Global Proust – Comment lit-on Proust aujourd’hui à travers le monde ? | Prod. Frédéric Martel | France Culture | 1 mai 2022

Global Proust – Comment lit-on Proust aujourd’hui à travers le monde ? Comment le traduit-on ? Comment, entre hashtag, twitter et IA, se déploit-il sur les réseaux sociaux en 2022 ? Soft Power part à la recherche de Proust, avec l’universitaire Antoine Compagnon.

Le Musée Carnavalet commémorait le 150e anniversaire de la naissance de Marcel Proust à travers une exposition spéciale en 2021 à Paris.

Global Proust – Comment lit-on Proust aujourd’hui à travers le monde ? Comment le traduit-on ? Comment, entre hashtag, twitter et IA, se déploit-il sur les réseaux sociaux en 2022 ? L’émission Soft Power de Frédéric Martel part à la recherche de Proust. Avec l’universitaire Antoine Compagnon, les traducteurs de Proust en Italie, aux États-Unis, au Japon, en Amérique latine, en Israël et dans le monde arabe. Et avec une exploration numérique du Proust digital.

Le premier test, bien sûr, est d’abord de chercher comme n’importe quel internaute “à la recherche du temps perdu pdf” sur Google. En un instant, on se rend compte que l’oeuvre de Marcel Proust est admirablement bien numérisée ; rares sont les écrivains auquel on accède aussi aisément, sur autant de sources différentes, dans autant de pays. Et là, il faut d’abord rendre hommage aux talents de référencement de nos amis Québécois, puisque la première porte, le premier lien hypertexte vers l’édifice immense du souvenir proustien, c’est la bibliothèque électronique du Québec. En deux clics, on se retrouve à l’entrée Du côté de Chez Swann, dans des éditions pdf aux lignes aérées.

Le deuxième résultat de recherche, c’est encore au Canada francophone, sur un site adoré des étudiants, Les Classiques des sciences sociales, qui est en fait la bibliothèque numérique de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Il faut aussi signaler la bibliothèque numérique de TV5 Monde qui donne un accès clair et gratuit à toute la Recherche, et dont le webdesign est bien plus élégant et intuitif que ceux des canadiens.

Jusqu’à présent on peut dire qu’on reste dans une expérience pensée pour le lecteur amateur, plus simple d’accès et de lecture.

Pour monter en gamme, il faut se rendre sur Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

Le Fonds Proust y est entièrement numérisé, grâce aux travaux conjoints du département des Manuscrits de la BnF et de l’équipe Proust de l’Institut des textes et des manuscrits modernes de l’Ecole Normale Supérieure, dirigée par la directrice de recherche au CNRS Nathalie Mauriac-Dyer. Cette dernière étant, et ce n’est bien sûr par un détail, l’arrière petite nièce de Marcel Proust.

Là, on a vraiment le sentiment de faire face à l’oeuvre proustienne, dans ce qu’elle a de prolifique, de généreux, d’un peu touffu. Il y a des papiers griffonnés, des objets et des souvenirs, ouvert à la libre découverte des curieux et des chercheurs. Le fonds compte plus de cent quatre-vingts cotes (feuilles volantes, cahiers, carnets, dactylographies, placards et épreuves corrigés). Et tout cela donc, sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/marcel-proust

Sur le site des expositions de la même BNF, on trouve aussi une expo virtuelle, intitulée Marcel Proust et les arts. On nous plonge dans le contexte culturel, historique et familial dans lequel Proust a crée on présente les trois grandes figures de créateurs qui apparaissent dans son oeuvre, le peintre Elstir, le compositeur Vinteuil, l’écrivain Bergotte. Il y a des diapos, on voit les cahiers d’écoliers des premières années, les hésitations, les ratures et des brouillons. On a le célèbre incipit, longtemps, je me suis couché de bonne heure ; souvent, à peine ma bougie éteinte. Mais, bien sûr, le souvent est sévèrement rayé ; le jeune Proust préfère : parfois, à peine ma bougie éteinte.

La correspondance de Proust, mise en ligne par l’Université de l’Illinois :

Publiée à partir de 1970, l’édition de la Correspondance de Marcel Proust par l’universitaire américain Philip Kolb est un monument éditorial (21 volumes, environ 5300 lettres). Mais surtout, elle a été numérisé par l’université de l’Illinois en anglais, et est aussi disponible en français grâce au travail conjoint de l’ENS et de l’université de Grenoble.

Ressources diverses :

Les leçons de la RTF sur Youtube :En 1963, date du cinquantième anniversaire de la parution de « Du côté de chez Swann », la RTF a diffusé une série de de leçons, qui sont en fait des paroles libres, de la part de grands auteurs, qui rendent hommage à Proust, qui analysent la Recherche, chacun avec leurs mots. Tout est sur Youtube, on y entend Roland Barthes, Marguerite Duras, Michel Butor…

Proust lu : https://www.youtube.com/channel/UC7c2G3X9AzYFnmv-MshzFew/videos. Une initiative de la réalisatrice Véronique Aubouy, qui a entrepris depuis 1993 la lecture filmée de “À la Recherche du temps perdu” de Marcel Proust. À chaque fois, une personne différente dans un cadre curieux, un peu désuet, un peu décalé. Un coup un agriculteur en bottes de caoutchouc avec un fort accent corrézien, un coup une femme dans une étable, un coup un ado sur son lit, etc.

Montré sous forme d’installation (Musée d’art moderne de la ville de Paris, 2012 ; Festival International de La Rochelle, 2008) ce film Proust Lu dure à ce jour 115 heures et comptabilise près de 1100 lecteurs.

La site de la société des amis de Marcel Proust, qui a son compte twitter aussi.

Depuis leur site, ils organisent des concours de lecture à haute voix, des concours de pastiche, avec des prix à 1000 euros, c’est un Proust joyeux et ludique. Il y a aussi l’actu des expos proustiennes, des éditions et des rééditions.

Proustonomics : Un blog économique et littéraire, tenu par l’éditeur et journaliste Nicolas Ragonneau, qui s’intéresse à l’influence de l’oeuvre de Marcel Proust dans le monde, dans l’économie et la culture, “une exploration des traces (visibles ou pas) ou des signaux (faibles ou forts) de la Recherche, de l’économie des biens culturels, de l’économie de l’attention. C’est un site sur le soft power proustien, un site sur le pouvoir de la littérature, sur le pouvoir de la lecture, sur le pouvoir des livres.”

Le plan du Paris de Proust, avec des lectures d’extraits audio de la Recherche devant les lieux emblématiques du roman, avec la voix de Pierre-François Garel, enregistrés par les Éditions Thélème.

 



Citer ce billet
yangjiezhao (2022, 2 mai). Global Proust – Comment lit-on Proust aujourd’hui à travers le monde ? | Prod. Frédéric Martel | France Culture | 1 mai 2022. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syfh