Marcel Proust, Du côté de la mère | Musée d’art et d’histoire du Judaïsme | 14 avril — 28 août 2022

Marcel Proust, Du côté de la mère, exposition au musée d’art et d’histoire du Judaïsme (mahJ), 14 avril – 28 août 2022

 

COMMISSARIAT : Isabelle Cahn, conservatrice générale honoraire des peintures au musée d’Orsay

CONSEIL SCIENTIFIQUE : Antoine compagnon, de l’Académie française, professeur émérite au Collège de France

COORDINATION ET RECHERCHES : Dorota Sniezek, mahJ

SCÉNOGRAPHIE : Studio Matters, Joris Lipsch

GRAPHISME : Studio Matters, Floriane Lipsch-Pic

 

L’exposition « Marcel Proust, du côté de la mère » est la première manifestation en France présentant l’écrivain à travers le prisme de sa judéité, à l’occasion du centenaire de sa mort.

Avec près de 230 peintures, dessins, gravures, ouvrages, documents —  dont des oeuvres majeures de Monet (l’un de ses peintres préférés), Rodin, Bonnard ou Vuillard, ainsi que des épreuves corrigées par l’auteur de Du côté de chez Swann et de Sodome et Gomorrhe — l’exposition aborde un aspect fondamental de la personnalité et de l’oeuvre de Marcel Proust (1871-1922) qui, à la disparition de sa mère, en 1905, se mit sérieusement au travail, porté par la pensée qu’il lui serait « si doux avant de mourir de faire quelque chose qui aurait plu à maman ». L’écriture de son grand oeuvre, À la recherche du temps perdu, l’accaparera dès lors jusqu’à sa mort.

Après avoir mis en lumière le lien de Proust avec sa famille maternelle, les Weil — israélites parfaitement intégrés à la bourgeoisie moderne de leur temps qui jouèrent un rôle important dans l’histoire des juifs de France —, l’exposition s’articule autour de plusieurs thèmes abordant les sociabilités de l’auteur, son engagement au moment de l’affaire Dreyfus, sa vision de l’homosexuel considéré comme un alter ego du juif, l’éclosion d’une modernité portée par des intellectuels et des artistes juifs au début du XXe siècle, ainsi que la question de la mémoire comme élément central de l’identité juive et de l’écriture de la Recherche.

L’exposition évoque également les lieux qui ont marqué sa vie, sa participation à la Revue blanche, l’influence qu’eut sur lui l’écrivain anglais John Ruskin — dont Proust et sa mère traduiront La Bible d’Amiens et Sésame et les lys —, la structure des manuscrits proustiens rappelant celle du Talmud, son intérêt pour l’histoire d’Esther ou le Zohar, les personnages juifs de la Recherche, l’antisémitisme dans la France de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, ou encore la réception critique de ses ouvrages dans les revues sionistes des années 1920.

À travers la judéité de l’écrivain, l’exposition révèle aussi cette « part juive », trop souvent ignorée, de la France du XIXe siècle, où les israélites purent accéder à tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle, dans un mouvement d’intégration sans précédent dans l’histoire et alors sans équivalent en Europe.

L’exposition « Marcel Proust, du côté de la mère », bénéficie de prêts d’une trentaine d’institutions à l’étranger et en France, parmi lesquelles la BnF, le musée du Louvre, le musée Carnavalet, le musée Marcel Proust à Illiers-Combray, et de prêts exceptionnels du musée d’Orsay, ainsi que de généreux prêts de collectionneurs.

Elle est accompagnée d’un riche programme (rencontres, conférences, concerts, activités pour le jeune public, visites guidées et promenades hors les murs).

Son catalogue est coédité par le mahJ et la RMN – Grand-Palais (272 pages, 39 €).

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
yangjiezhao (24 mars 2022). Marcel Proust, Du côté de la mère | Musée d’art et d’histoire du Judaïsme | 14 avril — 28 août 2022. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syfb