Anne Simon | La rumeur des distances traversées | Classiques Garnier | 2018

Anne Simon, La Rumeur des distances traversées. Proust, une esthétique de la surimpression, Paris, Classiques Garnier, 2018

La chambre éclairée par la lanterne magique, où s’ouvre « la trappe  invisible par où les fantômes apparaissent », est chez Proust le lieu des songes signifiants, des possessions malgré soi, des assouvissements extrêmes. Dans cette nuit inquiète s’anime un sujet en proie à une énigmatique « transvertébration » qui entrecroise de primordiales formes de soi – bisexuation, inceste, hybridation homme-bête, revenance, judaïsme… Une esthétique de la surimpression caractérise ces deux expériences de frayage et de passage que sont l’écriture et la vie. Proust comme être traversé et traversant, tel est le sujet de ce parcours qui, initié il y a une trentaine d’années, rend compte de la puissance philosophique d’un roman hanté par « la rumeur des distances traversées ».

Directrice de recherche au CNRS, Anne Simon est directrice du Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS, Paris), où elle anime le Pôle Proust et le programme Animots. Elle est l’auteure de : Trafics de Proust (Hermann, 2016), Proust e la filosofia contemporanea (trad. par G. Grasso, Solfanelli, 2013), Proust ou le réel retrouvé (PUF, 2000 ; Champion, 2011, 2018), À leur corps défendant (avec C. Détrez, Seuil, 2006). Elle a publié une quinzaine de collectifs, dont « Proust et l’Orient » dans Akhbar Aladab/Les nouvelles littéraires (en arabe, Caire, 2007) et « Proust et les sciences sociales » (vidéos en ligne, CRAL-CNRS/EHESS, 2015).

TABLE DES MATIÈRES

Transvertébrations : la revenance et la vie . . . . . . . . . . .  11
Désossement, dévertébration, transvertébration . . . . . . 13
Apparitions, possession, vocation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  19
De la transvertébration à l’esthétique de la surimpression . . 26

Première partie

PUISSANCE PHILOSOPHIQUE DU ROMANESQUE

« Un sujet philosophique pour une grande oeuvre littéraire »
Projet désavoué ou révolution romanesque ? . . . . . . . . . . . 37
Du cadrage au glissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  39
Vérité du romanesque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  43
Mais qu’est-ce qu’« un sujet philosophique » ? . . . . . . .  48

Phénoménologie et référence
Proust et la redéfinition du réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Le référent en procès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  55
Littérature vive, littérature sous tension : la dynamique du réel . .  59
Une fausse question : l’art ou la vie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  63
Latence et référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  65

Le côté phénoménologique de la recherche
Proust et Husserl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  71
Une reconsidération phénoménologique du sujet . . .  73
Une écriture de l’intérieur . . . . . . .  79

L’« architecture du visible »
Microlecture de la fin de Sodome et Gomorrhe . . . . . . . . . . . . . . .81
L’entrelacsdu corps et du fantasme, du passé et du présent . . 83
La prégnance de l’invisible : stylistique d’une
phrase de Sodome et Gomorrhe . . . . . . . . . . . . .  87
La surface et la profondeur . . . . . . . . . . . . . . . . . .92

L’herméneutique impossible
Ricoeur à l’épreuve de Proust . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Proust et la tension référentielle . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Les partis pris de l’herméneutique
philosophique . . . . . . . . .  102

Méconnaissance de Proust
Foucault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
Proust, écrivain de l’institution? . . . . . . . . . . . . . . . . .115
De l’auteur de la Recherche au personnage Barthes/Blanchot . . 121
Panoptismes de Proust et Foucault . . . . . . . . . . . . . . .  123
Savoir et biopouvoir : spécificités proustiennes . . . . 126

Deuxième partie

INCORPORATIONS

Histoire de l’optique et recherche littéraire
Le rayon visuel chez Proust . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  133
Anubis, Narcisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  134
De l’intercorporéité à l’interdisciplinarité. . . 137
Une optique proustienne ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  146
Voir le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  150
Voir le regard qui nous regarde

Voyeurisme et pétrification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
Le voyeurisme et l’alibi de l’étude de mœurs . . . . . . . . . . .157
Jeux de miroirs, jeux de regards : le voyeur médusé . . . .159

Proust ou le corps expressif malgré lui . . . . . . . . . . . . . .  167
Validité de l’erreur herméneutique et du mensonge . . . 169
Inflexions personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  175
Un regard « venu des profondeurs » . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
La parure, extension intelligible du corps . . . . . . . . . . . . .   178

« La même et pourtant autre »
Le travail de la différence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  183
« La généalogie physiologique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  185
Sournoiserie, dissimulation :
Gilberte-Mélusine, ou la femme parfaite . . . . . . . . . . . . . . . 190

« Le Temps cherche des corps » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  195
La quatrième dimension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  197
Le corps féminin en perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  200
Du monstre au Dibbouk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  203
L’extra-temporalité au coeur de la temporalisation . . .  206

Figurations et défigurations du réel et du temps . . . . . 211
La vraie littérature, c’est la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  212
Memento mori . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  216

Troisième partie
COMMERCES

« Maintenant regardez »
Renoncer, attaquer, une révolution littéraire . . . . . . . . . . . . . . .  223
Reproduire pour renoncer : Proust et les héritages culturels . . 225
Engranger l’inassimilable : révolution et réception . . . . . . . .  228
Inventer style et monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  233

L’« arrière-plan de silence » du style de Proust . . .239
Faire silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  240
« Silence du langage absolu » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
De la vie muette aux formes du silence . . . . . . . . . .  245

Aurores, clairs de lune et autres couchers de soleil.
De la persistance du cliché à la déconstruction du panorama . . . 253
Vues panoramiques : la quête d’une nature poétique . . . . . . . .  256
Déconstruire et réinvestir les clichés . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  259
Entre paysage-prétexte et paysage-palimpseste . . . . . . . . . . .  263
Surprises de la perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  266

Vertiges de Nerval
De Sylvie à la Recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..  271
Brouillage des focalisations
et désorientation textuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  273
Des conclusions divergentes :
de la fin de Sylvie au Temps retrouvé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
D’hommage en pastiche :
de la fin de Sylvie à la fin de Du côté de chez Swann . . . . . .280
Deux héros gémeaux, deux narrateurs différents . . . . . .284

Cohen et Proust
Réécritures, dénégations, engagements . . . . . . . . . . . . . . .287
Portraits-charges et caricatures :
distinctions sociales et déclassements . . . . . . . . . . . . . . . . . .  289
« La durée, vieille Juive errante » :
des constructions narratives ramifiées . . . . . . . . . . . . . . . . . .  294
Écrire et lire en temps de guerre : « À quoi bon Proust ? » . . .. 299

Proust lecteur de Maeterlinck
Affinités sélectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  303
L’épineuse question des premières œuvres et de « la mort » . .304
Défense et illustration du « Virgile des Flandres » :
les essais des années 1900 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  309
Maeterlinck palimpseste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  312

De l’histoire naturelle aux histoires surnaturelles
Hybridités proustiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  319
Fictionnalisation de l’histoire naturelle . . . . . . . . . . . . . . . .323
Déplacements du darwinisme social . . . . . . . . . . . . . . . . . .  332
Altérité des bêtes réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  335
Fonction anthropologique des animaux mythologiques . ..  340
Monstres temporels : de l’évolution darwinienne à la désagrégation proustienne . . . . . . .  343
Autoportraits zoologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  347

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  351
Index des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  371

Bon de commande La Rumeur des distances traversees

URL de référence : https://classiques-garnier.com/la-rumeur-des-distances-traversees-proust-une-esthetique-de-la-surimpression.html



Citer ce billet
benhaim (2018, 25 juillet). Anne Simon | La rumeur des distances traversées | Classiques Garnier | 2018. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syca