement labellisé #80ansCNRS.   Milan 9-10 mai 2019.

Colloque international organisé par  Davide Vago, Marisa Verna, Ilaria Vidotto et Anne Simon.

Keynote speaker: Nathalie Azoulai, Proust apeuré

Actes parus dans Quaderni Proustiani

Photos : © Marion Dupuis-CRAL-EHESS/CNRS


 

Ilaria Vidotto, Marisa Verna, Davide Vago, et Anne Simon. (De G à D)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


JEUDI 9 MAI 2019

10h – Ouverture du colloque

  • Anne Simon (Centre National de la Recherche Scientifique, Paris) – Le temps de l’Europe : petit exercice d’uchronisme

 

  • Marisa Verna (Università Cattolica, Milano)


 

 

10h30 – Séance 1, présidée par Marisa Verna (Università Cattolica, Milano)

 

  • Edward J. Hughes (Queen Mary, University of London) – Le commun et le quelconque : Proust en 1919

Edward Hughes est professeur de littérature française à Queen Mary Université de Londres. Il a publié sur de nombreux auteurs modernes français et notamment sur Marcel Proust. Il est l’auteur de Marcel Proust : a Study in the Quality of Awareness (Presses Universitaires de Cambridge, 1983) et de Proust, Class, and Nation (Oxford University Press, 2011). Il a participé à la rédaction du Dictionnaire Marcel Proust (Honoré Champion, 2004). Il prépare actuellement un livre sur la représentation de la culture égalitaire dans la littérature moderne française.

  • Brigitte Mahuzier (Bryn Mawr College) – BalanceTonProust: Pour une politique de la mésentente

Brigitte Mahuzier est professeur de Littérature française et comparée à Bryn Mawr College (Etats-Unis, près de Philadelphie). Ses plus récentes publications portent sur des auteurs dont les œuvres ont été marquées par des conflits et des guerres, en particulier celle de 14-18 (Proust, Céline, Drieu la Rochelle, Romain Rolland, Giono, parmi d’autres) ainsi que sur des auteurs non francophones (Sassoon, Graves, Hemingway, Jünger, Remarque). Elle a publié Proust et la guerre, aux Editions Honoré Champion (en 2014), et a deux projets de recherche : un ouvrage en anglais qui examine les concepts de victoire et de défaite, au titre provisoire de Glorious Defeat, Infamous Victory : Oxymoronic Narratives of France’s Troubled Identity Formation ; et un autre en français, plus ludique, sur la Françoise de Proust, trop longtemps restée à l’ombre d’Albertine, de Charlus, de la Verdurin, des duchesses et autres royalties de la Recherche.


 

14h30 – Séance 2, présidée par Isabelle Serça (Université Toulouse Jean Jaurès)

  • Eleonora Sparvoli (Università degli Studi di Milano) – Proust et la parole non autoritaire

Eleonora Sparvoli enseigne la Littérature Française à l’Università degli Studi di Milano. Spécialiste de l’œuvre de Marcel Proust, elle est l’auteure de nombreux articles et de trois monographies (Contro il corpo. Proust e il romanzo immateriale, Milano, 1997; L’avventura mancata. Stile in Marcel Proust, Milano, 2003; Proust costruttore melanconico. L’irrealizzabile progetto della Recherche, Roma, 2016), et a co-dirigé (avec Mauro Carbone) le volume Proust et la philosophie aujourd’hui (Pisa, 2008). Elle fait partie du comité scientifique et de rédaction des «Quaderni Proustiani». Elle est en outre membre du Centre de Recherche Coordonnée de l’Università degli Studi di Milano “Leggo, dunque sono”, qui étudie le rapport entre la lecture des œuvres littéraires et la formation de la personne dans l’Europe moderne. Dans le cadre de ce deuxième domaine de recherche, elle a co-dirigé, avec Vittorio Fortunati et Alessandra Preda, le volume Della lettura: riflessioni d’autore, supplément au numéro 67, 2017, de “Il confronto letterario”, et, avec Alessandra Preda, a publié les actes du colloque Livres de chevet de Montaigne à Mitterrand (Milano 2018).

  • Anna Isabella Squarzina (Libera Università Maria Santissima Assunta, Roma) – Proust politique et déictique ?

Anna Isabella Squarzina est professore associato de Langue française à l’Université LUMSA de Rome. Elle est docteur de recherches en Francesistica de l’Università La Sapienza de Rome, avec une thèse sur les romanciers théoriciens du roman. Elle est l’auteur d’un volume sur le thème de la douleur dans la Recherche (Torino, Aragno, 2005) et d’une série d’études portant sur différents aspects de l’œuvre proustienne (intertextualité, traduction, néologie, nom propre, divergences énonciatives etc.). Elle s’est également occupée de Maupassant, Bernanos, d’auteurs de l’Extrême contemporain (Bergounioux, Jauffret), de microfiction, et du rapport entre parole intérieure et spiritualité (direction d’un numéro à paraître pour la Rivista di Storia e letteratura religiosa).


 

16h30 – Séance 3, présidée par Adam Watt (University of Exeter)

  • Luc Fraisse (Université de Strasbourg, Institut Universitaire de France) – Proust et l’Action Française

Luc Fraisse est professeur de littérature française à l’université de Strasbourg et membre senior de l’Institut universitaire de France. Il a consacré l’essentiel de ses travaux à l’œuvre de Proust. Ses dernières publications sont L’Eclectisme philosophique de Marcel Proust en 2013, Proust et la stratégie militaire en 2018, ainsi qu’une édition de La Fugitive en 2017. Aux Classiques Garnier, il dirige la collection « Bibliothèque proustienne » ainsi que la Revue d’études proustiennes.

  • Stéphane Chaudier (Université Lille 3 Charles-de-Gaulle) – Proust pense-t-il, penche-t-il à droite ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Chaudier est professeur de langue et littérature françaises des XXe et XXIe siècles à l’université de Lille. Stylisticien, spécialiste de Proust, il a travaillé sur le discours religieux (Proust et le vocabulaire religieux : la cathédrale profane, Paris, Champion, 2004), puis sur la description : Proust ou le démon de la description, Classiques Garnier, 2019, sous presse.


 

VENDREDI 10 MAI 2019

 

9h30 – Séance 4, présidée par Geneviève Henrot Sostero (Università di Padova)

 

  • Elisheva Rosen (Université de Tel Aviv) – Les âges de la vie et le nouage de la littérature et du politique dans la Recherche

Elisheva Rosen est Professeur honoraire de littérature française à l’Université de Tel-Aviv. Ses recherches portent sur la littérature française moderne (19e et 20e siècle), et sur des questions de théorie de la littérature et d’esthétique. Elle a consacré une partie importante de ses travaux à Balzac et à Proust. Parmi ses publications : Les Discours du Cliché, SEDES, Paris,1982 (en collaboration avec Ruth Amossy) et Sur le Grotesque. L’Ancien et le Nouveau dans la réflexion esthétique, Presses Universitaires de Vincennes, Paris, 1991. Et sur Proust plus particulièrement : « De Proust à Flaubert : la bêtise dans le temps », in Flaubert, l’empire de la bêtise (Anne Herschberg Pierrot ed.), Editions nouvelles Cécile Defaut, Nantes, 2014, p. 255-280. « Sur l’art de prendre position dans la Recherche », in Proust, écrivain de la première guerre mondiale (Nathalie Mauriac-Dyer et Philippe Chardin eds.), Editions Universitaires de Dijon, 2014, pp. 255-280. « La pratique des clés au prisme de la Recherche, in Romans à clés. Les ambivalences du réel, (Anthony Glinoer et Michel Lacroix eds.) Presses de l’Université de Liège, 2014, pp. 113-130.

  • Françoise Gaillard (Université Paris Diderot) – Le Temps retrouvé ou l’impossible deuil d’un monde perdu
Françoise Gaillard

Spécialiste du XIXe siècle sur lequel elle a écrit de très nombreux articles, notamment sur Balzac, Flaubert, Zola, Françoise GAILLARD a enseigné l’histoire des idées et la théorie de la littérature à l’Université de Paris 7 Denis Diderot et dans de très nombreuses Universités américaines dont, Cornell, Northwestern, Brown, New York University, UCSD, University of British Columbia….

Philosophe et littéraire, elle est chercheur à l’Institut de la Pensée Contemporaine et est ou a été, membre du comité de rédaction de diverses revues scientifiques ou généralistes parmi lesquelles Esprit., Crises, L’agenda de la pensée contemporaine, Médium (anciennement Cahiers de Médiologie), Romantisme.

Elle a publié La modernité en question (en collaboration avec Jacques Poulain) aux éditions du CERF (1993), Diana crash aux éditions Descartes & Cie (1998), Cachez ce sexe que je ne saurais voir aux éditions Dis Voir (2003)

Elle travaille actuellement à un livre sur la pensée française des années 60-70 dont le titre provisoire est Nos années théorie.


 

  • 11h30 – Conférence plénière : Nathalie Azoulai (écrivaine, Prix Médicis 2015) – Proust apeuré
Nathalie Azoulai

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégée de lettres modernes. Après quelques années d’enseignement, Nathalie Azoulai s’est tournée vers l’édition puis l’écriture. Elle est l’auteur de 7 romans avec un 8e à paraître à l’automne aux éditions POL. Lauréate du prix Médicis en 2015 pour Titus n’aimait pas Bérénice. Également auteur pour la jeunesse et le théâtre avec la création d’une première pièce (à paraître également fin 2019) à Paris en octobre 2020 au théâtre du Rond-Point.

Nathalie Azoulai

 

Nathalie Azoulai

14h30 – Séance 5

Présidée par Brigitte Mahuzier (Bryn Mawr College, Philadelphia)

  • Barbara Carnevali (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris) – Proust et le « Nachleben » de l’aristocratie

Barbara Carnevali est Maîtresse de conférences (associate professor) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, où elle mène un projet de recherche et d’enseignement intitulé « esthétique sociale ». Ancienne élève de la Scuola Normale Superiore di Pisa, a achevé sa formation aux États-Unis et en France, et enseigné aux universités de Pise et de Vercelli (Italie).  Elle a été fellow de la Fondation Fulbright à la University of Chicago (2003-2004), de l’Institut d’Études Avancées de Paris (2011-2012) et de l’Italian Academy for Advanced Studies at Columbia University, New York (2013 et 2018).

Ses travaux, qui croisent la philosophie sociale et l’esthétique, incluent les livres Romantisme et reconnaissance. Figures de la conscience chez Rousseau (Droz: Geneva, 2012, éd. it. or. 2004) et  Le apparenze sociali (Les apparences sociales, Bologna: Il Mulino 2012, nouvelle version augmentée à paraître chez Columbia University Press en 2019). Elle est membre du comité éditorial de l’« European Journal of Philosophy » et a contribué à des revues internationales telles que  AnnalesCritiqueDiogenesWestEnd. Neue Zeitschrift für Sozialforschung.

  • Annamaria Contini (Università di Modena-Reggio Emilia) – Désir mimétique et violence sociale : René Girard lecteur de Proust

Docteur de l’Université de Bologne, Annamaria Contini est professeur d’esthétique à l’Université de Modène et Reggio Emilia, où elle dirige le Centre de recherche “Metaphor and Narrative in Science”. Spécialiste de Marcel Proust et de la philosophie française du xixe siècle, elle a publié à ce sujet de nombreuses études. Parmi ses principaux travaux, citons: La Biblioteca di Proust (1988); Jean-Marie Guyau. Esthétique et philosophie de la vie (2001); Marcel Proust. Tempo, metafora, conoscenza (2006); Estétique et science du vivant. De l’École de Montpellier à Henri Bergson (2015). Elle a réédité chez Fayard, en collaboration avec Stéphane Douailler, L’Art au point de vue sociologique de Guyau.


 

16h30 – Séance 6, présidée par Edward J. Hughes (Queen Mary, University of London)

  • Marion Schmid (University of Edinburgh) – Proust et la politique de l’hybridité : Guy Gilles, Le Clair de terre (1970) et Marcos Fábio Katudjian, O Proustiano de Osasco (2013)

Marion Schmid est Professeure de littérature française et de cinema à l’université d’Edimbourg. Ses recherches actuelles portent sur le cinéma français de la Nouvelle Vague et de la post-Nouvelle Vague, la relation entre le cinéma et les autres arts (littérature, théâtre, peinture, architecture, photographie), l’adaptation au cinéma et les questions d’intermédialité plus largement. Elle est l’auteur de Chantal Akerman (2010), Proust dans la décadence (2008), Proust at the Movies (2005, avec Martine Beugnet) et Processes of Literary Creation : Flaubert et Proust (1998). Son nouveau livre Intermedial Dialogues : The French New Wave and the Other Arts sera publié par Edinburgh University Press cet été.

 

  • Adam Watt (University of Exeter) – De Balbec à Sète : les Jeunes filles à l’ombre de Valéry

Professor of French and Comparative Literature à l’Université d’Exeter, Angleterre, Adam Watt a publié notamment Reading in Proust’s A la recherche: ‘le délire de la lecture’ (Oxford University Press, 2009) ; The Cambridge Introduction to Marcel Proust (Cambridge University Press, 2011) ; et une biographie de l’auteur, Marcel Proust (Reaktion, 2013). Ses livres ont été traduits en persan et en chinois. Il a dirigé Le Temps retrouvé Eighty Years After/80 ans après: Critical Essays/Essais critiques (Peter Lang, 2009), Marcel Proust in Context (Cambridge University Press, 2013), et ‘Swann at 100/Swann à 100 ans’ (Marcel Proust Aujourd’hui, 12, 2015). Adam Watt est membre de l’Equipe Proust de l’ENS/ITEM à Paris ; il dirige actuellement un grand travail d’équipe, The Cambridge History of the Novel in French, à paraître en 2020.

 

18h – Clôture du colloque : Davide Vago (Università Cattolica, Milano

Le colloque présenté sur Fabula,