Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018

Que reste-t-il d’À La Recherche du Temps Perdu un siècle après sa parution ? Un siècle après l’érosion des pluies acides de la critique ? Un précipité noir. Noir comme un roman noir. Dans La Recherche, le crime est symbolique. Les meurtres se font en série. Chronique de la mort annoncée d’un auteur, de la noblesse, d’une France féodale, monarchique, catholique et rurale, le roman de Proust propose une enquête et Marcel est son détective. Cet essai interroge La Recherche à travers une couleur : le noir.

Une couleur élémentaire et complémentaire, qualité commune à deux éléments hétérogènes : la littérature et le cinéma. Un essai à double équation où le cinéma se voit au grand jour et la littérature se lit dans le noir. Un essai à la recherche d’une inconnue à variables multiples qui se dévoile presque nue, ici sur la faille, au bord du Pacifique, à Los Angeles.

Fanny Daubigny est auteur et traducteur. Elle a publié de nombreux articles sur Marcel Proust et est spécialiste des littératures françaises et francophones du XIXe et XXe siècle. Elle réside à Los Angeles, cité des anges et ville du crime.



Citer ce billet
Anne Simon (2019, 6 janvier). Fanny Daubigny | Proust au noir | Passage(s) | 2018. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syck