Tous les articles par Nicolas L'Hermitte

Anne Simon | Proust, la pensée et le romanesque | 21.05.2015

Association Passerelles

Conférence d’Anne Simon
Proust, la pensée et le romanesque : “un sujet philosophique pour une grande œuvre littéraire”

© Didier DDD, https://www.flickr.com/photos/dddmostra-stencil-experiences/9147099428/in/photolist-5pw3gx-85Qxqr-2hetHD-d6H2uY-8uf2MC-eWigYQ-6VcN7y-61o3sJ-bjx1Sc-ehANGd-7i2M8q-cYQd8G-ehAGX9-4FFE9R-7qQNDp-82T6mG-9zjXG6

21 mai 2015 | Paris, 13e | 20h

Dans Du côté de chez Swann, le jeune protagoniste désespère de devenir « écrivain », puisqu’il ne parvient pas à trouver « un sujet philosophique pour une grande œuvre littéraire » et qu’il est attiré par des sensations futiles qui semblent l’éloigner de l’art. Nous verrons que cette opposition de départ entre la pensée, la création et le sensible se dilue au fil de la Recherche : non seulement le roman intègre les thèmes les plus « sérieux » de la philosophie classique, mais il rend leur légitimité philosophique au vécu et à ses errances.

Flyer Simon (Proust) 21 mai 2015

Inscription obligatoire sur :
arianeetpasserelles@gmail.com
ou
http://www.ariane-et-passerelles.fr/programmes/proust-la-pensee-et-le-romanesque-«-un-sujet-philosophique-pour-une-grande-oeuvre-litteraire-»/

Séminaire | ITEM-CNRS | Le Temps retrouvé

Séminaire « Fin d’un monde, fin d’une œuvre : Le Temps retrouvé », organisé par Nathalie Mauriac Dyer (ITEM, CNRS-ENS), Philippe Chardin (université de Tours)

Lundi 18 mai | 10h-13h
Eugène Nicole « Édition et genèse de “L’adoration perpétuelle” »
Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle des Résistants

Vous êtes cordialement invité-e à suivre les séminaires 2014-2015 de l’équipe Proust de l’ITE
Rappel: ces séminaires sont validables dans le cadre du cursus de l’ENS (S1 et S2, 3 ECTS).

Continuer la lecture de Séminaire | ITEM-CNRS | Le Temps retrouvé

Proust et les sciences sociales | 27.03. 2015

Proust et les sciences sociales : allers-retours 
organisée par  Marielle Macé et Anne Simon
EHESS, 27 mars 2015, 9h-18h30
Salle du Conseil, 190 avenue de France, 75013 Paris

Journée organisée dans le cadre du projet « Arts, littérature et sciences sociales » célébrant les quarante ans de la création de l’EHESS

Programme

9h00 : accueil des participants

9h15 : Présentation, Marielle Macé (CNRS/EHESS) et Anne Simon (CNRS/EHESS)

Proust, une ressource pour les sciences sociales

9h30-10h : Barbara Carnevali (EHESS)
« Une microesthétique du social : Proust en dialogue avec Tarde et Simmel»

10h-10h30 : Robert Kahn (Université de Rouen)
« « La camorra des consommateurs » : Benjamin lit-il Proust en sociologue ? »

10h30-11h : Martin Rueff (Université de Genève)
« « Une minute affranchie de l’ordre du temps a recréé en nous pour la sentir l’homme affranchi de l’ordre du temps » : Lévi-Strauss et Proust »

11h-11h30 : pause

11h30-12h : Jacques Dubois (Université de Liège)
« Proust sociologue amusant. Entre Tarde et Durkheim »

12h-12h30 : « Le Proust de Bourdieu », avec Marielle Macé (CNRS/EHESS) et Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS), animée par Anne Simon (CNRS/EHESS).

Déjeuner

La Recherche : une science de l’homme ?

15h-15h30 : Perrine Simon-Nahum (CNRS/EHESS)
« De Renan à Salomon Reinach, Proust acteur de la révolution des sciences religieuses »

16h-16h30 : Sara Guindani (Université Paris 8/FMSH)
« Proust et l’imagerie médicale de son temps. Cliché photographique, cliché social »

17h-17h30 : Philippe Chardin (Université François Rabelais de Tours)
« L’intelligence de l’intellectuel : une « pince-monseigneur » à l’efficacité douteuse »

Pour une présentation de la journée : Entretien des organisatrices avec Cyril Lemieux et Rémy Durand sur le site des 40 ans de l’EHESS.

Proust écrivain de la Première Guerre mondiale | 31.03.2015

proust-ecrivain-de-la-premiere-guerre-mondiale

 

Mardi 31 mars 2015 | 19h 
Comptoir des presses d’universités
86 rue Claude Bernard 75005 Paris

ENTRETIEN | Aragon, Proust et l’écriture de la Grande Guerre

Louis Aragon a connu les deux grands conflits mondiaux – mobilisé en 1918 et 1939 – l’entre-deux-guerres, la Résistance, et la guerre froide. Devenu écrivain, il met sa réflexion historique au service d’une ambition romanesque qu’il conçoit comme « une machine, au sens moderne de ce mot, à transformer au niveau du langage la conscience humaine ». Aragon pense la guerre pour montrer le dessous des cartes, les causes profondes du conflit. Pensée complexe que nous dévoilera Marie-France Boireau au cours de soirée.

À ses côtés, Philippe Chardin nous engagera à dépasser les aspects sulfureux de la vision proustienne de la guerre depuis Paris pour saisir la portée de l’intégration au sein de À la recherche du temps perdu de la Première Guerre mondiale survenue inopinément durant la rédaction du livre. L’œuvre reflète avec génie les contradictions de l’esprit d’un temps et d’un pays partagés entre exaltation héroïque et dégoût de la guerre.

Continuer la lecture de Proust écrivain de la Première Guerre mondiale | 31.03.2015

Proust en couleur | D. Vago | 2015

52887Davide Vago, Proust en couleur, Coll. Recherches proustiennes, Editions Honoré Champion, 2015

(réimpression de l’édition de 2012)

No 23. 2015. 1 vol., 280 p.
broché, 15,5 × 23,5 cm.
ISBN 978-2-7453-3013-0. 49 €

Présentation de l’éditeur :

Si Marcel Proust est un auteur éminemment visuel, les couleurs hantant plusieurs endroits du texte – même les plus éloignés de toute description : c’est que l’écrivain les utilise surtout en tant qu’outil de réflexion esthétique. En fait, Bergotte mourant qui médite sur les multiples couches de couleur chez Vermeer songe aux résultats manqués de son style.

À l’époque de Proust, la définition du chromatisme se situe au croisement de différents domaines : de la science à la critique d’art, des expositions de peinture à la méditation philosophique. De même, pour le héros de la Recherche, percevoir les teintes signifie d’une part s’initier à la plénitude du réel ; mais, de l’autre, celles-ci jalonnent son parcours souvent incertain vers sa vocation artistique. Enfin, le rendu chromatique trouve une nouvelle vie en se dissimulant dans une écriture composite, fondée sur la synesthésie. De cette dissolution ressort toute la souplesse d’un élément puissant, synthétique et paradoxal : la couleur.

Continuer la lecture de Proust en couleur | D. Vago | 2015