Tous les articles par Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

Mireille naturel | Flaubert dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs | Sorbonne nouvelle | 10 avril 2019

Séminaire du Centre de recherches proustiennes, mercredi 10 avril 2019, 17h

Mireille NATUREL, maître de conférences-HDR, Université de la Sorbonne nouvelle-Paris3

« La présence de Flaubert dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs »

Continuer la lecture de Mireille naturel | Flaubert dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs | Sorbonne nouvelle | 10 avril 2019

Véronique Aubouy | Résumer la Recherche | Maison de la poésie | Paris | 2019

« Tentative de résumer À la Recherche du temps perdu en une heure »
par Véronique Aubouy
tarif : 10 € / adhérent : 5 € RÉSERVER

Depuis plus de vingt ans, l’artiste Véronique Aubouy, construit une œuvre à partir et autour de La Recherche du temps perdu de Marcel Proust. L’un des « greffons » de son travail est cette performance pendant laquelle elle tente de résumer La Recherche en une heure, montre en mains : « Imprégnée de ce livre peu ordinaire qui a marqué à vie tant de lecteurs, je tente de le résumer avec mes propres mots, comme une histoire d’une autre époque qui se révèle de notre temps. Je livre ma perception intime et personnelle de cette œuvre qui irradie dans ma vie. Chaque performance est l’occasion d’explorer des zones différentes du roman, avançant au fil d’une mémoire aléatoire et capricieuse. »

Expérience à vivre une fois par mois, à la Maison de la Poésie.

À lire – Véronique Aubouy et Mathieu Riboulet, À la lecture, Grasset, coll. « Bleue », 2014.

URL de référence : https://www.maisondelapoesieparis.com/events/tentative-de-resumer-a-la-recherche-du-temps-perdu-en-une-heure-par-veronique-aubouy-8/

Luc Fraisse | Être romancier en 1919 | Centre de recherches proustiennes | 20 février 2019

Crédits : savoir(s).unistra.fr

Séminaire du Centre de recherches proustiennes, organisé par Mireille Naturel.

Conférence de Luc FRAISSE, Professeur des universités, Strasbourg, Mercredi, 20 février, 17h

« Être romancier en 1919 : les avancées en techniques romanesques dans A l’ombre des jeunes filles en fleurs »

Salle M, 3e étage, SORBONNE, 46, rue Saint-Jacques, 75 005 PARIS.

Lire les Cahiers de Proust | ITEM-Proust | ENS | 8 fév. 2019

 

Journée d’étude « Lire les Cahiers de Proust »

08/02/2019, École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, amphi Jaurès.

Dix ans après la publication du premier Cahier de Proust dans la collection des « Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France », chez Brepols, dans une édition prestigieuse par sa rigueur scientifique et par son aspect matériel, à l’heure où sont envisagées d’autres formes de publication destinées à renouveler et mener à bien l’entreprise, la journée d’études « Lire les Cahiers de Proust » propose un bilan provisoire et une ouverture.

Comment lire les éditions qui ne se limitent pas aux variantes ni aux morceaux choisis en annexe d’un texte publié, mais qui reproduisent l’intégralité d’un document, tel qu’il se présente, voire tel qu’il ne se présente plus, en le rendant lisible et en produisant toutes les informations nécessaires à sa compréhension ? Chaque cahier joue un rôle particulier dans l’architecture en mouvement qu’est la genèse d’À la recherche du temps perdu. Il offre aussi un point de vue privilégié sur certains épisodes et sur certains thèmes de ce roman. La rature, la réécriture, la dissémination, les différentes formes de graphisme et la dimension visuelle de l’écriture, la mise en regard du fac-similé et de la transcription diplomatique, les qualités matérielles du support, ouvrent à de nombreuses lectures, en plus de celle qui consiste à reconstituer le processus d’écriture, inhérente à l’édition génétique elle-même.

Guillaume Perrier

Vendredi 8 février 2019, École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, amphi  Jaurès.

Matinée animée par Guillaume Perrier, de 9h30 à 12h30 :

Jacques Neefs: Écriture et illusion, lecture de quelques pages du Cahier 53

Cécile Leblanc: « Un solide à plusieurs dimension » : lire le Cahier 67 comme une affiche ?

Sophie Duval: « What’s Hecuba to him ? » Proust, Shakespeare et Wilde

Après-midi, de 14h30 à 17h00 :

Table ronde animée par Nathalie Mauriac Dyer, avec Julie André, Simone Delesalle-Rowlson, Francine Goujon, Françoise Leriche, Eri Wada, éditrices des Cahiers (BnF-Brepols), et avec les intervenants de la matinée.

Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019

PROUST ET LE RIRE
Colloque international
Université d’Anvers le 24-5-2019

« Mais d’habitude il se contentait de chercher à nous amuser en racontant chaque fois une histoire nouvelle qui venait de lui arriver avec des gens choisis parmi ceux que nous connaissions, avec le pharmacien de Combray, avec notre cuisinière, avec notre cocher. Certes ces récits faisaient rire ma grand’tante, mais sans qu’elle distinguât bien si c’était à cause du rôle ridicule que s’y donnait toujours Swann ou de l’esprit qu’il mettait à les conter: “On peut dire que vous êtes un vrai type, monsieur Swann!” » Continuer la lecture de Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019

A. Compagnon et alii | Proust essayiste | Collège de France | 8 janvier-2 avril 2019

Antoine Compagnon, chaire “Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie” : cours “Proust essayiste”, Collège de France, Paris, 2019

À la recherche du temps perdu est un roman, cela semble entendu, mais Proust se demandait en 1908, alors qu’il tenait son idée maîtresse : « Faut-il en faire un roman, une étude philosophique, suis-je un romancier ? » Et il doutait. La Recherche aurai-elle pu prendre la forme d’un essai ? Y a t-il des essais dans la Recherche ? Proust a-t-il écrit des essais à côté de la Recherche, avant, après elle ? Et d’ailleurs, que voulait dire romancier, essayiste quand Proust se lança dans son oeuvre ?

Programme ici

Intervenants des séminaires :

Quelques paradoxes dans les essais ruskiniens de Marcel Proust : Jérôme Bastianelli, Société des Amis de Marcel Proust

“Des tentatives du même genre” : Nathalie Mauriac Dyer, ITEM, CNRS-ENS

Le roman de Proust se termine-t-il par un essai théorique ? Luc Fraisse, Université de Strasbourg et Institut universitaire de France

S’essayer à la vie, s’éprouver dans l’Histoire : archive et roman selon Proust : Anne Simon, Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS

La composition de Pastiches et mélanges : Christophe Pradeau, Sorbonne Université

Fiction, non-fiction : l’histoire dans l’essai : Donatien Grau, Musée d’Orsay

Les questionnaires comme genèse de l’essai : Évelyne Bloch-Dano

Éditer “Contre Sainte-Beuve” : Matthieu Vernet, Sorbonne Université

Proust en dialogue avec Bergson : Clément Girardi, Lycée Gutenberg de Créteil

Les cours et séminaires sont gratuits. L’entrée  est libre dans la limite des places disponibles. Il est à noter qu’une affluence importante est attendue.

Les cours et séminaires  seront filmés et enregistrés puis disponibles sur ses pages.

Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018

Que reste-t-il d’À La Recherche du Temps Perdu un siècle après sa parution ? Un siècle après l’érosion des pluies acides de la critique ? Un précipité noir. Noir comme un roman noir. Dans La Recherche, le crime est symbolique. Les meurtres se font en série. Chronique de la mort annoncée d’un auteur, de la noblesse, d’une France féodale, monarchique, catholique et rurale, le roman de Proust propose une enquête et Marcel est son détective. Cet essai interroge La Recherche à travers une couleur : le noir.

Continuer la lecture de Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018

Luc Fraisse dir. | Proust et Versailles | Hermann | 2018

À paraître le 14 septembre 2018

Les liens de Marcel Proust avec Versailles sont multiples : beaucoup de ses amis, dans le monde des arts et des lettres, y résidaient ; il s’y est souvent rendu ; il connaissait Pierre de Nolhac, conservateur en chef du domaine ; il lisait beaucoup d’œuvres littéraires ou d’ouvrages historiques sur Versailles. L’enquête menée ici, en association avec le domaine de Versailles, réunit conservateurs et
universitaires afin de faire revivre cet univers d’amitiés et de culture. Toute une société de la Belle Époque doit ainsi être restituée afin de reconstituer ces liens, à travers des documents rares et pièces d’archives, et de comprendre quel rôle joue la symbolique de Versailles, parfois visible, parfois sous-jacente, dans l’élaboration
de la Recherche du temps perdu.

Luc FRAISSE est professeur de littérature française à l’université de Strasbourg et membre senior de l’Institut universitaire de France. Il dirige la « Bibliothèque proustienne » et la Revue d’études proustiennes aux Classiques Garnier.

Bon Souscription brochéProust et Versailles

Hannah Freed-Thall | Spoiled Distinctions | Oxford University Press | rééd. 2018

Hannah Freed-Thall, Spoiled Distinctions: Aesthetics and the Ordinary in French Modernism [2015], Oxford University Press, édition de poche 2018