Tous les articles par Nicolas L'Hermitte

MARCEL PROUST AUJOURD’HUI | SWANN AT 100 / SWANN À 100 ANS

88669

Marcel Proust Aujourd’hui 12

Édité par/Edited by Adam Watt, Maître de conférence à l’Université d’Exeter (Associate Professor in French at the University of Exeter).

Poétique de l’intime | S. Cheilan

69814

Poétique de l’intime dans l’œuvre de Proust, Woolf et Pessoa, Sandra Cheilan, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », Paris, 2015.

Sandra Cheilan s’attache dans ce volume à cerner une poétique, au sens étymologique de fabrique et au sens esthétique de dispositifs mis en place par des auteurs comme Proust, Woolf ou Pessoa pour représenter la diversité de la vie intime. Conçu en scènes qui mettent en jeu la dialectique du corps et de la pensée, de soi et de l’autre, du dedans et du dehors, le roman revalorise l’infra-ordinaire, ce qui se joue en-deçà du romanesque et du notable, jusqu’aux limites de la représentation et du dicible.

Continuer la lecture de Poétique de l’intime | S. Cheilan

Le doux chantre Bergotte | P. Willemart

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_86131

Le Doux Chantre Bergotte dans « À l’ombre des jeunes filles en fleurs » de Marcel Proust, Philippe Willemart, Edilivre, Paris, 2015

Cet essai analyse treize extraits de « À l’ombre des jeunes filles en fleurs » dont certains sur l’écrivain Bergotte, personnage étudié très finement par le narrateur. Non sans rapport avec les recherches sur le rythme, entreprises par Jean Milly il y a quelques années, le présent ouvrage les prolonge en prenant comme références Lacan et Quignard et en insistant sur la place centrale de la pulsion invocante dans ces efforts pour capter le réel. Le doux chantre accentue ainsi l’importance de la voix et du rythme activés par la pulsion invocante. Alliant une lecture psychanalytique à la critique génétique, Philippe Willemart ne manque pas de recourir aux cahiers de brouillons proustiens dans son travail.

Continuer la lecture de Le doux chantre Bergotte | P. Willemart

Revue d’études proustiennes

RepMS01_publicite-1

 

Revue d’études proustiennes

no 1 – Traduire À la recherche du temps perdu

Sous la direction de Geneviève Henrot Sostero et Florence Lautel-Ribstein

Cet ouvrage est la première étude approfondie des traductions de la Recherche dans une telle variété de langues, de l’allemand au turc. Spécialistes de Proust, traductologues et traducteurs littéraires, linguistes et sémioticiens se sont penchés sur les enjeux de la retraduction de l’œuvre et de ses titres, sur les défis de l’incipit, sur l’ambiguïté d’un « “je” sans âge et sans domicile ». Tous ont sondé la phénoménologie de la temporalité, les phrases « au long col de cygne », les dictions personnelles, le domicile culturel de certains mots ; ou encore les auras sémantiques ou nébuleuses sémiotiques qui invitent à traduire, non les choses du monde proustien, mais ses modalités d’accès. Le voyage se clôt par une bibliographie, la plus complète à ce jour, des traductions de Proust de par le monde.

 

En ligne| Proust,1913

Genesis36Couve

Genesis, no. 36, « Proust, 1913 », sous la direction de Nathalie Mauriac Dyer. 216 p.

Tous les articles sont en ligne sur le site de Genesis
http://genesis.revues.org/866

1913 : Proust corrige d’abondance les épreuves de son premier volume et bouleverse le plan du roman pour faire place au personnage d’Albertine. Le centenaire de la publication de  Du côté de chez Swann est l’occasion de revenir sur une année capitale pour À la recherche du temps perdu, à mi-chemin de sa fascinante genèse (1908-1922). Alors que la Bibliothèque nationale de France célèbre de son côté le cinquantenaire du fonds Proust et qu’une centaine de cahiers sont maintenant accessibles sur Gallica, ces brouillons exceptionnels, complétés par les placards corrigés de la fondation Bodmer, font l’objet d’enquêtes génétiques inédites, contrastées et stimulantes. Édition électronique, théorie des textes possibles, histoire sociale et culturelle, approches cognitives, stylistique ou thématique: une multiplicité d’instruments critiques sont mis à contribution pour une exploration inédite du continent manuscrit proustien et un bilan prospectif de « Proust 2013 ».

Continuer la lecture de En ligne| Proust,1913

Journée d’étude | Proust et les sciences sociales : allers-retours | 27 mars 2015

 

 

 

 

Journée d’étude : Proust et les sciences sociales : allers-retours

Journée organisée par Anne Simon et Marielle Macé
Pôle Proust, CRAL, EHESS-CNRS

27 mars 2015

Avec Barbara Carnevali (EHESS), Robert Kahn (Université de Rouen), Martin Rueff (Université de Genève), Jacques Dubois (Université de Liège), Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS), Perrine Simon-Nahum (CNRS/EHESS), Sara Guindani (Université Paris 8/FMSH) et Philippe Chardin (Université François Rabelais de Tours)
En quoi l’œuvre de Proust peut-elle inciter les chercheurs en sciences humaines et sociales à modifier leurs façons d’appréhender la réalité ? En retour, que peuvent nous apprendre ces sciences sur le texte proustien ? Un colloque, intitulé « Proust et les sciences sociales : allers-retours », s’inscrivant dans la série Arts, littérature et sciences sociales, se tiendra le 27 mars 2015 pour envisager ces questions croisées et explorer, à travers elles, la complexité, la difficulté parfois, des rapports entre littérature, philosophie et sciences sociales.

 

Présentation par
Anne Simon (CNRS/EHESS) et  Marielle Macé (CNRS/EHESS)
« Proust : une microesthétique du social » par Barbara Carnevali (EHESS)
( 53 min 23 sec )

 

Continuer la lecture de Journée d’étude | Proust et les sciences sociales : allers-retours | 27 mars 2015

Le Fantôme du petit Marcel | E. Dezon-Jones, S. Heuet | 2015

mp le fantome.indd

 

 

 

 

 

 

 

Le Fantôme du petit Marcel, Élyane Dezon-Jones et Stéphane Heuet, Ed. Viviane Hamy, Paris, 2015

« Et si nous racontions Proust aux enfants… » Par l’intermédiaire d’un conte parsemé de clins d’œil au texte de Proust, lors de rencontres nocturnes entre deux petites filles et Marcel pendant les vacances scolaires à Illiers et à Cabourg, une initiation ludique est proposée aux futurs lecteurs d’À la recherche du temps perdu. Comme les projections de la lanterne magique, les illustrations permettent de transmettre d’une génération à l’autre les secrets de Combray et d’ouvrir une première porte vers ce qui n’est plus alors un intimidant monument de la littérature mais le « roman d’un enfant » dans lequel chacun se reconnaîtra.