Zouhaier Ilahi | Proust et la profondeur. L’écriture des paysages | Sorbonne nouvelle | Paris | 26 juin 2023

UNIVERSITÉ SORBONNE PARIS-CITÉ SORBONNE NOUVELLE

ED 120 LITTÉRATURE FRANÇAISE ET COMPARÉE CRP 19 – Centre de Recherche sur les Poétiques du XIX e siècle – EA 3423

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Présentée et soutenue par Zouhaier ILAHI

PROUST ET LA PROFONDEUR. L’ÉCRITURE DES PAYSAGES

Thèse dirigée par Cécile LEBLANC

Soutenance 26 juin 2023 à 14h00

Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle « Athéna » (Rez-de chaussée) – 4, rue des Irlandais – 75005 Paris
La soutenance sera publique.

Jury :

M. Stéphane CHAUDIER, Professeur, Université Lille 3.

Mme Cécile LEBLANC, Maîtresse de conférences – HDR Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Mme Emmanuelle KAËS, Maîtresse de conférences – HDR Université de Tours.

Mme Anne SIMON, Directrice de recherche, CNRS, UAR République des savoirs, Paris.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’écriture dans le dévoilement de la profondeur des paysages dans les écrits de Marcel Proust qui s’étendent des années de collège jusqu’à À la Recherche du temps perdu. L’écriture romanesque de Proust est sous-tendue par une dynamique de manifestation de la profondeur des paysages naturels et musicaux qui se développent dans l’entre-deux du visible et de l’invisible, de l’audible et de l’inaudible. Proust recourt en effet à l’expression de l’entre-deux pour montrer les limites de la pensée romantique fondée sur la philosophie mystique de l’art, du Réalisme tautologique institué sur la description des surfaces et de la poésie symboliste hermétique qui perpétue la pensée platonicienne. Aussi Proust récuse- t-il les fondements du platonisme qui s’étend jusqu’à l’idéalisme français moderne. L’expression de la subjectivité permet certainement à Proust de souligner le déclin du rationalisme au début du XXe siècle qui voit l’essor de l’inconscient et de l’involontaire. L’approfondissement des paysages, du réel et des choses fonde effectivement le réalisme subjectif de Proust. L’entre-deux du sensible et de l’intelligible place le roman aux frontières de l’artistique (Monet, Whistler, Giotto, Beethoven, Wagner, Chopin, Schumann) et du philosophique (Schelling, Schopenhauer, Séailles). L’écriture de la profondeur s’intègre certainement dans le cadre d’une quête de la continuité et développe une connaissance instituée sur la catégorie de la relation, voie d’accès à l’intériorité et au gouffre. Incontestablement, Proust est un écrivain et un penseur de la profondeur.

 



Citer ce billet
Anne Simon (2023, 11 juin). Zouhaier Ilahi | Proust et la profondeur. L’écriture des paysages | Sorbonne nouvelle | Paris | 26 juin 2023. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syhf