Les robes-trésors de la comtesse Greffulhe | Palais Galliera | 07.11.2015-20.03.2016

La comtesse Greffulhe fut pour l’écrivain un inoubliable modèle. Portrait d’une femme libre qui régna sans partage sur la politique et les arts de la Belle Epoque en compagnie de Jean-Yves Tadié, directeur de l’édition Pléiade d’À la recherche du temps perdu.

Photographie de Otto, la comtesse Greffulhe dans une robe de bal, vers 1887
Photographie de Otto, la comtesse Greffulhe dans une robe de bal, vers 1887

Peut-être ne connaissez-vous pas le nom de Greffulhe. Mais sans doute avez-vous vu au moins une fois le portrait, par le photographe Paul Nadar, de celle qui fut immortalisée en majesté dans une longue robe de velours noir ornementée de lys. Elisabeth de Riquet de Caraman-Chimay (1860-1952), devenue par son mariage comtesse Greffulhe, fut l’une des femmes les plus en vue de son temps, par son élégance savamment mise en scène. Proust s’en inspira pour le personnage fameux de la duchesse de Guermantes dans La Recherche. La garde-robe exceptionnelle de cette femme hors du commun figure aujourd’hui parmi les trésors du musée de la Mode de la Ville de Paris. La voici présentée avec des archives d’époque dans une scénographie à son image. — Bénédicte Philippe.

http://www.telerama.fr/sortir/video-au-palais-galiera-la-garde-robe-de-la-muse-envoutante-de-proust,139173.php


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Simon (16 mars 2016). Les robes-trésors de la comtesse Greffulhe | Palais Galliera | 07.11.2015-20.03.2016. Proust au croisement des disciplines. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/syac