Marcel Proust : à la recherche de l’art | APEF – Université de Lisbonne | 23-24 juin 2022

Proust_NiceArt_pochoir_Montreuil_avril2020©Marion Dupuis

Marcel Proust : à la recherche de l’art

Pour commémorer le centenaire de la mort de Marcel Proust, le Projet SYNESTHESIA, du Centre d’Etudes Comparatistes de la Faculté des Lettres de l’Université de Lisbonne, en collaboration avec l’Association Portugaise des Etudes Françaises (APEF), organise le Colloque International « Marcel Proust : à la recherche de l’art », qui aura lieu les 23 et 24 juin 2022 à la Faculté des Lettres de l’Université de Lisbonne.

Conférencière plénière : Anne Simon (République des savoirs, ENS-CNRS-PSL-Collège de France)

https://cec.letras.ulisboa.pt/en/

https://apef-association.org/appels-a-contribution/

La Recherche comme histoire d’une vocation d’artiste :

Dans le deuxième volume du Côté de Guermantes, Marcel Proust, évoquant les nuits de Rivebelle, écrit, en se référant à l’objet premier de sa Recherche :

«J’éprouvais à les percevoir un enthousiasme qui aurait pu être fécond si j’étais resté seul, et m’aurait évité ainsi le détour de bien des années inutiles par lesquelles j’allais encore passer avant que se déclarât la vocation invisible dont cet ouvrage est l’histoire.»

La quête de l’artiste :

Auparavant, il avait formulé la comparaison suivante, qui nous paraît essentielle, cette fois en référence à la quête de l’artiste :

«[…] notre vie sociale est comme un atelier d’artiste, remplie des ébauches délaissées où nous avions cru un moment pouvoir fixer notre besoin d’un grand amour, mais je ne songeai pas que quelquefois, si l’ébauche n’est pas trop ancienne, il peut arriver que nous en fassions une œuvre toute différente, et peut-être même plus importante que celle que nous avions projetée d’abord.»

La question de l’art et de sa quête sont au cœur de La Recherche proustienne, et différents arts sont convoqués par l’écrivain pour l’expliciter dans toute son ampleur et sa diversité. Pour cela, Proust a l’air d’épouser le point de vue de son personnage d’élection, à bien des égards son alter ego, Swann. Celui-ci s’exclame, en effet, s’adressant au narrateur, dans Du Côté de chez Swann :

«La Berma dans Phèdre, dans Le Cid, ce n’est qu’une actrice si vous voulez, mais vous savez, je ne crois pas beaucoup à la «hiérarchie!» des arts.» (p. 117).

Nous vous invitons à traiter l’un ou l’autre de ces thèmes, en vous suggérant quelques pistes de réflexion :

La question de l’art :

– La pensée de l’art chez Proust

– la dimension cognitive de l’art

– La dimension esthétique de l’art ; l’esthésie et l’esthétique : l’écart entre les sensations et leur expression artistique

Les arts :

– Y a-t-il une hiérarchie des arts pour Proust ?

– La littérature comme art : la place de la mémoire involontaire, et le rôle de la comparaison et de la métaphore

– l’architecture : les cathédrales ; A la Recherche du temps perdu comme cathédrale

– La peinture

– La musique

– Le théâtre

– L’opéra

– La danse

– La photographie

– la mode

– Le mobilier ; la décoration

– la gastronomie

– Adaptations de l’œuvre de Proust (cinéma, danse, bande dessinée…)

Les propositions de communications doivent être accompagnées d’un résumé et d’une note biobibliographique et envoyées, avant le 30 novembre 2021, à l’adresse-mail suivante : kellybb@netcabo.pt.