Nicolas Ragonneau | Proust forteresse | Houlgate | 13 août 2022

 Nicolas Ragonneau, création de « Proust Forteresse » aux rencontres d’été théâtre & lectures en Normandie

« Proust Forteresse » (chapitre de mon livre Proustonomics, cent ans avec Marcel Proust) devient un spectacle dont la première aura lieu aux rencontres d’été théâtre et lecture à Houlgate, le 13 août (Espace Culturel, 21 h).

La vingt-et-unième édition des rencontres d’été théâtre & lectures en Normandie ne pouvait ignorer le centenaire Marcel Proust et présente ainsi un très beau programme de conférences, de lectures et de spectacles. Invité par Philippe Müller et Vincent Vernillat à participer à la fête, j’ai souhaité présenter autre chose qu’une classique conférence, en adaptant « Proust Forteresse », un des ultimes chapitres de mon livre Proustonomics, pour la scène. Il s’agira d’un spectacle à trois voix monté avec la complicité de Philippe et Vincent qui liront un choix de textes de Marcel Proust, Gabriel Astruc, Pavlos Zannas, Philippe Lançon, Natalia Ginzburg, Josef Czapski, Varlam Chalamov, Jorge Semprun et Jean Zay. J’assurerai la narration qui permettra de tisser les textes entre eux.

Proust et ses lecteurs tragiques

Roman considéré, au fur et à mesure de la parution des premiers tomes, comme frivole par une partie de la critique, À la recherche du temps perdu se révèle pourtant l’organe vital qui permet aux affligés de surmonter les grandes épreuves de l’existence : c’est Josef Czapski ou Varlam Chalamov au Goulag, Jean Zay emprisonné par le régime de Vichy, Jorge Semprun sur le chemin de sa déportation, Natalia Ginzburg assignée à résidence par les fascistes italiens, Pavlos Zannas dans les geôles des colonels grecs ou encore Philippe Lançon, rescapé de l’attentat de Charlie Hebdo, à l’hôpital… Contre l’adversité, la captivité, la maladie ou la mort, les lecteurs dressent ce livre essentiel et moral.
C’est une manière différente d’aborder la Recherche par ses lecteurs, et par quelques-uns des événements les plus tragiques des cent ans qui nous séparent de la mort de Proust. Un spectacle aussi poétique que politique.