Isabelle Serça dir. | Proust et le temps | Le Pommier | 2022


Proust et le temps, un dictionnaire, Isabelle Serça (dir.), Paris, Le Pommier, 16 mars 2022

 

Longtemps,
je me suis couché de bonne heure…

« Une heure n’est pas qu’une heure, c’est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats. » Tel est le temps pour le Narrateur d’À la recherche du temps perdu. Mais qu’en pensent les physiciens ou les mathématiciens à l’époque de l’horloge atomique ? Qu’en disent les géoscientifiques ou les neuroscientifiques ? Les linguistes et les artistes ? Quant au temps chronologique de l’historien, qu’a-t-il à voir avec celui de l’écrivain ?

C’est à cette confrontation que nous convie le présent dictionnaire issu des travaux du collectif ProusTime : penser le temps avec Proust, des sciences humaines aux sciences exactes en passant par les arts. Traces neuronales et traces du land art, archives historiques et archives environnementales, histoire des sociétés humaines et histoire de l’univers… Dans ces pages se font jour autant de conceptions du temps et de la mémoire qui croisent celles de la Recherche. L’anachronisme y côtoie l’oubli, l’ellipse y voisine avec le progrès et une mystérieuse pelote de laine n’est pas loin d’une pédale de piano…

Autant d’échappées belles avec le plus grand spécialiste du temps : Proust lui-même !

Avec la contribution des membres du groupe ProusTime : François Charru, Jean-Marc Devaud, Anne Le Draoulec, Gaël Le Roux, Marie-Paule Péry-Woodley, Isabelle Serça, Gérard Tiné et Colette Zytnicki

et la participation exceptionnelle de Jérôme Bastianelli, David Bellos, Alain Connes, Francis Eustache, Maylis de Kerangal, Étienne Klein, Maryse Perrin, Nicolas Ragonneau et Jean-Yves Tadié

Illustration de couverture originale par Stéphane Heuet


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
yangjiezhao (12 mars 2022). Isabelle Serça dir. | Proust et le temps | Le Pommier | 2022. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syfa