AAC L’écriture du silence dans À la recherche du temps perdu | Université de Padoue | 28 février 2022

« Invasion of silence ©tessiart333

Appel à contribution  : date limite 28 février 2022 :

PROUST_Silence_AAC

PROUST_Silenzio_CFP

Colloque de Università degli studi di Padova Dipartimento di Studi linguistici e letterari, 1er-3 décembre 2022

[version italienne ci-dessous]

L’écriture du silence dans À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

« Rien n’invite tant à s’approcher d’un être que ce qui en sépare, et quelle plus infranchissable barrière que le silence ? » Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, t. II, p. 420)

Argumentaire

Source d’information qui paraît se soustraire à la communication et forme langagière qui répudie la parole, le silence manifeste sa présence par la rupture, et donc par l’absence momentanée, d’un flux sonore. Symbole du sublime naturel et de l’inspiration de l’artiste, il participe esthétiquement, graphiquement et stylistiquement à la construction du texte littéraire. « Le silence, apparente figure du vide, doit être compris comme une promesse de sens » (BOUCHARENC 1987, 240) : la nature polymorphe et paradoxale de ce phénomène implique et impose un travail de déchiffrement herméneutique à plusieurs niveaux. Qu’elle soit délibérée ou involontaire, une omission de la part de l’auteur questionne le lecteur sur les étapes diégétiques voire génétiques du récit, tandis que le silence d’un personnage impose des contraintes au co-énonciateur, surtout si ce dernier n’avait pas l’intention de réduire au silence son partenaire.

« Au vingtième siècle, la littérature se déplace du côté du silence » (DE LA MOTTE 2004, 1). Dans À la recherche du temps perdu, Marcel Proust met la parole dite et écrite au centre du projet romanesque : en dépit (ou à cause) de cela, l’absence de parole joue un rôle aussi important. Le syntagme oxymorique « silence éloquent » (P, III, 554) témoigne du rapport étroit entre la parole et le silence : à la longueur et à la fixité du « silence éternel » (CG, II, 852), « constant » (AD, IV, 49) et « infini » (AD, IV, 64) s’opposent la rapidité et la soudaineté du « silence subit » (P, III, 596) « profond mais intempestif » (CS, I, 24), qui scande le temps et le rythme d’une émission sonore ou d’une conversation (JF, I, 573 ; SG, III, 321). Dans son acception positive, le silence est « bienveillant » (CG, II, 787), « heureux » (SG, III, 326), « obéissant » (SG, III, 407) et « calmant » (P, III, 589). Lorsqu’il est « courtois » (AD, IV, 216), il constitue le trait typique de la politesse : le rituel phatique le combine à des gestes de révérence tels que l’inclination (JF, I, 562 ; SG, III, 308). Cela n’empêche que l’acception négative soit celle majoritaire : un silence peut être « indifférent » (P, III, 662), « presque désobligeant » (CS, I, 17), « réprobateur » (CS, I, 254), « hautain » (SG, III, 343), « aigre » (P, III, 754), ou encore « glacial » (JF, I, 459 ; JF, II, 241), « menaçant » (CG, II, 781), « hostile » (SG, III, 340), et « sévère » (TR, IV, 283). Enfin, une synesthésie peut attribuer au silence le caractère d’une nourriture (CS, I, 49), et d’une couleur (CS, I, 87).

À la lumière de la polysémie de sa définition, nous interrogerons le silence dans l’œuvre de Marcel Proust, en tenant compte de l’extrême variété des situations auxquelles cette notion est associée. En particulier, nous invitons à réfléchir aux axes suivants :

· Axe 1 : Le silence environnemental

Dans cette section, nous considérerons le silence comme un élément faisant partie « du cadre spatial romanesque » (VAN DEN HEUVEL 1985, 75). Notre objet privilégié sera la description du silence de la nature, des espaces artificiels (les chambres, les pièces…), ainsi que le mutisme des objets et le silence lié à un événement, à un moment et à une atmosphère, comme par exemple l’« unanime silence » (JF, I, 439) qui précède l’entrée en scène de la Berma. De plus, le silence est une condition essentielle pour démarrer, inspirer et achever l’écriture : « L’art véritable n’a que faire de tant de proclamations et s’accomplit dans le silence » (TR, IV, 460) ; « les vrais livres doivent être les enfants non du grand jour et de la causerie mais de l’obscurité et du silence. » (TR, IV, 476) Une autre piste s’attachera au silence dans sa relation avec l’acte d’écriture.

· Axe 2 : Le silence des personnages

Il serait intéressant d’analyser « le silence humain dans la perspective de l’énonciation et de la communication » (VAN DEN HEUVEL 1985, 75), afin d’évaluer le poids qu’il exerce dans l’« univers essentiellement oral de la Recherche » (GENETTE 1969, 223) : « sous le volume dense et coloré de leur parole » (BARTHES 2014, 62), les figures proustiennes peuvent cacher des tendances conversationnelles concernant le silence. Est-ce qu’il y a des personnages qui y recourent le plus souvent ? De quelle manière et avec quel but ? Est-ce qu’il y en a d’autres qui sont systématiquement réduits au silence par les autres ? Toutes les différentes expressions de l’absence de parole dans les interactions des personnages de la Recherche pourront être envisagées. Un silence stratégique (et complice, lorsqu’il est manifesté par deux actants concurremment) sert à cacher un secret et/ou à omettre une vérité. Un silence de honte de la part du locuteur fait suite à une attitude coupable, à une offense subie ou à la révélation inconsciente et non voulue d’une vérité. Enfin, une déficience physique ou une émotion psychologique peuvent donner lieu à une réticence locutoire : le sujet parlant est incapable « de verbaliser ses pulsions, donc condamné au silence » (VAN DEN HEUVEL 1985, 81).

· Axe 3 : Le silence du texte

L’article « À propos du “style” de Flaubert » montre que Marcel Proust n’est pas insensible à l’écriture du silence : « À mon avis, la chose la plus belle dans l’Education sentimentale, ce n’est pas une phrase, mais un blanc. » (CSB, 595) Or, « l’acte de la non-parole ne produit pas un énoncé linguistique, mais un vide textuel, un blanc » (VAN DEN HEUVEL 1985, 67). Cet axe se concentrera sur les techniques et les stratagèmes dont l’écrivain dispose pour transposer l’oralité (manquée) du silence dans le texte littéraire. Les points de suspension, les phrases inachevées, des figures de style comme l’ellipse et l’aposiopèse concourent à la représentation graphique d’un silence du texte. De même, le signe conventionnel du « etc. », « version négative de l’inépuisable » (BOUCHARENC 1987, 242), abrège une liste en omettant des éléments considérés comme superflus et redondants. On pourra également aborder le silence du texte dans une autre perspective : « Les analyses génétiques restituent elles aussi des couches du discours qui se sont tues mais qu’on entendrait encore par écho ou rémanence. » (LE MEUR 2011, 76) Dans les cahiers de brouillon et de mise au net, dans les dactylographies et dans les épreuves, le silence du texte n’est-il pas représenté par les biffures, par les épisodes supprimés, par les leçons rejetées, par tous les éléments qui ne verront pas le jour dans la version définitive ?

Les trois axes qu’on vient de présenter n’ont pas la prétention d’être exhaustifs : toute autre approche du silence dans la Recherche (ou dans Jean Santeuil, dans la Correspondance…) sera bienvenue.

Calendrier

Colloque Université de Padoue les 1-3 décembre 2022. Délai de soumission des résumés : 28 février 2022

Les propositions de communication (300 mots maximum) doivent être accompagnées d’une note biobibliographique et envoyées aux adresses suivantes :

genevieve.henrot@unipd.it et ludovico.monaci@phd.unipd.it

Retour du comité : Les participant(e)s recevront une réponse au plus tard le 31 mars 2022.

Publication : Les actes seront publiés dans la revue Quaderni proustiani (vol. 17, 2023 https://quaderniproustiani.padovauniversitypress.it/). Les articles (40 000 signes espaces comprises) devront être envoyés avant le 1er septembre 2022 (donc avant le colloque) et seront soumis à une relecture en double aveugle pour une publication au printemps 2023.

Comité scientifique 

  • Geneviève Henrot Sostero Università di Padova (IT)
  • Françoise Leriche Université de Grenoble Alpes (FR)
  • Anne Simon École Normale Supérieure de Paris – République des Savoirs (FR)
  • Isabelle Serça Université de Toulouse-Le Mirail (FR)
  • Eleonora Sparvoli Università di Milano (IT)
  • Anna Isabella Squarzina Università LUMSA (IT)
  • Davide Vago Università Cattolica di Milano (IT)
  • Marisa Verna Università Cattolica di Milano (IT)
  • Ilaria Vidotto Université de Lausanne (CH)

Bibliographie sommaire

BARTHES, Roland, Le Degré zéro de l’écriture [1953], Paris, Seuil, 2014.

BOUCHARENC, Myriam, « L’artiste et le silence : Stendhal, Proust », Nineteenth-Century French Studies, vol. 15, n° 3, 1987, p. 239-251.

BOURDIEU, Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris Fayard, 1982.

CORBIN, Alain, Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, Paris, Albin Michel, 2016. MURA-BRUNEL, A. et COGARD K. éd, Limites du langage : indicible ou silence, Paris, L’Harmattan, 2002.

DE LA MOTTE, Annette, Au-delà du mot. Une « écriture du silence » dans la littérature française au vingtième siècle, Münster, Lit Verlag, 2004.

ERGAL, Yves-Marie, FINCK Michael éd., Écriture et silence au XXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010.

GENETTE, Gérard, « Proust et le langage indirect », Figures II, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1969.

HEILMANN, Luigi, Silere-tacere. Nota lessicale, «Quaderni dell’Istituto di Glottologia dell’Università di Bologna», I, 1955-1956, pp. 5-16.

HENROT SOSTERO, Geneviève, SERÇA, Isabelle (dir.), Marcel Proust et la forme linguistique de la ‘Recherche’, Paris, Honoré Champion, 2013.

HENROT SOSTERO, Geneviève, « Dynamique conversationnelle dans le “Roman d’Albertine” de Marcel Proust », in Gisella Maiello (dir.), Il dialogo come tecnica linguistica e struttura letteraria, Napoli, Editrici Scientifiche Italiane, 2008, p. 111-131 ; traduit en anglais dans « Conversational Dynamics in ‘Albertine’s Love story’ (Marcel Proust, In Search of Lost Time) », SociolinguisticStudies vol.11, n° 2, https://journals.equinoxpub.com/index.php/75, 2017, p. 41-67. (online)].

HENROT SOSTERO, Geneviève, « Déviances discursives. Portrait de Charlus en haut-parleur », Bulletin d’informations proustiennes, nº 32, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, Éditions Rue d’Ulm, 2001-2002, p. 121-136.

KEBRAT-ORECCHIONI, Catherine, L’Implicite, Paris, Colin, 1986.

LABEILLE, Véronique, « Le silence dans le roman : un élément de monstration », Loxias, n° 18 [en ligne].

LE MEUR, Cyril, « Le silence du texte. La fondation du langage adressé », Poétique, n° 165, 2011, p. 73-90.

PERRICHOT, Claude, « La littérature du silence », Études françaises, vol. 2, n° 1, 1966, p. 109-116.

SIMON, Anne, « L’“arrière-plan de silence” du style de Proust », La Rumeur des distances traversées. Proust, une esthétique de la surimpression, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque proustienne», 2018, p. 239-252.

VAN DEN HEUVEL, Pierre, Parole mot silence. Pour une poétique de l’énonciation, Paris, Librairie José Corti, 1985.

************************************

Argomento

 

Fonte di informazione che sembra sottrarsi alla comunicazione e forma linguistica che ripudia la parola, il silenzio manifesta la sua presenza attraverso la rottura, e quindi l’assenza momentanea, di un flusso sonoro. Simbolo del sublime naturale e dell’ispirazione dell’artista, il silenzio partecipa esteticamente, graficamente e stilisticamente alla costruzione del testo letterario. « Le silence, apparente figure du vide, doit être compris comme une promesse de sens » (BOUCHARENC 1987, 240): la natura polimorfa e paradossale di questo fenomeno implica e impone un lavoro di decifrazione ermeneutica a più livelli. Che sia deliberata o involontaria, un’omissione da parte dell’autore pone delle questioni al lettore sulle tappe diegetiche e genetiche del récit, mentre il silenzio di un personaggio impone degli obblighi al co-enunciatore, soprattutto se quest’ultimo non aveva intenzione di zittire il suo interlocutore.

« Au vingtième siècle, la littérature se déplace du côté du silence » (DE LA MOTTE 2004, 1). In À la recherche du temps perdu, Marcel Proust pone la parola detta e scritta al centro del suo progetto

romanzesco: a dispetto (o alla luce) di questo fatto, l’assenza della parola gioca un ruolo altrettanto importante. Il sintagma ossimorico « silence éloquent » (P, III, 554) testimonia dello stretto rapporto tra parola e silenzio: alla lunghezza e alla fissità del « silence éternel » (CG, II, 852), « constant » (AD, IV, 49) e « infini » (AD, IV, 64) si oppongono la rapidità e la celerità del « silence subit » (P, III, 596), « profond mais intempestif » (CS, I, 24), che scandisce il tempo e il ritmo di un’emissione sonora o di una conversazione (JF, I, 573 ; SG, III, 321). Nella sua accezione positiva, il silenzio è « bienveillant » (CG, II, 787), « heureux » (SG, III, 326), « obéissant » (SG, III, 407) e « calmant » (P, III, 589). Quando è « courtois » (AD, IV, 216), costituisce il tratto tipico della politesse: il rituale fatico lo combina a dei gesti di riverenza quali l’inchino (JF, I, 562 ; SG, III, 308). Ciò non impedisce che l’accezione negativa sia quella maggioritaria: un silenzio può essere « indifférent » (P, III, 662),

« presque désobligeant » (CS, I, 17), « réprobateur » (CS, I, 254), « hautain » (SG, III, 343), « aigre » (P, III, 754), o ancora « glacial » (JF, I, 459 ; JF, II, 241), « menaçant » (CG, II, 781), « hostile » (SG, III, 340), e « sévère » (TR, IV, 283). Infine, una sinestesia può attribuire al silenzio il carattere di un alimento (CS, I, 49), e di un colore (CS, I, 87).

Alla luce della polisemia sottesa alla sua definizione, interrogheremo il silenzio nell’opera di Marcel Proust, tenendo conto dell’estrema varietà di situazioni cui questa nozione è associata. In particolare, invitiamo a riflettere sui seguenti assi di ricerca:

· Asse 1: Il silenzio ambientale

In questa sezione, il silenzio verrà considerato come parte integrante del « cadre spatial romanesque » (VAN DEN HEUVEL 1985, 75). Il nostro oggetto privilegiato sarà la descrizione del silenzio della natura, degli spazi artificiali (le camere, le stanze…), nonché il mutismo degli oggetti e il silenzio legato a un avvenimento, a un momento e a un’atmosfera, come per esempio l’« unanime silence » (JF, I, 439) che precede l’entrata in scena della Berma. Inoltre, il silenzio è una condizione essenziale per avviare, ispirare e completare la scrittura: « L’art véritable n’a que faire de tant de proclamations et s’accomplit dans le silence » (TR, IV, 460) ; « les vrais livres doivent être les enfants non du grand jour et de la causerie mais de l’obscurité et du silence. » (TR, IV, 476) Un’ulteriore pista si concentrerà quindi sul silenzio in relazione all’atto di scrittura.

· Asse 2: Il silenzio dei personaggi

Sarebbe interessante analizzare « le silence humain dans la perspective de l’énonciation et de la communication » (VAN DEN HEUVEL 1985, 75), al fine di valutare il peso che esso esercita nell’« univers essentiellement oral de la Recherche » (GENETTE 1969, 223): « sous le volume dense et coloré de leur parole » (BARTHES 2014, 62), le figure proustiane possono nascondere delle tendenze conversazionali per quel che concerne il silenzio. Ci sono dei personaggi che vi ricorrono più spesso? In che modo e con quale obiettivo? Ce ne sono altri che sono sistematicamente zittiti dagli altri? Potranno essere prese in considerazione tutte le diverse espressioni dell’assenza di parola nelle interazioni dei personaggi della Recherche. Un silenzio strategico (e complice, quando è manifestato da due attanti congiuntamente) serve a celare un segreto e/o a omettere un’evidenza. Un silenzio di vergogna da parte del locutore fa seguito a un’attitudine colpevole, a un’offesa subita, oppure alla rivelazione incosciente e non voluta di una verità. Infine, una deficienza fisica o un’emozione psicologica possono dare luogo a una reticenza locutoria: il soggetto parlante è incapace di« verbaliser ses pulsions, donc condamné au silence » (VAN DEN HEUVEL 1985, 81).

· Asse 3: Il silenzio del testo

L’articolo « À propos du “style” de Flaubert » prova quanto Marcel Proust sia sensibile alla scrittura del silenzio: « À mon avis, la chose la plus belle dans l’Education sentimentale, ce n’est pas une phrase, mais un blanc. » (CSB, 595) Ebbene, « l’acte de la non-parole ne produit pas un énoncé linguistique, mais un vide textuel, un blanc » (VAN DEN HEUVEL 1985, 67). Questo asse studierà le tecniche e gli stratagemmi di cui lo scrittore dispone per trasporre l’oralità (mancata) del silenzio nel testo letterario. I punti di sospensione, le frasi incomplete, le figure di stile come l’ellissi e l’aposiopesi

 

concorrono alla rappresentazione grafica di un silenzio del testo. Analogamente, il segno convenzionale « etc. », « version négative de l’inépuisable » (BOUCHARENC 1987, 242), abbrevia una lista consentendo di omettere degli elementi considerati come superflui o ridondanti. Inoltre, si potrà prendere in esame il silenzio del testo secondo un’altra prospettiva: « Les analyses génétiques restituent elles aussi des couches du discours qui se sont tues mais qu’on entendrait encore par écho ou rémanence. » (LE MEUR 2011, 76) Nei cahiers de brouillon e de mise au net, nelle dattilografie e nelle épreuves, il silenzio non è forse rappresentato dalle cancellazioni, dagli episodi eliminati, dalle lezioni rifiutate, ossia da tutti quegli elementi che non vedranno la luce nella versione definitiva?

I tre assi qui presentati non hanno la pretesa di essere esaustivi: qualsiasi ulteriore approccio al silenzio nella Recherche (o nel Jean Santeuil, nella Correspondance…) sarà il benvenuto.

Calendario

 

Convegno Università degli Studi di Padova 1-2-3 dicembre 2022. Data ultima per l’invio delle proposte: 28 febbraio 2022

Le proposte di comunicazione (300 parole massimo) devono essere accompagnate da una nota biobibliografica e dovranno essere inviate ai seguenti indirizzi:

genevieve.henrot@unipd.it e ludovico.monaci@phd.unipd.it.

Risposta del comitato: Le/I partecipanti riceveranno una risposta al più tardi il 31 marzo 2022. Pubblicazione: Gli atti saranno pubblicati sulla rivista Quaderni proustiani (vol. 17, 2023 https://quaderniproustiani.padovauniversitypress.it/). Gli articoli (40 000 caratteri spazi inclusi) dovranno essere inviati entro il 1 settembre 2022 (quindi prima del convegno stesso) e saranno sottoposti a una lettura in doppio cieco per essere pubblicati in primavera 2023.

 

Comitato scientifico

 

  • Geneviève Henrot Sostero Università di Padova (IT)
  • Françoise Leriche Université de Grenoble Alpes (FR)
  • Anne Simon École Normale Supérieure de Paris – République des Savoirs (FR)
  • Isabelle Serça Université de Toulouse-Le Mirail (FR)
  • Eleonora Sparvoli Università di Milano (IT)
  • Anna Isabella Squarzina Università LUMSA (IT)
  • Davide Vago Università Cattolica di Milano (IT)
  • Marisa Verna Università Cattolica di Milano (IT)
  • Ilaria Vidotto Université de Lausanne (CH)

 

Bibliografia indicativa

BARTHES, Roland, Le Degré zéro de l’écriture [1953], Paris, Seuil, 2014.

BOUCHARENC, Myriam, « L’artiste et le silence : Stendhal, Proust », Nineteenth-Century French Studies, vol. 15, n° 3, 1987, p. 239-251.

BOURDIEU, Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris Fayard, 1982.

CORBIN, Alain, Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, Paris, Albin Michel, 2016.

MURA-BRUNEL, A. et COGARD K. éd, Limites du langage : indicible ou silence, Paris, L’Harmattan, 2002.

DE LA MOTTE, Annette, Au-delà du mot. Une « écriture du silence » dans la littérature française au vingtième siècle, Münster, Lit Verlag, 2004.

ERGAL, Yves-Marie, FINCK Michael éd., Écriture et silence au XXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010.

GENETTE, Gérard, « Proust et le langage indirect », Figures II, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1969.

HENROT SOSTERO, Geneviève, SERÇA, Isabelle (dir.), Marcel Proust et la forme linguistique de la ‘Recherche’, Paris, Honoré Champion, 2013.

HEILMANN, Luigi, Silere-tacere. Nota lessicale, «Quaderni dell’Istituto di Glottologia dell’Università di Bologna», I, 1955-1956, pp. 5-16.

HENROT SOSTERO, Geneviève, « Dynamique conversationnelle dans le “Roman d’Albertine” de Marcel Proust », in Gisella Maiello (dir.), Il dialogo come tecnica linguistica e struttura letteraria, Napoli, Editrici Scientifiche Italiane, 2008, p. 111-131 ; traduit en anglais dans « Conversational Dynamics in ‘Albertine’s Love story’ (Marcel Proust, In Search of Lost Time) », Sociolinguistic Studies vol.11, n° 2, https://journals.equinoxpub.com/index.php/75, 2017, p. 41-67. (online)].

HENROT SOSTERO, Geneviève, « Déviances discursives. Portrait de Charlus en haut-parleur », Bulletin d’informations proustiennes, nº 32, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, Éditions Rue d’Ulm, 2001-2002, p. 121-136.

KEBRAT-ORECCHIONI, Catherine, L’Implicite, Paris, Colin, 1986.

LABEILLE, Véronique, « Le silence dans le roman : un élément de monstration », Loxias, n° 18 [en ligne].

LE MEUR, Cyril, « Le silence du texte. La fondation du langage adressé », Poétique, n° 165, 2011, p. 73-90.

PERRICHOT, Claude, « La littérature du silence », Études françaises, vol. 2, n° 1, 1966, p. 109-116.

SIMON, Anne, « L’“arrière-plan de silence” du style de Proust », La Rumeur des distances traversées.

Proust, une esthétique de la surimpression, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque proustienne», 2018, p. 239-252.

VAN DEN HEUVEL, Pierre, Parole mot silence. Pour une poétique de l’énonciation, Paris, Librairie José Corti, 1985.