Archives par mot-clé : linguistique proustienne

Marisa Verna | Proust, une langue étrangère | Classiques Garnier | 2020

 

Marisa Verna, Proust, une langue étrangère, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque proustienne », 2020

Proust s’opposa de manière nette à l’idée d’une langue nationale « claire » par nature, dont l’ordonnance serait inhérente à la pensée elle-même. Ce livre interroge le style proustien du point de vue de sa théorisation et de la mise en œuvre d’une rhétorique sensorielle diffuse dans À la recherche du temps perdu.

Table des matières

Première partie : Contre la clarté

1. Proust et l’idéologie de la langue. Contre la clarté

2. Proust et l’art de la langue. La synonymie comme idolâtrie linguistique

3. Proust talmudique. Affaire Dreyfus et idéologie linguistique

4. « Le lac inconnu du langage ». Le rôle des registres linguistiques dans la Recherche du temps perdu

5. Melting in translation. Les mots du style en italien et en anglais

Deuxième partie : Pour une langue sensible

6. La synesthésie comme véhicule d’extase dans le Côté de chez Swann

7. Jouir des aubépines : sur quelques pages de Proust et la synesthésie

8. D’une chevelure odorante au temps de l’extase : sur des synesthésies proustiennes

9. Pour une langue sensible : écrire comme Baudelaire

10. Diversité des sens, unité sensible : dans la chair de l’écriture proustienne

11. Des mots mangeables: la gelée comme synecdoque du style dans le roman proustien

12.  Le vortex de l’espace dans l’écriture de Proust

13. Corps connaissant(s) et pensée matérielle chez Proust. Les sens du Temps