Anne Simon et Jean-Yves Tadié | L’heure bleue, de Laure Adler | France Inter | 17 nov. 2022

L’heure bleue, de Laure Adler, France Inter
Episode 4/4 : Anne Simon et Jean-Yves Tadié

Cette semaine, l’Heure bleue commémore les cent ans de la disparition de Marcel Proust et vous propose d’entendre les voix de ses amoureux⋅ses… Ce soir, Anne Simon, directrice de recherche au CNRS, et Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne.

Avec
  • Jean-Yves Tadié Professeur émérite à la Sorbonne (Paris IV) , directeur de collections aux éditions Gallimard, et vice-président de la Société des Amis de Marcel Proust
  • Anne Simon directrice de recherche au CNRS, rattachée au centre République des Savoirs à l’École normale supérieure

L’épisode s’ouvre sur une lecture d’Un amour de Swann par Lou Doillon.

Anne Simon est directrice de recherche au CNRS. Spécialiste de Proust et de zoopoétique, elle a publié de nombreux ouvrages dont les plus récents sont :  Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique (Wildproject) en 2021, La rumeur des distances traversées. Proust, une esthétique de la surimpression (Classiques-Garnier) en 2018. Elle signe également quelques articles dans le hors-série « Proust pour tous » de l’Obs, et son texte « Zoopoétique de Proust » est à retrouver dans le numéro de cet automne de la Nouvelle revue française.

Sa passion pour l’auteur a démarré de façon extrêmement proustienne confie-t-elle, puisque elle a abordé Proust assez jeune, en le lisant au lit. Et c’est peut être le meilleur endroit pour entrer dans la chair et dans le cœur de Proust. Anne Simon est “spécialiste de Proust”, mais ça veut dire quoi au juste ?

On dit souvent qu’on est proustien ou proustienne, et c’est assez beau comme expression. Oui, c’est vivre le temps de façon proustienne, donc avec des intermittences me concernant. Et c’est vraiment être accompagné par cette œuvre qu’on redécouvre à chaque fois de façon différente en la lisant. Parce que le temps passe aussi pour nous, elle passe à l’intérieur de l’oeuvre et en vieillissant, on ne l’aborde absolument pas de la même façon qu’on a pu l’aborder à 35 ou 40 ans.

J’ai 55 ans et je dirais que je me rapproche aussi du temps retrouvé, de ce terrifiant fantastique, comique et cruel bal de têtes, cette espèce de mascarade de la fin dans La recherche du temps perdu, ou il assassine en quelque sorte tous ses personnages. Il les fait vieillir dans une espèce de retournement du temps. Proust est un homme des seuils, de l’entre deux. Il est entre deux siècles, mais aussi entre deux côtés, le côté juif et le côté catholique par son père. Il est homosexuel dans une société qui récuse tout cela. Et puis surtout le seuil, la lisière est en permanence matérialisée dans son œuvre.

Jean-Yves Tadié est l’auteur de nombreux textes de référence sur la vie et l’œuvre de Marcel Proust. Sa biographie de Proust est rééditée en folio (Gallimard) et son livre Proust, le dossier vient de paraître dans une version revue et mise à jour chez Pocket. Pour la reparution chez l’Herne de l’ouvrage longtemps introuvable Les Amis de Marcel Proust de Georges Cattaui, Jean-Yves Tadié en signe l’avant-propos.

Marcel Proust figure en bonne place dans le panthéon de Jean-Yves Tadié : “Il est difficile de passer devant lui. Difficile de faire mieux. Je dirais même que c’est là qu’est le danger parce qu’il vous rend impossible de lire un certains nombre d’écrivains de son temps ou même après parce que ça vous paraît sommaire, primaire, superficiel. Alors finalement, pour moi, le critère, c’est quels sont les auteurs qui résistent à Proust ? Si vous me demandez, je vous dirais Henry James. Je vous dirais Dostoïevski, je vous dirais Tolstoï. Je vous dirai tout de même Balzac et je vous dirais Racine, je vous dirais Shakespeare, et je vous dirais Montaigne, et je m’écroulerai épuisé après.

Et pourtant dans son dernier ouvrage, Jean-Yves Tadié compare Marcel Proust à Balzac : “Ils ont un objet commun. Balzac a un projet d’ensemble qui est de peidre ce qu’il appelle la comédie humaine dans tous ses aspects. C’est un projet complètement fou quand on y réfléchit. Tout, les scènes de la vie privée, les scènes de la vie militaire, les scènes de la vie politique, les scène de la vie publique, etc, tout doit y passé. Il a écrit dans plus de 100 romans avec 5000 personnages, Proust c’est 500.

Quand je relis Balzac, comme quand je relis Proust, il échappe à son temps aussi. C’est en le décrivant, il est arrivé à y échapper. Parce qu’il construit des structures, des modèles, des grandes idées d’explication qui, sorties de la Restauration et la Monarchie de Juillet, peuvent s’appliquer finalement aussi bien aux années 2020. C’est ça qui est formidable chez lui, c’est que il nous construit des modèles d’explication qui sont valables pour maintenant, comme il l’était de son temps. Proust c’est pareils.



Citer ce billet
yangjiezhao (2022, 24 novembre). Anne Simon et Jean-Yves Tadié | L’heure bleue, de Laure Adler | France Inter | 17 nov. 2022. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sygu