Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019

PROUST ET LE RIRE
Colloque international
Université d’Anvers le 24-5-2019

« Mais d’habitude il se contentait de chercher à nous amuser en racontant chaque fois une histoire nouvelle qui venait de lui arriver avec des gens choisis parmi ceux que nous connaissions, avec le pharmacien de Combray, avec notre cuisinière, avec notre cocher. Certes ces récits faisaient rire ma grand’tante, mais sans qu’elle distinguât bien si c’était à cause du rôle ridicule que s’y donnait toujours Swann ou de l’esprit qu’il mettait à les conter: “On peut dire que vous êtes un vrai type, monsieur Swann!” »

Cette citation prise au début de Combray constitue la première occurrence du verbe ‘rire’ dans la Recherche. On a souvent comparé Swann et le narrateur, voire Swann et Proust ; c’est pour leur commun art de raconter que la ressemblance s’impose primordialement. Toutes sortes de procédés rhétoriques, de multiples collusions avec le destinataire, un discours nourri de plaisir et d’intentions caustiques, donnent à cette dimension une place de première importance. Ironie raffinée qui subtilise les perspectives, satire mordante ou subreptice, burlesque caricatural et grotesque scabreux, humour bonhomme ou raillerie polissonne, moquerie ou sarcasme, toutes les nuances du rire, du plus léger au gros calibre, se rencontrent tout au long de l’apprentissage de ‘Marcel’.

Evidemment, en suivant les chemins du rire, ce ne sont pas seulement les objets qui le provoquent et les agents qui le lancent, mais encore et surtout ceux et celles qui rient que retiendra une lecture amusée. Ainsi, pour rester du côté de Swann, les problèmes de Madame Verdurin, quand elle s’esclaffe, symbolisent tout un milieu, toute une idéologie, alors qu’en même temps un comique contagieux envahit la lecture.

La Revue internationale Marcel Proust Aujourd’hui (éditions Brill) consacrera dans son numéro 16 (2020) un dossier substantiel à « Proust et le rire ». Une journée d’études qui aura lieu à l’Université d’Anvers (une coopération entre l’Association Néerlandaise Marcel Proust et Franc Schuerewegen) le 24 mai 2019 permettra de constituer une base pour la composition de ce numéro, et nous invitons toute personne intéressée à se joindre à cette équipe et/ou à participer à cette journée.

Renseignements

j.m.m.houppermans@hum.leidenuniv.nl

s.m.e.vanwesemael@uva.nl

franc.schuerewegen@uantwerpen.be

 

PROGRAMME “PROUST ET LE RIRE”

Université d’Anvers (Franc Schuerewegen) en coopération avec l’Association Néerlandaise Marcel Proust (Sabine van Wesemael ; Sjef Houppermans)

arrivée 11 heures Barokzaal, Lange Sint-Annastraat 7 – 2000 Antwerpen

11.15  –  11.45    ouverture : Franc Schuerewegen

11.45 –  12.15     Sjef Houppermans «  Le physique du rieur »

12.15 12.30   discussion

12.30 13.30  déjeuner

13.30-14.00   Alain Vaillant « Rires de surface et risus absconditus dans la Recherche »

14.00  14.30  Karen Haddad « Le rire d’Albertine »

14.30 -14.45  discussion

14.45- 15.00  pause

15.00 – 15.30    Sabine van Wesemael « L’autodérision »15.30- 16.00  Paul Aron « Comment ne pas rire vulgairement en se moquant des écrivains qu’on aime (ou qu’on n’aime  pas)? » – sur les pastiches

16.00 -16.30   discussion

16.30  boissons



Citer ce billet
Anne Simon (2019, 18 janvier). Proust et le rire | Université d’Anvers | 24 mai 2019. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sycm