P. Lombardo | “Une figure de géométrie assez compliquée” | ENS-ITEM | 6 mars 2017

Séminaire « Le champ proustien (2): De l’amour », organisé par N. Mauriac Dyer et Philippe Chardin
Lundi 6 mars, 10h-12h30, ENS, 29, rue d’Ulm 75005 Paris, salle 235 C
Attention, changement de salle

Patrizia Lombardo: « “Une figure de géométrie assez compliquée” »
Une géométrie complexe, tel est l’amour chez Stendhal et chez Proust. L’approche génétique permet de voir Proust comme un disciple plus ou moins obéissant de la théorie avancée dans De l’amour. Un dédale infini de similitudes et de différences nourrit certes la comparaison entre les deux écrivains. Or les réflexions de Stendhal sur le sentiment amoureux appartiennent à son vaste effort de constituer une philosophie des émotions humaines. Il est possible alors de souligner comment, par quelques brèves remarques, Proust a compris que Stendhal est l’écrivain qui tisse dans une même phrase le rapport entre émotion, action et motivation. P. L.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Simon (27 février 2017). P. Lombardo | “Une figure de géométrie assez compliquée” | ENS-ITEM | 6 mars 2017. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syb9