AàC/CfP | Proust et Kant | G. Bensussan et L. Fraisse dir. | Strasbourg | 15 déc. 2017

PROUST ET KANT – Appel à participation, date-limite 15 déc. 2017

Colloque organisé par le Centre de recherches sur la philosophie allemande et contemporaine (CREPhAC) de la Faculté de philosophie de Strasbourg, en collaboration avec la Société d’études kantiennes de langue française et avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

(Responsables : Gérard BENSUSSAN et Luc FRAISSE)

Un colloque consacré à la confrontation entre Proust et Kant aura lieu à l’université de Strasbourg les 9 et 10 octobre 2018.

Le cycle romanesque de Marcel Proust À la recherche du temps perdu (1913-1927) répond à des visées philosophiques, souvent sous-jacentes, signalées et progressivement approfondies depuis environ un siècle, soit de sa parution à nos jours. Si le rapport à Bergson a été d’emblée (et peut-être trop vite) affirmé, si la double influence de Schelling et Schopenhauer (travaux d’Anne Henry) a suscité des débats, le lien entre la pensée de Proust, les structures de son œuvre, et la philosophie de Kant n’a été que très sporadiquement et épisodiquement abordé.

Or, l’enseignement de la philosophie, reçu au lycée Condorcet à Paris puis à l’occasion de la licence de Lettres à option philosophie préparée à la Sorbonne de 1893 à 1895, est à l’époque dominé par la philosophie de Kant. C’est ce sujet même que traitait devant Proust Émile Boutroux, professeur de philosophie moderne à la Faculté de Paris.

Mais en raison de l’ampleur et de la difficulté du sujet, cette relation de Proust à la pensée de Kant n’a jamais été abordée de front, pour elle-même.

C’est ce que voudrait se proposer ce colloque. Il est certain qu’historiquement, le mode de diffusion de la philosophie de Kant en France au xixe siècle constitue une donnée de base à préciser. L’examen du cours de Boutroux (publié à titre posthume dans La Philosophie de Kant, Paris, Vrin, 1960) présente beaucoup d’intérêt. Et de façon générale, les traits kantiens reconnaissables dans l’œuvre de Proust (dans sa pensée – morale, métaphysique, esthétique – comme dans sa forme même), identifiables surtout par les spécialistes du philosophe, constitueront un apport de fond à la compréhension de la complexe Recherche du temps perdu.

Les propositions de participation, accompagnées de quelques mots d’explications, sont à adresser à Gérard BENSUSSAN (gerard.bensussan@sfr.fr) et Luc FRAISSE (luc.fraisse@neuf.fr) avant le 15 décembre 2017.

Les Actes du colloque seront publiés.

 

Gérard BENSUSSAN, professeur émérite à la Faculté de philosophie de Strasbourg

Luc FRAISSE, professeur à la Faculté des Lettres de Strasbourg / IUF