Louis-José Lestocart | Proust et l’esthétique de la complexité | Classiques-Garnier | 2022

Louis-José Lestocart, Proust et l’esthétique de la complexité , Classiques-Garnier, 2022

Cette étude sonde les thèmes du roman proustien comme la mémoire involontaire, les sensations et faits esthétiques qui guident la recherche du narrateur, et formule de nouvelles interprétations en s’appuyant sur les sciences de la Complexité, l’entropie, la topologie, la théorie des systèmes dynamiques et certains concepts neuroscientifiques avec des aperçus sur la systémique de Paul Valéry. Par certains côtés, l’ouvrage de Marcel Proust offre une apparence baroque – emboîtements, pastiches, ironie, mise en abyme et autoreprésentation de l’auteur – trouvant aussi son explication dans l’idée d’un roman réflexif élaboré selon un principe homothétique, où l’œuvre (à faire) est souvent présente, manifeste ou cachée, dans les plus infimes parties du texte.

Table des matières

Première partie

Comment re-vouloir le révolu. Un personnage en quête d’auteur

 

Pavés, p. 13

L’expérience esthétique

Entéléchie et force primitive active, p. 19.

Madeleine et mémoire involontaire

Étapes d’un (premier ou originel) dévoilement/déploiement, p. 27.

Quelques aspects philosophiques, p. 43.

Intuition et mémoire eidétiques (Husserl), p. 43.

Schopenhauer, p. 47.

De l’expérience de la mémoire involontaire, p. 57.

Intermittences et mémoire involontaire, p. 61.

Les intermittences du cœur, p. 61.

Intermittences et retour du révolu, p. 65.

Tentation de la « méthode biographique » : l’hypothèse neurasthénique de l’enfant (et de l’homme) Proust malade, p. 67.

Pathologies névrotiques, p. 67.

Proust « neurasthénique » ou simplement névrosé ?, p. 72.

« c’est de réminiscences surtout que souffre l’hystérique. » (Joseph Breuer & Sigmund Freud), p. 79.

Thérapies, psychothérapies : traitement moral, p. 84.

La (les) mémoire(s) affective(s), p. 97.

Retour du refoulé, p. 100.

Qu’est-ce que vivre, aimer et souffrir ? Toujours approfondir les réminiscences ou réfléchir sur la création artistique à partir des affres de la névrose ?, p. 101.

Thème du double, p. 108.

Personnalité(s) multiple(s).

le sujet divisé entre un soi et un Autre (ou d’autres), p. 115.

Moi social et moi profond, p. 115.

Moi divers et variés Albertine, p. 118.

Dédoublement, instabilité, changement, p. 126.

Multiplicité différentielle des chambres de du Coté de chez Swann, i, i – Multiplicité des moi, p. 131.

 

Deuxième partie

Au-delà de la théorie deleuzienne des signes

L’invention de la réalité, p. 147.

L’écriture, la pensée, la perception, le monde, p. 147. 

Modèles et systèmes, p. 151.

Système mondain : ordre, chaos, ré-organisation, p. 152.

Vacuité, p. 173.

Vacuité ou cynisme, p. 183.

Strates de significations ou modèles/systèmes, p. 186.

Système(s), p. 193.

Segment 1 (soirée Guermantes), p. 204.

 

Segment 2 (soirée Verdurin), p. 227.

Montage(s), le beau souci de Proust, p. 245.

Différences et répétitions, p. 261.

Coda, p. 265.

 

Métastabilité (des signes) de l’amour ® souffrance, p. 265.

« Être de fuite »/« passante », p. 267.

Perception graduée d’Albertine, p. 278.

Albertine comme « être de fuite », p. 291.

Système amour/souffrance ® joie, p. 295.

Système amour/souffrance Û jalousie, p. 302.

 

Trois arbres, p. 306.

L’église de Carqueville, p. 307.

Pêcheuse, p. 309.

Arbres, p. 311.

 

Affordances et point de vue relativiste, p. 312.

Mouvement relatif et perception, p. 313.

Affordances et valences, p. 319.

Théorie du champ (Kurt Lewin) : b = f (p, e), p. 324.

Vectorisation de l’affect et de la pensée (idée), p. 337.

Situations de conflit et obstacles, p. 341.

 

Corps et environnement (le corps/monde), p. 353.

« L’espace n’est rien du tout sans les corps, que la possibilité d’en mettre » (Gottfried Leibniz), p. 353.

Situations de conflit et obstacles 2 :

Chambres en perception, p. 355.

Silence et sens en éveil : chambre de Doncières, p. 369.

 

L’œuvre universelle (en construction), p. 377.

L’œuvre minuscule, p. 377.

Petit morceau (« petit poème en prose »), p. 377.

Désaveu, p. 381.

L’œuvre minuscule et le bœuf mode, p. 382.

Etats (éléments) de l’œuvre et ses personnages (anciens et à venir), p. 388.

Désaveu 2, p. 392.

 

L’œuvre universelle et ses « ramifications ».

Implicite, explicite, p. 398.

 

Réflexion, p. 404.

Modèle de la goutte de teinture de David Bohm, p. 409.

Holomouvement, p. 411.

 

La Vivonne et ses « environs », p. 414.

 

Deux exemples de traces ou patterns de l’œuvre repliée, p. 428.

 

Regard holographique, p. 431.

 

Les deux côtés et le tilleul, p. 433.

Les deux côtés, p. 433.

L’« essence » des tilleuls :

morphogenèse, rhizome, œuvre en devenir, p. 439.

Portrait de l’artiste en vieille dame : Léonie, p. 455.

Les deux côtés : question de lieux, p. 459.

Topologie non-linéaire des deux côtés (hypothèse), p. 466.

Ordre, désordre, organisation =

« îlots » sur le ruban (2ème hypothèse), p. 481.

Non linéarité et chaos, p. 484.

Prédiction, p. 488.

 

« Îlot d’ordre » : les aubépines, p. 490.

Aubépines de Tansonville, p. 490.

Aubépines de Tansonville et au-delà, p. 509.

 

Art et essences ?, p. 521.

Conception nouvelle de la littérature, p. 543.

La littérature comme extra-temporalité ?, p. 546.

Signes, donc ?, p. 548.

 

Troisième partie

L’écriture comme transformation du réel

Construction/morphogenèse

L’invention de la réalité 2 :

Paradigmes anciens et nouveaux, p. 555.

 

Modèles, p. 556.

Inscription corporelle de l’esprit :

Le corps comme pensée et connaissance, p. 557.

Corps opaque ou corps absent : lieu de projections, p. 560.

Le corps comme lieu de construction (sommeil/réveil), p. 575.

Corps, chagrin, malheurs et… joie, p. 582.

Autoorganisation du sens via le corps :

Corps, esprit et identité, p. 585.

Corporification de l’esprit, p. 589.

C.E.M. (Corps/Esprit/Monde), p. 598.

Problème d’une « circularité fondamentale », p. 600.

Cognition située, p. 615.

 

Ingenium ou ingenio : l’art de re-lier, p. 616.

Modèles et modélisation : systèmes – réalité, p. 620. 

Modèles du sommeil et du rêve = construction de l’œuvre, p. 632.

« Structures anthropologiques de l’imaginaire », p. 638. 

 

Modèle et pastiche, p. 643.

Le Journal des Goncourt, p. 643.

Des « îlots de désordre » : trois pastiches, p. 646.

Pastiche de la composition française de Gisèle, p. 648.

« Pastiche des glaces », p. 649.

Imbrications et chiasme auteur/narrateur, p. 653.

 

Le pastiche du Journal des Goncourt, p. 669.

Précipité, p. 673.

Contre-univers, contre-monde, p. 677.

 

Coda 1 : modèle du sommeil et des rêves (et du réveil) et identité(s), p. 702.

 

Coda 2 : petit retour sur l’inconscient : Hartmann, Herzen, Freud, Lange, Nietzsche, Helmholtz et les « neurosciences » naissantes, p. 711.

 

Bibliographie, p. 719.

Index des noms, p. 769.

Index des noms de personnages de la recherche, p. 780.

Index des thèmes, p. 786.