Nicolas Ragonneau | Proustonomics | Le temps qu’il fait | 2021

Nicolas Ragonneau
Proustonomics

Cent ans avec
Marcel Proust
Essai2021.
Proustonomics, Cent ans avec Marcel Proust explore les angles morts d’À la recherche du temps perdu avec la fantaisie débridée du conteur et l’œil impitoyable de l’entomologiste. L’auteur s’intéresse tout particulièrement à l’économie du roman-fleuve et à sa postérité, proposant notamment une étude inédite des ventes de la Recherche sur un siècle, au moyen de graphiques.
Pourquoi ce livre si long entraîne-t-il une telle addiction chez ses lecteurs depuis cent ans ?
De Skopje à Reykjavik, c’est une véritable enquête sur le pouvoir des livres et de la littérature, sur la piste de l’aventure éditoriale proustienne dans plusieurs langues et même en braille, où l’on croise aussi bien le peintre Francis Bacon que Dave, Sergio Leone, Jean Zay ou Philippe Lançon. Un essai d’un genre nouveau, divertissant, unique et inclassable. 

 

Quelques sujets abordés
• Les ventes de la Recherche de 1919 à 2020
• La critique proustienne et les parutions sur Proust
• Les prénoms hérités de la Recherche dans la culture populaire et la société
• La traduction de la Recherche dans des langues étrangères
• Les lecteurs de Proust dans des conditions extrêmes
• Les néologismes proustiens sous forme de glossaire

L’auteur

Nicolas Ragonneau est éditeur et auteur du blog de référence proustonomics.com (5000 visites mensuelles) créé en mai 2019. Il est actuellement directeur du marketing des éditions Assimil. Sur Proust, il a signé Le Proustographe (Denoël, septembre 2021), Proust, Commercy 1915 (sous le nom de Maurice Vendôme, La Pionnière, 2019). Il a également traduit Dans les pas de Marcel Proust de William Friedkin (La Pionnière, 2019.

Extrait

Dans ce volume où il a recueilli, outre certains articles dont son site avait donné la primeur, d’autres inédits, Nicolas Ragonneau se montre un aventurier de la pensée proustienne. Avec le courage naïf et innocent des véritables explorateurs, il aborde Proust par un chemin qui pourrait paraître sacrilège, l’économie. Un auteur qui a affirmé qu’une théorie est comme un cadeau sur lequel on a laissé la marque du prix et qui est brouillé avec les chiffres ! Cette marque est partout dans ce livre.
Mais, de même qu’au temps de l’École des Annales, avec Marc Bloch et Lucien Febvre, l’usage de l’économie et des chiffres a révolutionné notre connaissance de l’Histoire, de même ici l’analyse des ventes d’À la recherche du temps perdu jette une lumière nouvelle sur l’histoire de l’œuvre. On se souvient que la théorie de la réception, autour des savants allemands Jauss et Iser, se proposait de connaître les livres par l’accueil qui leur avait été réservé.
Il y aussi une économie du temps. On trouve ici, pour la première fois, la mesure du temps qu’il faut pour lire la Recherche : en prenant pour étalon la lecture à voix haute par des acteurs (le livre étant disponible, grâce aux éditions Thélème, en version complète), on méconnaît cependant le fait que tout ne se lit pas à la même vitesse : les passages théoriques, plus lentement que les pages romanesques; les phrases qui nous touchent particulièrement, nous nous arrêtons pour les laisser retentir dans notre cœur (comme les idées difficiles, dans notre cerveau). Et les passages comiques, nous nous y attardons pour en rire.

Il faut donc arriver à chiffrer non la quantité, mais la qualité, comme l’horloge mesure le temps ou l’astronomie l’univers et la statistique la foule. Tel le Socrate du Philèbe, Nicolas Ragonneau introduit dans la littérature, famille de l’illimité, «tout ce qui, mettant fin à l’opposition des opposés, les rend commensurables et les harmonise en y introduisant le nombre». Il produit ainsi un livre qui aurait enchanté Raymond Queneau, entre Bords et Bâtons, chiffres et lettres.[…]

Jean-Yves Tadié (extrait de la préface).