C. Leblanc | Camille Saint-Saëns, le “diable déguisé” de la Recherche ? | Item Proust | 9 mai 2016

Séminaire « Le champ proustien », organisé par Nathalie Mauriac Dyer et Philippe Chardin
Lundi 9 mai, 10h-12h30, ENS, 29, rue d’Ulm 75005 Paris

Louis Leopold, Le Songe de Tartini
Louis Leopold, Le Songe de Tartini

Cécile Leblanc : « Camille Saint-Saëns, le “diable déguisé” de la Recherche ? »
L’importance de Saint-Saëns dans l’œuvre de Proust a été très souvent minimisée, réduite à une présence de circonstance, même dans les travaux les plus récents. Si Proust a admiré sans réserve le compositeur, au point d’en faire le modèle musical de référence pour l’écriture de la musique jusqu’en 1910, il l’a ensuite vilipendé pour son esthétique rétrograde, mais sans l’abandonner pour autant. Reynaldo Hahn fut dans Jean Santeuil  le « dieu déguisé qu’aucun mortel ne reconnaît »: Camille Saint-Saëns pourrait bien être le « diable déguisé » de la Recherche. Sa présence cachée y donne une épaisseur aux personnages dont les goûts sont à l’opposé de ceux du narrateur et surtout aux démodés comme Charlus, dernier représentant, comme le compositeur, d’un monde disparu.