Weiqun Tu | BâTissant les visions : entre Xueqin Cao et Marcel Proust | 2014

Weiqun TU, BâTissant les visions : entre Xueqin Cao et Marcel Proust, Nanjing, Presses de Yilin, 2014 (ouvrage en chinois)

BâTissant-les-visions

Présentation en français
Les deux romans encyclopédiques, À la recherche du temps perdu et Le Rêve dans le pavillon rouge, nés des deux cultures éloignées, constituent chacun un monde complet et autonome. Néanmoins, il existe entre eux des liens sous-jacents. S’appuyant sur la pensée analogique, l’auteure de BâTissant les visions: entre Xueqin Cao et Marcel Proust prend successivement pour point de départ dans ses sept chapitres un aspect ou un thème communs aux deux romans : le système onomastique, la métaphorisation, la conception et la construction du roman d’une part, l’amour impossible, le changement social et familial, le monde transcendant de la création d’autre part. Elle est dès lors conduite à discuter les convergences et les divergences dans leur traitement, qui reflète les visions des deux romanciers.
L’acte de bâtir-tisser entre les deux romanciers vise à rapprocher leurs visions comme on le fait quand on rapproche deux étoffes pour construire ensuite un tableau unifiant tout en détachant le motif ‒ la vision unique sur la littérature, où se distinguent encore ici et là les matières originelles. Il suggère aussi la présence du tiers en tant que bâ-tisseur qui fait le va-et-vient entre les deux, en essayant de découvrir leurs points communs essentiels, afin d’établir entre eux des rapports de miroitement, de correspondance, d’harmonie dans la diversité, et d’arriver enfin à une vision élargie, à un rapprochement des deux œuvres sur un fond éclairé.

Selon Proust, « si le fond de tout est un et obscur, la forme de tout est individuelle et claire » : l’idée ne s’éloigne pas beaucoup de celle de Confucius qui pense que « les mondes prenant des chemins différents finissent par se rejoindre», ni de celle de Zhuangzi qui croit que « du point de vue de la différence, la distance entre le foie et la vésicule biliaire est comme celle entre l’état de Chu (à l’ouest) et l’état de Yue (à l’est), mais du point de vue de la ressemblance, les cent mille êtres sont un ». En effet, tous trois sont parvenus à voir et à percevoir les choses et les mondes à la fois dans leurs formes multicolores et dans leur fond commun.

L’objectif de ce livre est de révéler un même esprit littéraire à travers l’analyse du traitement romanesque des deux romans. Ils diffèrent sur certains aspects inhérents à la langue, à la culture et à la tradition, et par les expériences personnelles des deux romanciers. Ils se ressemblent dans l’esprit littéraire. Par cette notion, l’auteure voudrait exprimer ce qu’elle a ressenti et trouvé d’essentiel dans ces deux chefs-d’œuvre, c’est-à-dire la recherche et l’exploration passionnées du mystère humain, l’aspiration et l’expression de la beauté et de l’amour, enfin la conviction profonde du lien entre l’immortalité de l’âme et la création littéraire, conviction qui suscite le sentiment partagé du manque et de l’imperfection de la vie humaine, et de l’infini de la beauté et de la vérité de l’univers littéraire.

Weiqun TU, diplômée de l’Université de Pékin, de la Sorbonne Nouvelle-Paris III et de State University of New York at Buffalo où elle a reçu son Ph.D., est chercheuse à l’Institut des littératures étrangères de l’Académie des sciences sociales de Chine. Elle est l’auteure de la Biographie critique de Proust (1999), Départ de Proust (2001), BâTissant les visions : entre Xueqin Cao et Marcel Proust (2014). À part des articles traduits sur Proust, elle a traduit et publié (en chinois) notamment To Whom It May Concern (2000) par Raymond Federman, L’écriture poétique chinoise et Vide et plein: le langage pictural chinois (2006) par François Cheng. Elle travaille maintenant sur l’histoire des études proustiennes, tout en élaborant sa vision de la littérature en tant qu’une communication possible des âmes.