Réseau

En bas de page, hommage à Philippe Chardin, membre du Réseau Pôle Proust décédé le 11 janvier 2017

A
Abignente Elisabetta
Antici Ilena
Acquisto Joseph
Aubert Nathalie (Oxford Brookes, Grande-Bretagne)

B
Baldwin Thomas
Benhaïm André
Beistegui Miguel de
Bouillaguet Annick (Université Paris Est-Marne la Vallée)

C
Carbone Mauro
Carnevali Barbara
Cerfon Audrey

D
DalMolin Eliane
Daubigny Fanny
Dubois Jacques

E
Eells Emily
Ellison David
Elsner Anna Magdalena
Ender Evelyne
Erman Michel (Université de Bourgogne)

F
Fallah Nejad, Mohammad Reza
Felten Uta
Finn Michael
Fraisse Luc
Freed-Thall Hannah
Fülöp Erika

G
Garritano Daniele
Girimonti Greco Giuseppe
Godeau Florence
Grau Donatien
Grasso Giuseppe
Guerlac Suzanne
Guerrero Alonso Mª Luisa (Universidad Complutense de Madrid, Espagne)
Guindani Sara

H
Haddad Karen
Henrot Geneviève
Hughes Edward

I
Intili Sarah (Doctorante EHESS, Anne Simon dir.)

J
Johnson, Jeffrey (Independant Scholar)

K
Kahn Robert
Klinkert Thomas

L
Landy Joshua
L’Hermitte Nicolas G.

M
Macé Marielle
Mastromo Giulia

Mlynek-Theil Kristin
Moret-Jankus Pauline

P
Papparo Felice Ciro
Paradas Christophe
Peñalver Vicea Maribel
Penesco Anne (Université Lyon 2)
Piazza Marco

R
Rami Meryeme (Université Mohammed V, Rabat, Maroc)
Pierre-Louis Rey
Roloff Volker
Rozzoni Claudio
Rushworth Jennifer

S
Schaffner Alain
Schmid Marion
Schuerewegen Franc
Simon Anne
Simon-Nahum Perrine
Sirvent Ramos Àngeles (Universidad de Alicante, Espagne)
Steel, Gareth H.

V
Vago Davide
Verna Marisa
Vernet Matthieu
Vultur Ioana

W
Watt Adam
Willemart Philippe


Hommage à Philippe Chardin (page régulièrement actualisée)

philippe-chardin-monsite

NOTRE AMI PHILIPPE CHARDIN nous a subitement quittés, ce 11 janvier 2017, emporté par son « tête-à-tête avec la mort », cette tenace rôdeuse, cette visiteuse obsessionnelle du logis que tout lecteur de la Recherche ne cesse de croiser, au fur et à mesure qu’il avance dans la vie et dans ses relectures. Le croche-pied de cette passante dont on se passerait n’a pas eu raison de Philippe. Car de ce cœur-esprit, on peut dire avec Proust que son « cerveau était un riche bassin minier, où il y avait une étendue immense et fort diverse de gisements précieux », qu’il a su « exploiter » pour nous les révéler, avec cette puissance d’écriture, ce sens historique, cette culture philosophique et littéraire qui font de son œuvre une référence indépassable et une ressource pour nos vies. Un cerveau donc, grand passeur de cultures, Européen férocement humaniste (rien de mièvre chez Philippe), et, pour celles et ceux qui le connaissaient, un homme aimant, aux éclats de rire enfantins, à l’intelligence aiguisée mais toujours généreuse. Un romancier enfin, qui n’a cessé de se rendre à ce « rendez-vous urgent, capital, avec soi-même » qu’est l’écriture selon Proust.
Plus personnellement, je perds un ami de trente ans, une part sensible de ma vie se détache de moi, j’espère, le lisant et l’écoutant, le retrouver, la retrouver.

À sa famille, à ses proches, à ses collègues de l’université de Tours, de l’ITEM-Proust, de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray, et à l’étranger, de ces innombrables institutions – notamment Quaderni proustiani  où il coordonnait la section française de la revue – où il était reconnu et demandé, les membres du Pôle Proust envoient leurs pensées les plus douces.

510_philippe-chardin

LES HOMMAGES ACTUELS  ET À VENIR
• Un hommage a été rendu à Philippe, qui devait intervenir au séminaire de l’ITEM-Proust qu’il animait avec Nathalie Mauriac Dyer, le 6 février 2017 (École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, salle 235B, à partir de 10h).
• Le Centre de recherches proustiennes et la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray organisent une journée en hommage à Philippe le dimanche 21 mai 2017 à Illiers-Combray : portrait-souvenir le matin, lectures l’après-midi lors d’une promenade pédestre.
• Hommage sur le site Amici di Marcel Proust; Gennaro Oliviero , Geneviève Henrot et Eleonora Sparvoli dédieront le numéro de printemps 2017 de Quaderni proustiani à Philippe.
• Un hommage aura lieu à l’École normale supérieure à l’occasion de la sortie du recueil d’hommages à Philippe, initié à l’occasion de son départ en retraite et intitulé Vivre comme on lit. Florence Godeau et Sylvie Humbert-Mougin ont réuni des textes émanant de ses collègues, étudiants et amis, et le fil directeur en est la lecture. La grande diversité des contributions éclaire la diversité des domaines de spécialité de Philippe critique ; le volume rend aussi hommage à son œuvre d’écrivain.
• Le numéro de la Revue d’études proustiennes que prépare Luc Fraisse sera dédié à notre ami et collègue : « Proust et le livre à venir. Hommage à Philippe Chardin », Revue d’études proustiennes, n° 6, 2017-2.
Prospero, revue de l’université de Trieste dans laquelle Philippe a écrit un article, lui dédie son numéro.
• Le Bulletin d’informations proustiennes n°47 sera dédié à Philippe, et paraîtra en 2017.
• Le Pôle Proust a initié en 2013 un cycle d’événements scientifiques « Proust : la pensée, l’émotion, l’écriture », intitulé qui correspond si bien au rapport intense, intime et politique, que Philippe entretenait avec la création intellectuelle et artistique. Il avait participé au colloque « Proust et les sciences sociales » que Marielle Macé et moi-même avions organisé à l’EHESS en 2015. Je vais mettre sur le chantier une nouvelle journée d’étude, « Proust traversé : la philosophie comme trafic », qui lui sera dédiée, à l’automne 2017 ou en 2018. Il s’agira de se situer non plus dans le rapport entre « la » philosophie et « la » littérature, idée académique saugrenue qui faisait bien rire Philippe,  mais « au milieu » (diraient Michaux, Claude Simon et Deleuze) des pratiques d’écriture : se situer au cœur de leurs poussées et de leur débordements, pour examiner comment les penseurs passent par Proust, et l’outrepassent, pour inventer le roman de leur propre pensée – une pensée toujours d’emblée traversée par l’altérité. La philosophie comme grand banditisme, grands départs et grands déports, la philosophie comme pensée sensible, indissociable des mots qui la font germer, indissociable de nos émotions vives, parfois éclatantes de bonheur, parfois effondrantes, mais toujours intenses, c’est mon hommage personnel à Philippe.

LE TEMPS RETROUVÉ DE PHILIPPE
http://philippe-chardin.e-monsite.com/

Entretien Ph. Chardin/N. Degroult-Entretien French Review 2012, avec l’aimable autorisation de la French Review

Journée « Proust et les sciences sociales : allers-retours », organisée par Anne Simon et Marielle Macé, EHESS, 27 mars 2015


Colloque Proust et la musique, organisé par Cécile Leblanc, Françoise Leriche et Nathalie Mauriac Dyer, Fondation Singer-Polignac, 25-27 octobre 2016.

Émission La jalousie (1/4) : Proust : les passions prisonnières
France Culture, Les chemins de la philosophie, réal. Adèle Van Reeth, 7 décembre 2015.

Colloque Proust et ses amis, III, organisé par Jean-Yves Tadié, Fondation Singer-Polignac, 7 juin 2013.

Séminaire « À la recherche du temps perdu, roman de la guerre », 2010-2011 (équipe Proust, ITEM-CNRS)   : « La vision proustienne de la guerre : lieux communs et originalité », 10 janvier 2011).
Page ITEM-Philippe Chardin et articles en ligne.

Colloque Originalités de l’œuvre et notion d’originalité dans la pensée de Marcel Proust, organisé par Philippe Chardin, Tours, 5-6 mars 2009. Paru sous le titre Originalités proustiennes, Philippe Chardin dir., Paris, Éditions Kimé, « Détours littéraires », 2010.

ET QUELQUES TITRES, contribution de Philippe à la bibliographie du Pôle Proust, au sein d’une immense et prodigieuse production :

Ouvrages scientifiques
–, Proust ou le bonheur du petit personnage qui compare, Paris, Honoré Champion, « Recherches proustiennes », 2006.
–, L’Amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne (Dostoïevski, James, Svevo, Proust, Musil), Genève, Droz, 1990.
–, Le Roman de la conscience malheureuse, Genève, Droz, 1982.
Direction de collectifs
–, Cent ans de jalousie proustienne, Erika Fülöp et Philippe Chardin dir., Classiques Garnier, 2015.
–, Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, Philippe Chardin et Nathalie Mauriac Dyer dir., Éditions universitaires de Dijon, 2014.
Originalités proustiennes, Paris, Éd. Kimé, 2010.
Chapitres d’ouvrages
–, « Du côté de chez Swann ou la trilogie de l’hainamoration jalouse », Cent ans de jalousie proustienne, dir. Erika Fülöp et Philippe Chardin, Classiques Garnier, 2015, p. 81-90.
–, « L’autorité perdue puis retrouvée de la science chez Flaubert, chez Musil et chez Proust », in L’autorité dans le monde des Lettres, Elisabeth Gavoille, Marie-Paule Pilorge et Philippe Chardin dir. , Kimé, 2015, p. 97-111 .
–, « ‘Je n’ai jamais compris qu’on fît de l’héroïsme pour le compte des autres’ – La guerre chez Proust : lieux communs et originalité », Proust écrivain de la Première Guerre mondiale, Philippe Chardin et Nathalie Mauriac Dyer dir., Éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 121-136.
Articles
–, « ‘ Passera pas’ (le Temps) », Bulletin d’informations proustiennes 44, Éditions rue d’Ulm, 2014, p. 49-61.
–, Philippe Chardin, « La dialectique proustienne des rapports maître/serviteur d’après le personnage de Françoise dans Du côté de chez Swann “Combray” », Item [En ligne, 12 septembre 2013].
–,  « Proust et ses « surmoi » classique et flaubertien », Item [En ligne,  14 octobre 2008].
–, « Rupture interminable et travail de deuil dans la littérature européenne du début du siècle : Proust, Kafka, Svevo », Item [En ligne, 23 mai 2007].
Romans et nouvelles
–, Le Méchant Vieux Temps, Paris, éd. Jacqueline Chambon/Actes Sud, 2008.
, Soliloque pour clarinette seule, Paris, éd. Léo Scheer, coll. Melville, 2003.
–, Alma mater – premier roman comique inspiré par l’université française, Paris, éd. Atlantica-Séguier, 2000.
–, L’Obstination, Nîmes, éd. Jacqueline Chambon, 1990.
–, Souvenirs impies, Nîmes, éditions Jacqueline Chambon, 1989.