Weiqun Tu | Étude et Anthologie des études sur Marcel Proust | Yilin | 2019

 

Weiqun Tu, Étude des études sur Marcel Proust, Nanjing, Édition Yilin, déc. 2019, 309 p.

et

Anthologie sur Marcel Proust, Weiqun Tu  éd., Nanjing, Édition Yilin,  déc. 2019, 293 p.

Ces  deux ouvrages complémentaires sur les études proustiennes sont destinés aux chercheurs et amateurs en langue chinoise d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

L’Étude des études sur Marcel Proust se divise en deux parties. La première partie retrace l’histoire et en particulier les étapes importantes de la critique de la Recherche, qui répondent à l’ascension graduelle et solennelle de l’œuvre durant plus d’un siècle. On commence par les difficultés que l’écrivain a rencontrées dans son effort de trouver un éditeur pour la publication de son roman et ensuite les premières réceptions parfois négatives de l’œuvre. Par contre, la dernière étape marque le triomphe de l’œuvre, tandis que la communauté littéraire du monde entier a célébré unanimement en 2013 le centenaire de la publication de Du côté de chez Swann, par des publications, des conférences et des programmes de radio.

L’auteure met l’accent sur la découverte des manuscrits de Proust vers la fin des années quarante et le début des années cinquante du siècle dernier, par André Maurois au moment d’écrire son À la recherche de Marcel Proust (1949) et par Bernard de Fallois qui a publié les premiers grands inédits de Proust : Jean Santeuil (1952) et Contre Sainte-Beuve (1954). La découverte et les publications ont inspiré successivement les deux grandes écoles de recherches proustiennes : la nouvelle critique qui, rassemblant plusieurs approches critiques — thématique (Jean-Pierre Richard), structuraliste et sémiologique (Gilles Deleuze, Roland Barthes), psychanalyste (Serge Doubrovsky) et narratologique (Gérard Genette) etc., — a dominé les recherches proustiennes des années soixante et soixante-dix, et la critique génétique (depuis 1979) qui a pris le relais de la première durant le reste du siècle dernier, avec l’intérêt tournant vers les études de la genèse textuelle (Claudine Quémar, Kazuyoshi Yoshikawa, Bernard Brun, Nathalie Mauriac Dyer, Françoise Leriche etc.) et culturelle (Antoine Compagnon) de l’œuvre. Cela n’empêche pas que d’autres théoriciens se sont penchés sur la Recherche pendant les deux dernières décennies du siècle dernier : la généalogie intellectuelle (Anne Henry), la stylistique (Dominique Jullien), l’intertextualité (Annick Bouillaguet), le postmodernisme (Margaret E. Gray) etc. Pour le nouveau siècle, l’ouvrage s’organise autour de quelques spécialistes de Proust, qui ont organisé des séminaires ou qui ont dirigé des recherches proustiennes dans diverses institutions parisiennes: Antoine Compagnon au Collège de France, Nathalie Mauriac Dyer à l’École normale supérieur, Mireille Naturel à l’Université Paris III, Anne Simon à l’École des hautes études en sciences sociales.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, en dialoguant avec des critiques, l’auteure ouvre des discussions sur la Recherche autour de ses thèmes essentiels (le temps et les instants lumineux de l’art, le moi et la narration, la fragmentation et l’unité poétique) et sur les rapports que l’œuvre de Proust ont entretenus avec la tradition française, avec les arts et les discours de son temps et enfin avec la critique proustienne de plus d’un siècle. Elle essaie de défendre ces quelques idées suivantes. Les instants lumineux recréés par l’art soutiennent l’édifice de la Recherche parce que l’amour de l’art et de la beauté donne un sens à la vie. Le narrateur de la première personne si unique obtenu par la réflexion philosophique profonde et par la pratique assidue de l’écriture permet à Proust d’explorer le fond de l’âme humaine et de raconter les histoires de la vie. La Recherche comme un grand voyage dans le temps du passé et dans l’espace du présent enracinée dans la tradition française a assimilé pourtant les éléments provenant d’autres cultures tout comme l’église de Balbec, pourrait servir d’un haut lieu de partage spirituel et esthétique dans notre monde brisé et plein de conflits. Plus d’un siècle d’études proustiennes prouvent que la Recherche ayant joué le rôle d’inépuisables sources d’inspiration pour innombrables lecteurs du monde entier et pour beaucoup de critiques et de théoriciens qu’elle a rencontrées sur son chemin de devenir un symbole de la littérature française, est capable de créer elle-même sa postérité.

L’Anthologie des études sur Marcel Proust est un complément de l’Étude. Elle recueille des textes dont la plupart sont traduits et publiés pour la première fois en chinois, et qui marquent les étapes de la critique de la Recherche ou qui illustrent une méthode de la critique proustienne. L’anthologie commence par le rapport de lecture (1912) de Jacques Madeleine du premier manuscrit du roman et se termine par l’article d’Antoine Compagnon « Renaissances proustiennes » (2013), en passant par les textes – articles ou chapitres des ouvrages de ces auteurs: Henri Ghéon, Jacques Rivière, Comtesse de Noailles, Robert Proust, Ernst Robert Curtius, Douglas William Alden, Louis Martin-Chauffier, Georges Poulet, André Maurois, Jean Rousset, Jean-Yves Tadié, Roland Barthes, Anne Henry, Bernard Brun, Antoine Compagnon, Margaret E. Gray, Luc Fraisse, Nathalie Mauriac Dyer, Anne Simon, Françoise Leriche.
Cette liste aurait sans doute pu être élargie, vu les innombrables publications importantes sur la Recherche, dont l’Étude a dressé dans ses appendices une bibliographie substantielle. La raison principale de cette sélection très limitée est le volume du recueil proposé par la maison d’édition. D’ailleurs, à mesure que les études proustiennes se développent, on verra sans doute davantage de textes et d’ouvrages sur Proust traduits et publiés en chinois.